​Conseil des ministres: pas de parité pour Legault

Selon François Legault, l'arrivée au pouvoir de Pauline Marois aura eu l'impact positif de <em>«permettre à beaucoup de femmes de s'impliquer en politique. En ce sens, c'est une bonne chose qu'elle soit devenue première ministre.»</em>
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir Selon François Legault, l'arrivée au pouvoir de Pauline Marois aura eu l'impact positif de «permettre à beaucoup de femmes de s'impliquer en politique. En ce sens, c'est une bonne chose qu'elle soit devenue première ministre.»
«Il faut prendre les gens les plus compétents, et les femmes sont d'accord avec ça»: le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a refusé samedi de s'engager à respecter le principe de la parité homme-femme dans un éventuel conseil des ministres caquiste.

Entouré d'une douzaine de candidates en cette Journée internationale de la femme, M. Legault a noté qu'il demeure plus difficile de recruter des candidates que des candidats. «Ça reste un défi. Quand j'étais au Parti québécois, on se posait la même question, parce qu'il y avait toujours moins de candidates.» 

Selon lui, l'arrivée au pouvoir de Pauline Marois aura eu l'impact positif de «permettre à beaucoup de femmes de s'impliquer en politique. En ce sens, c'est une bonne chose qu'elle soit devenue première ministre.»

Pour le moment, la CAQ compte 23 candidates, sur un total de 100 candidats confirmés. C'est le plus faible taux parmi les quatre principaux partis (Québec solidaire 48 %, Parti québécois 39 %, Parti libéral 27 %).