Le PLQ promet aux aînés 750 millions pour les soins à domiciles

À Laval, Philippe Couillard a expliqué que cette somme, répartie sur cinq ans, sera dénichée grâce à une révision du mode de financement au sein du ministère de la Santé et des Services sociaux.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir À Laval, Philippe Couillard a expliqué que cette somme, répartie sur cinq ans, sera dénichée grâce à une révision du mode de financement au sein du ministère de la Santé et des Services sociaux.
Laval — Le Parti libéral du Québec (PLQ) a dévoilé lundi une série de promesses destinées aux aînés, dont la plus importante sera dotée d'une enveloppe totale de 750 millions afin de consolider et bonifier les soins et services à domiciles.

À Laval, Philippe Couillard a expliqué que cette somme, répartie sur cinq ans, sera dénichée grâce à une révision du mode de financement au sein du ministère de la Santé et des Services sociaux. L'argent sera notamment octroyé aux établissements concernés en échange d'une preuve que les soins et services à domiciles ont bel et bien été fournis.

Au 13e jour de la campagne, le chef libéral a également indiqué que son parti, s'il est porté au pouvoir, allait investir annuellement 150 millions pendant cinq ans pour consolider les services offerts dans les CHSLD et poursuivre le développement des services à domicile.

M. Couillard a également annoncé son intention d'octroyer 5 millions par année de plus pendant cinq ans aux centres de santé et de service sociaux. Ce montant sera destiné aux proches aidants.

Ce dernier promet aussi la création d'un programme de prêts destiné aux propriétaires de 60 ans et plus qui devrait leur permettre à assumer plus facilement la facture des taxes foncières et scolaires qui grimpe continuellement.

Pour y être admissible, le revenu du ménage ne devra toutefois pas dépasser 70 000 $ par année, prévoit la mesure du PLQ.

Un crédit d'impôt remboursable de 20 pour cent, jusqu'à concurrence de 200 $, pour les activités physiques, artistiques et culturelles figure également parmi les mesures dévoilées.

Les personnes âgées de plus de 60 ans dont le salaire annuel est inférieur à 40 000 $ sont visées par cette mesure.

Philippe Couillard a insisté pour dire qu'un gouvernement du PLQ était résolu à offrir des soins et des services de qualité, tout spécialement quand il s'agissait de respecter le désir de rester à la maison le plus longtemps possible.

S'ils forment le prochain gouvernement, les libéraux reverront également tous les crédits d'impôt destinés aux proches aidants pour tenter de n'en faire qu'un en plus d'augmenter sa portée.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

3 commentaires
  • Carole Jean - Inscrite 17 mars 2014 09 h 34

    Acheter des votes avec notre argent.


    Ce M. Couillard est désespéré et il veut s'acheter autant de votes que possible avec notre argent.

  • Guy Desjardins - Inscrit 17 mars 2014 09 h 58

    Nous devrions avoir des élections à tous les ans.

    C'est un temps qu'ils reconnaissent que nous existons et veulent notre bien et non nos biens. Misère. Que fera t'on pour amadouer les Québécois(es) pour un vote. Depuis plus de 40 ans, Libéraux et Péquistes on été au pouvoir et ils n'ont jamais été capable de régler le problème. La seule chose évidente qui est palpable c'est l'endèttement, déficit et augmentation de taxes pour tous les foyers. Qui peut dire le contraire? Nous sommes la Province la plus taxée au Canada et aucune idée de couper dans le gras, mais on donne de l'argent sans savoir oû la prendre. Ce matin M. Legault fidèle à lui même, toujours courageux nous dit qu'il faut assainir les finances et diminuer le fardeau fiscal et les taxes si l'on veut respirer un peu avant de sombrer dans l'inquiètude.

  • Marie-Denise Côté - Inscrite 17 mars 2014 10 h 28

    Des promesses, des promesses et encore des promesses.

    Le point de presse de Philippe Couillard, accompagné de Marguerite Blais, m'a fait sursauter ce matin encore avec ses promesses de millions de dollars.En plus de :alumineries,Grand Nord Plus, Anneaux de Glace, Grand Théâtre de Robert Lepage et autres, ce matin,c'était 750 millions pour les soins à domicile et 150 millions pour les CHSLD et autres... Ma question: Comment va-t-il atteindre "LE DÉFICIT 0 " si cher aux Libéraux et aux Caquistes avant le début de cette campagne électorale?
    Vous vous souvenez " les clowns au nez rouge " de Marguerite Blais pour distraire les aînés? Eh bien! ils auraient dû en porter un ce matin, un nez rouge, pour mieux nous distraire.Il n'y a pas si longtemps, les Libéraux et les Caquistes étaient contre à peu près tout nouveau projet économique du Parti Québécois,pcq disaient-ils il nY a pas d'argent pour cela. Et tout d'un coup, comme par enchantement, l'argent est là pour leurs méga projets. Et là, on ne parle plus de millions, on parle de milliards. Alors, on peut tout de même leur poser la même question: "OÙ allez-vous prendre tout cet argent? Êtes-vous plus intelligents que les autres?
    Deuxième point, je ne l'ai pas très bien compris lorsqu'il a dit qu'il allait parcourir le Canada pour voir comment ça allait dans les autres provinces. Alors, c'est peut-être comme premier ministre du Canada qu'il aurait dû se présenter.
    Et dernier point, vous vous souvenez lorsqu'au début de son mandat, Mme Marois a voulu enlever la taxe santé pour les gens les plus démunis, les Caquistes et les Libéraux s'y sont tellement opposés que Mme Marois n'a pas eu le choix de reculer pcq son gouvernement était minoritaire. Alors, François Legault peut bien dire qu'il prendra soin de la classe moyenne aujourd'hui alors qu'il n'a même pas été capable d'appuyer cette abolition de la taxe santé pour les plus démunis.
    Justement, les Québécois, nous ne sommes pas des clowns,il y a des limites à dire n'importe quoi.
    Excusez-moi, je suis en colère.