Intégrité : Pauline Marois sur la défensive

La question de l’intégrité est venue hanter Pauline Marois, mercredi.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La question de l’intégrité est venue hanter Pauline Marois, mercredi.

Pauline Marois a dû répondre à des questions portant sur l’intégrité du Parti québécois (PQ) mercredi, la veille du débat télévisé de ce jeudi soir à TVA où les enjeux éthiques risquent de se retrouver à l’avant-plan.

 

La chef péquiste a dit ignorer si le PQ faisait l’objet d’une enquête de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) visant le financement illégal de la formation politique et l’octroi de contrats publics, enquête qui aurait pu conduire à une perquisition dans les bureaux de la formation politique.

 

« Non. D’abord, il n’y a pas eu de perquisition [au PQ]. Les seules perquisitions que je connaisse, moi, ont eu lieu au Parti libéral du Québec », a déclaré Pauline Marois quand un journaliste lui a demandé si elle était au courant que des actions policières, par exemple une perquisition, se préparaient et visaient le PQ.

 

Projet Joug

 

Mardi, le PQ a révélé que deux enquêteurs de l’escouade Marteau avaient rencontré en février le directeur général du parti, Sylvain Tanguay, et le directeur des finances, Pierre Séguin, pour obtenir des renseignements sur la structure du parti et ses méthodes de financement.

 

Pauline Marois était au courant que cette rencontre avait eu lieu. « On ne l’a pas caché puisqu’on [l’UPAC] nous avait demandé de ne pas en parler. C’était une rencontre d’information », a-t-elle indiqué.

 

L’UPAC poursuit une enquête sur le financement illégal du Parti libéral du Québec (PLQ), enquête qui a mené à une perquisition dans les bureaux du parti en juillet dernier. Selon La Presse, l’enquête de l’UPAC sur le financement illégal des partis politiques et l’octroi de contrats publics, baptisée projet Joug, vise aussi le PQ. Une perquisition à la permanence du parti aurait été reportée en raison de la campagne électorale. La firme d’ingénieurs Roche, dont les bureaux de Québec ont fait l’objet d’une perquisition en janvier, serait impliquée.

 

« Jamais il n’y a eu octroi de contrats lié au fait que des citoyens contribueraient au financement de notre formation politique, a soutenu Pauline Marois. Jamais je n’accepterai que le Parti québécois soit comparé au Parti libéral en matière de financement de notre parti et en matière d’octroi de contrats aussi. »

 

« Ça ne sent pas bon »

 

Les Québécois connaîtront un « très dur lendemain de veille » s’ils confient les rênes du gouvernement au PLQ ou au PQ, est persuadé le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault. Selon lui, l’intérêt manifesté par l’UPAC à l’égard des « deux vieux partis », « ça ne sent pas bon ».

 

À la tête d’un parti « plus propre que propre », M. Legault tâchera de pousser jeudi soir ses deux principaux adversaires sur le terrain miné de l’intégrité. Il compte interroger M. Couillard sur ses liens d’affaires avec l’ex-directeur général du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Arthur Porter. Il veut aussi forcer Mme Marois à tirer au clair le « deal » allégué derrière l’investissement du Fonds de solidarité FTQ dans l’entreprise de son conjoint, Capital BLF. « J’espère que [l’animateur du débat télévisé] Monsieur Bruneau va nous laisser un peu plus de marge de manoeuvre », a dit M. Legault.

 

Avec Marco Fortier

À voir en vidéo