Anarchopanda retire sa candidature

Anarchopanda
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Anarchopanda

Fin de parcours en politique active pour l’Anarchopanda. La célèbre mascotte change d’avis et ne sera pas candidate aux élections du 7 avril prochain. Le Parti nul n’est le parti de personne, surtout pas celui du Panda, soutient Julien Villeneuve, le professeur de philosophie qui lui donne vie.

 

Alors qu’il se félicitait la veille de la croissance rapide du Parti nul, un phénomène qui s’explique notamment par son entrée dans l’arène politique, Julien Villeneuve juge qu’il est désormais nécessaire pour lui de retirer son nom du bulletin de vote que sont appelés à remplir les électeurs de la circonscription d’Hochelaga-Maisonneuve.

 

« L’image d’Anarchopanda fut utile pour qu’on parle du Parti nul et pour contribuer au développement d’une conversation citoyenne sur le sens du vote et les lacunes de notre pseudo-démocratie. Afin d’éviter toute personnalisation future de l’option nulle, ce qui va complètement à l’encontre de l’objectif visé (voter pour une chaise, pas pour personne en particulier), un autre candidat se présentera dans Hochelaga-Maisonneuve », écrit Julien Villeneuve sur la page Facebook Anarchopanda pour la gratuité scolaire.

 

Il existait un risque que des électeurs soient tentés de voter pour le Panda lui-même plutôt que dans le but d’annuler leur vote, explique le principal intéressé. Le Parti nul avait déjà demandé au Directeur général des élections d’inscrire uniquement « Parti nul » sur les bulletins de vote plutôt que celui des candidats. Ce qui est impossible selon les règles en vigueur.

 

« L’idée, ce n’est pas de voter pour Anarchopanda. L’idée, c’est de voter pour personne, et plus ça va, plus les gens commençaient à associer ça à moi, comme si c’était important », dit Julien Villeneuve.

 

Le Parti nul comptait 41 candidats confirmés, lundi, un autre « nul » ayant obtenu les signatures nécessaires pour représenter cette option dans la circonscription de Hochelaga-Maisonneuve à la place du Panda.

4 commentaires
  • Pierre Marcotte - Inscrit 18 mars 2014 08 h 10

    Typique...

    C'est facile de critiquer, accuser, pointer du doigt. C'est facile d'accuser tout un chacun des pires maux de la planète (à tort ou à raison). Je respecte le fait que quelques-uns de ces contestataires pseudo-anarchistes ait pris le temps de fonder un parti alternatif pour offrir, même symboliquement, un exutoire aux citoyens désabusés comme eux.
    C'est typique et désolant -certains diront que c'est nul- de les voir lâcher et ne pas porter leur idée jusqu'au bout. C'est dificile, la politique. C'est exigeant, compliqué et ingrat. Aucun autre boulot n'est offert en pâture aux citoyens comme celui de député.
    Je n'angélise personne, et loin de moi l'idée d'affirmer que nos élus sont tous méritants et nobles. Mais plusieurs le sont, et ceux qui méritent notre respect sont attaqués et vilipendés pour les gestes des autres.
    Je n'aurais pas voté Nul, mais j'aurais eu de la considération et de l'admiration même pour un parti qui défend ses idées jusqu'au bout. Vous voulez changer le système ? Je vous souhaite de réussir. Cependant, on ne répare pas une voiture en frappant dessus avec une pancarte. Il faut l'ouvrir et travailler de l'intérieur.

    • Nicolas Bouchard - Abonné 18 mars 2014 10 h 42

      Comme j'aime votre commentaire M. Marcotte. Dur mais juste.

      Les citoyens-électeurs sont de drôles de bêtes. Ils critiquent les politiciens faisant de la « petite politique » mais déferons à coup sûr un politicien qui fera (réellement) de la politique « autrement ».

      Exiger une chose mais s’empresser de sauter dans les bras de son contraire à la première occasion. On croirait voir des gens en amour ici ;)

      Nicolas B.

  • Lorraine Mathews - Abonné 18 mars 2014 09 h 18

    Anarchopanda retire sa candidature

    Merci monsieur Julien Villeneuve. Un comportement que je perçois à la hauteur du personnage que vous incarnez. Bonne route.
    Lorraine Mathews

  • Paul Gagnon - Inscrit 18 mars 2014 10 h 06

    Quelle époque quand même...

    Un professeur de philosophie au cégep qui prône l'abstention! C'est ça propageons le mépris mais surtout ne nous engageons pas personnellement. Pas de compromis pour les purs. Curieux quand même cette épidémie d'anarchiste de luxe dans nos cégeps et nos universités?