L’inscription de nouveaux électeurs sème le doute dans des bureaux de scrutin montréalais

Des directeurs de scrutin de la région de Montréal sont préoccupés par le flot « inquiétant » et « anormal » de personnes tentant depuis une semaine d’obtenir le droit de vote aux élections du 7 avril, a appris Le Devoir.

 

Quelque 75,7 % de l’électorat de la circonscription de Sainte-Marie–Saint-Jacques, au centre-ville de Montréal, est francophone. Pourtant, depuis lundi dernier, plus de la moitié des personnes qui se présentent pour obtenir le droit de voter pour la première fois sont anglophones ou allophones. Un phénomène démographique observé dans plusieurs circonscriptions de la métropole, et qui inquiète au plus haut point les autorités électorales.

 

C’est notamment le cas de Mathieu Vandal, le président de la Commission de révision de Sainte-Marie–Saint-Jacques, qui a claqué la porte vendredi, ne pouvant plus attester la conformité du processus d’enregistrement de nouveaux électeurs. Ces commissions sont chargées de réviser les inscriptions à la liste électorale en ajoutant, radiant ou corrigeant les noms qui figurent sur la liste d’électeurs du Québec.

 

Dates d’arrivée au Québec invérifiables, « preuves » de résidence dont on ne peut attester la véracité : plutôt que de continuer à octroyer aveuglément le droit de vote à des électeurs, M. Vandal a préféré démissionner.

 

« C’est comme si l’Aéroport international Trudeau était grand ouvert et qu’on distribuait les visas gratuitement à ceux qui passent, sans poser de questions », illustre M. Vandal.

 

Il n’est pas le seul à témoigner du caractère inhabituel de la situation.

 

« Il y a quelque chose d’anormal qui se passe, confie le directeur de scrutin d’une circonscription de Montréal. Le profil démographique des gens qui viennent s’enregistrer à nos bureaux ne correspond pas à la démographie de la circonscription. »

 

Des résidants d’autres provinces canadiennes et de nouveaux arrivants composent l’essentiel de ces nouveaux inscrits. De nombreuses personnes pour qui on n’a puattester hors de tout doute le lieu de domicile.

 

De nombreuses circonscriptions du coeur urbain de la métropole seraient concernées, selon le directeur de scrutin, qui a oeuvré à ce titre dans le cadre de nombreuses élections précédentes.

 

« J’ai vu plus de nouveaux électeurs se déclarer pour cette élection qui survient 18 mois après la précédente que lors de tous les autres scrutins. Il y avait eu un écart de quatre ans entre l’élection précédente et celle d’avant, et pourtant, il n’y avait pas autant de nouveaux électeurs avec ce profil », dit le directeur de scrutin.

 

Le Directeur général des élections du Québec se dit au fait de la situation, mais affirme ne rien pouvoir faire, car les 125 commissions chargées de reconnaître le statut des électeurs sont des corps quasi judiciaires indépendants. « Il y a effectivement un certain nombre d’étudiants qui ont demandé d’être inscrits et […] les commissions ont décidé de ne pas accepter de les inscrire parce qu’ils ne remplissaient pas les critères, a indiqué le porte-parole du Directeur général des élections du Québec, Denis Dion […] On n’a pas de statistiques, mais on sait qu’il s’agit de plusieurs [personnes]. »

 

« Au référendum de 1995, il y a eu beaucoup d’affaires comme cela, a ajouté M. Dion. Mais on ne dit pas que c’est comparable au référendum. »

71 commentaires
  • Cyr Guillaume - Inscrit 22 mars 2014 01 h 57

    Ca recommence comme en 1995

    Le DGE doit faire enquête au plus vite, et prendre les mesures correctrices nécessaires. Pas question de se faire voler cette élection par des gens des autres provinces encore une fois!

    • John Patrick - Inscrit 22 mars 2014 10 h 02

      « Au référendum de 1995, il y a eu beaucoup d’affaires comme cela, a ajouté M. Dion. Mais on ne dit pas que c’est comparable au référendum. »

    • Maurice Turcot - Inscrit 22 mars 2014 10 h 29

      J'habite dans la circonscription en question et il y a énormément de construction de nouveaux logements. Que le profil démographique change n'est pas surprenant. C'est après tout un quartier du centre-ville.

    • Nicole Moreau - Inscrite 22 mars 2014 11 h 00

      extrêmement important de le faire, si non, crédibilité du prochain gouvernement sera entachée sérieusement.

      est-ce que l'exemple des "robot calls" du fédéral, illégaux lors de l'élection de 2011, pourrait influencer? d'autant que le projet de loi sur les élections présenté par le PCC semble enlever le pouvoir d'enquête au DGE pour le remettre à un fonctionnaire qui, lui, relèverait du conseil privé, donc du gouvernement, à la différence du DGE qui es indépendant

    • Louka Paradis - Inscrit 22 mars 2014 11 h 22

      Après les mercenaires de l'information, voici les mercenaires du vote : révoltant ! Le DGEQ doit agir sans délai. La démocratie l'exige, et les citoyens aussi.

    • - Inscrit 22 mars 2014 12 h 46

      Je me souviens de 1980, j'étais bénévole pour le comité du Oui dans un comté limitrophe de l'Ontario. Eh bien, dans un quartier de la ville on avait tenté de faire radier autours de 90 inscriptions vérifiées et très douteuses. Des logements de personnes âgées où le couple logeait 4 ou 5 personnes ... des choses abherantes .. Jamais le président d'élection n'a voulu faire enquête et donner suite !!

      On connait la chanson !

    • Normand Carrier - Abonné 22 mars 2014 13 h 31

      Monsieur Cyr , il faut se poser la question : a qui cela profite-t-il ?

    • Lise Bélanger - Abonnée 22 mars 2014 14 h 40

      Bien sur au lieu de démissionner le DGE aurait dû dénoncer les attitudes des fonctionnaires qui ne semblent pas légales. Il me semble que si une personne ne peut hors de tout doute établir sa résidence au Québec et qu'un droit vote lui est octroyer, il faut en tenir responsable les fonctionnaires.C'ests illégal. Est-ce que les fonctionnaires ont l'immunité?

      Je crois que les fonctionnaires trop généreux, mous, sont en réalité des délinquants contrevenant aux lois électorales.

      Baisser les bras, voilà ce que fait le DGE. Au lieu de crier haut et fort et de demander des rectifications. Alerter le public, ça existe.

      Pourquoi le PQ ne fait rien. Comme pour 50% du budget pour un hôpital anglophone.

      Si les notoires magouilles du PLQ ne nous surprennent plus pourquoi le PQ les accept-t-il sans bouger? Est-celà travailler pour le peuple?

      Nous devrons descendre dans la rue, encore, pour ce doit de vote attribuer de façon arbitraire et préparez-vous si l'argent et la magouille l'emporte aux prochaines élections nous devrons manifester contre la sgnature de l'acte confédératif de 1982.

      Mais où est donc le PQ pour nous défendre?

      Ne nous blâmons pas, nous sommes seuls trop souvent.

    • lise pelletier - Inscrit 22 mars 2014 14 h 59

      Ne pas focusser seulement sur Ste-Marie/St-Jacques.

      Aux nouvelles cette semaine, on nous a informé de vols de courrier dans le quartier Ahuntsic, des renseignements personnels..

      « Certaines de ses pièces de courrier peuvent contenir des informations convoitées par des fraudeurs »,

      Ces vols d'indentité peuvent servir aussi à frauder une élection.

      article complet :

      Vol de courrier à Ahuntsic | ICI.Radio-Canada.ca

    • Gaetane Derome - Abonnée 22 mars 2014 15 h 55

      M.Carrier,
      Je vous repondrai qu'aux dernieres elections le comte de SMSJ est alle au PQ.Mais Quebec Solidaire voudrait bien,avec Manon Masse,remporte ce comte.Et on sait,au final,a qui profiterait cette division n'est-ce pas..aux liberaux evidemment.

  • Marcel Bernier - Inscrit 22 mars 2014 02 h 39

    Non! Ça, cela ne passera pas...

    On a déjà joué une fois dans ce film-là! Quitte à remettre l'élection, une semaine, un mois plus tard, il est impératif que l'éligibilité des votants soit vérifier minutieusement.

    Les libéraux, en 1995, nous ont volé le référendum. La seule façon de remporter les élections, pour ce parti, c'est soit par la corruption, soit par la magouille, soit par des stratagèmes antidémocratiques, soit par des propos mensongers pour tromper les électeurs-trices.

    Le slogan «Voter libéral, c'est voter pour la corruption!» prend son sens plein et entier avec cette nouvelle affaire.

    • Michel Richard - Inscrit 22 mars 2014 09 h 25

      Y'a personne qui a volé de référendum. Ce n'est là rien d'autre qu'une vieille rengaine ressortie régulièrement par des perdants

    • F. Georges Gilbert - Inscrit 22 mars 2014 10 h 34

      ''Quitte à remettre l'Élection'' je suis tout à fait d'accord,une fois suffit.On ne peut accepter de telles dérives''La bande de caves est écoeurée de mourir''à petit feu.''. Le retour en force des méthodes 'Chrétienne'' de 95,comparables et dignes de celles des Républiques de Bananes,sont la preuve flagrante, que les Fédéralistes sont bien déterminés à finir le travail dûment commencé.. Nous avons le D.G. des élections du Québec ''qui se dit au fait de la situation, mais ne peut rien faire..pourtant Mathieu Vandal a claqué la porte pour dénoncer publiquement ce scandale ,' incapable d'octroyer aveuglément le droit de vote'..Bravo pour votre probité et votre courage. Il est urgent que des enquêteurs chevronnés travaillent à démasquer ces résautages d'imposteurs qui sont la source de ces malversations criminelles et ,pour que nous puissions établir une fois pour toutes, de nouvelles balises afin d' enrayer ce cancer, qui ronge de notre Démocratie.Arrêter au plus vite,ces trafiqueurs d'Élections sans scrupules ..

    • Royal Messier - Inscrit 22 mars 2014 11 h 02

      Vite que les responsables au PQ s'en mêlent car c'est évidemment contre lui que ces manœuvres collusionnaires sont dirigés !

    • Royal Messier - Inscrit 22 mars 2014 11 h 14

      Tout à fat d'accord avec la dernière phrase !

    • Charles Lebrun - Abonné 22 mars 2014 13 h 35

      Dans un certain sens, le camp du OUI, n'ayant aucun supporteurs à l'extérieur de la province de Québec, nous avons assisté à un déséquilibre démocratique majeur lors du référendum de 1995, vous en conviendrez... Qui a payer les billets d'avion de Vancouver à Montréal pour le LoveIn à la toute veille du vote??? Si vous additionnez les dépenses pour le camp du NON et pour le camp du OUI... il y a pour le moins une "démarche malhonnête"... À chacun sa conscience...

  • André Lacombe-Gosselin - Abonné 22 mars 2014 02 h 55

    Encore des magouilles ?

    Bon courage aux scrutateurs qui doivent démêler l'ivraie du bon grain !
    Je n'ai pas qualité d'électeur étant absent du "Quebec province" depuis plus de 2 ans. Si Québec était un pays, ce serait peut-être (?) différent.
    Le joyeux retraité de Mazatlán
    André Lacombe-Gosselin

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 22 mars 2014 04 h 52

    Bon !

    Encore des affaires tous croches et les dirigeants laissent passer la parade. N'en sortirons-nous jamais ?

    PL

  • chuck.newfque@gmail.com Cournoyer - Inscrit 22 mars 2014 05 h 39

    normal

    Poutine est en ville.il travaille pour les liberaux!