Pauline Marois dévoile ses revenus, mais pas ses actifs

Pauline Marois avait jusqu'à maintenant refusé de divulguer les détails de sa situation financière.
Photo: Annik MH de Carufel - Archives Le Devoir Pauline Marois avait jusqu'à maintenant refusé de divulguer les détails de sa situation financière.
La chef du Parti québécois, Pauline Marois, a publié jeudi soir le sommaire de sa déclaration de revenus de 2012, mais refuse toujours de dévoiler ses actifs et ceux de son mari.

En début de semaine, le chef du Parti libéral, Philippe Couillard, avait mis au défi ses adversaires de publier leur déclaration de revenus de 2012 et leurs actifs, de même que ceux de leur conjoint.

M. Couillard a publié sa déclaration et ses actifs jeudi, de même que la coporte-parole de Québec solidaire, Françoise David. Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a indiqué qu'il le ferait d'ici quelques jours.

Mme Marois avait jusqu'à maintenant refusé de divulguer les détails de sa situation financière. Jeudi soir, elle a publié le sommaire de sa déclaration de revenus de 2012, mais les documents n'apportent aucune précision sur ses actifs et ceux de son mari, l'homme d'affaires Claude Blanchet.

Dans les documents très brefs publiés par le Parti québécois, on peut lire que Mme Marois a déclaré un revenu total de 155 572 $ au fédéral et de 160 733 $ au provincial pour l'année financière 2012.

« En ce qui concerne les actifs financiers détenus par mon conjoint, Claude Blanchet, et moi, ceux-ci sont en fiducie sans droit de regard où le gestionnaire a toute latitude de gestion. Il s'agit d'un portefeuille composé d'actions de compagnies publiques dont nous ne possédons aucun pourcentage significatif, ainsi que d'obligations et de liquidités », affirme Mme Marois dans un communiqué publié en soirée.

Plus tôt cette semaine, le chef libéral avait estimé que la simple publication d'une déclaration de revenus ne permettait pas de connaître la situation financière réelle des chefs. Le chef caquiste juge quant à lui que la déclaration de revenus est suffisante.

Dans le communiqué, Pauline Marois souligne qu'elle s'est toujours conformée aux exigences du commissaire à l'éthique et à la déontologie, « qui s'est montré satisfait de l'information reçue ». Elle rappelle également que lors de la campagne électorale de 2012, elle avait accepté de rendre publique sa déclaration de revenus.

Mme Marois affirme par ailleurs que son mari et elle ont toujours payé leurs impôts aux gouvernements provincial et fédéral et qu'ils ne détiennent pas de compte dans des paradis fiscaux. Elle lance ainsi une flèche à l'endroit de M. Couillard, après la révélation cette semaine que celui-ci avait déposé des sommes dans un paradis fiscal à Jersey alors qu'il résidait et travaillait en Arabie saoudite dans les années 1990.
7 commentaires
  • Nephtali Hakizimana - Inscrit 28 mars 2014 02 h 20

    Le commissaire à l'éthique et à la déontologie a été élu par les élus,

    donc, par l'Assemblée nationale! Pourquoi donc ces mêmes élus mettent-ils en doute son autorité et, par surcroît, l'autorité-même de l'Assemblée nationale?
    Voilà pourquoi nos lois sont souvent invalidées par la Cour suprême du Canada!
    Au Québéc, c'est en pleine campagne éléctorale qu'ils modifient leurs lois, se dit la Cour suprême.

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 28 mars 2014 04 h 24

    Piquet

    Il le savait M. Couillard que le reportage sortirait sur son compte off-shore et que ça créerait un remous. La légalité de l'affaire n'a rien à y voir.

    Le truc de demander aux autres de faire la même chose que lui en ouvrant leurs livres n'était qu'une façon de piéger Mme. Marois avec son époux pour recentrer l'attention ailleurs juste avant que ça sorte. Ils ont essayés de cacher un éléphant derrière un piquet de clôture; tout comme ils le font avec la visite de l'UPAC chez le PQ versus les multiples perquisitions chez eux. Ça n'a pas fonctionné !

    Mais cette mentalité est toujours présente de faire dévier l'attention sur autre chose; c'est une maladie incurable, c'est instinctif. Et ils veulent diriger notre état ??? I dont think so ! Ça fera les écrans de fumée et les paravents camouflant ce qui se passe derrière !

    Tous ceux qui expliquent le bien fondé des arguments supportant la légalité de la situation passée de M. Couillard expliquent une partie d'échec avec les règlements du jeu de dames. C'est ça le truc avec les paravents... faut aller voir derrière.

    On n’est pas tous des caves du premier degré.

    Même chose avec sa compagnie avec Porter. Ce n'est pas parce que ça n'a pas marché que l'intention au départ n'y était pas. C'est ça le truc avec les magouilles, c'est tordu et ça a plusieurs couches.

    M. Legault est passé proche de nous l’expliquer comme il faut en faisant ressortir les dates des évènements hier soir, il a sorti le bon filon. Tout est dans la séquence. Regardez-les bien se tordre pour se faufiler d’en dessous de cette pierre-là s’il y a encore quelqu’un qui creuse l’affaire un peu plus profond. Y a-t’il des enquêteurs qui ont du temps libre quelque part ? Ça me fait penser à un cambrioleur bredouille parce qu'il n’a pas réussi à ouvrir la porte.

    Bonne journée.

    PL

    • John Patrick - Inscrit 28 mars 2014 10 h 39

      Si vous regardiez les faits, vous verrez que le fameux compte off-shore est seulement légal, mais moral aussi.

      Peu importe où M.Couillard aurait ouvert un compte dans le monde, il n'aurait pas payer un sou d'impôt sur ses revenus. La paradis fiscal n'en est un que si on peut en profiter..

      Ce serait immoral pour M. Couillard d'être taxé dans deux pays, et plusieurs douteraient de sa capacité à comprendre des enjeux économiques, comme plusieurs malheureusement.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 28 mars 2014 14 h 44

      M. Patrick, le fait que son compte off-shose soit tout à fait légal est la première chose que j'ai dis et que cela n'a aucune importance.

      Le fait est qu'il savait que cela créerait un remous et il est «là» le problème dont il a voulu se camoufler en exigeant que les autres, surtout Mme Marois, sortent leur petits papiers pour délecter l'attention ailleurs. C'est la technique libérale à sa plus simple expression.

      Regarder les faits, c'est une chose; regarder la cause... beaucoup plus éclairant.

      Bonne journée.

      PL

  • Pierre-S Lefebvre - Inscrit 28 mars 2014 15 h 08

    La Première ministre a fait ses déclarations impôt


    Mme Marois aurait pu faire comme Couillard. Mais voilà sa solidarité envers les Québécois n`a jamais été mise en doute. Philippe Couillard appartient à une autre catégorie de citoyens peu frileux de faire le maximum d`évitement fiscal. Et il veut être le Premier-ministre des Québécois. Le vote est dans l`isoloir et secret comme le Jersey bancaire.

  • Louise Lefebvre - Inscrite 30 mars 2014 12 h 42

    Il faut connaître...

    leurs investissements car cela peut être très instructif pour savoir qu'elles seront leurs décisions dans le développement économique du Québec...Il faut surveiller les conflits d'intérêt de tous les députés et candidats.

  • Maurice Bernard - Inscrit 30 mars 2014 17 h 18

    Revemus et actifs des candidats électoraux

    Cela fait quoi de savoir cela ? Est-ce que cela fait de meilleurs gestionnaires politiques d'être riche ou pauvre ? C'est quelque peu "niaiseux"... Ce qui compte c'est ce qui a entre les deux oreilles et dans le coeur, quelque soit le parti d'adhésion. Cette campagne en fut une axée sur les dirigeants et leurs avoirs et leur passé. Et pis après ? Ce que le citoyen veut c'est la sorte de pays *Québec" dans lequel il veut vivre et son futur et c'est dans les programmes et une équipe la plus compétente pour y arriver. Le citoyen n'est pas imbécile tout de même.
    Hâte de voir les résuotats le 7 avril prochain.
    Maurice Bernard