Au moins 40 % de femmes au conseil des ministres, promet Couillard

En cette Journée internationale de la femme, le chef libéral a indiqué qu’il respecterait une <em>«zone paritaire»</em> entre 40 % et 60 % pour la proportion de femmes ministres au sein de son gouvernement.
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir En cette Journée internationale de la femme, le chef libéral a indiqué qu’il respecterait une «zone paritaire» entre 40 % et 60 % pour la proportion de femmes ministres au sein de son gouvernement.
Saint-Jean-sur-le-Richelieu — Philippe Couillard ne s’engage pas à former un conseil des ministres dont au moins la moitié des membres serait des femmes, comme l’avait Jean Charest. Il fixe plutôt la barre à 40 %.

En cette Journée internationale de la femme, le chef libéral a indiqué qu’il respecterait une «zone paritaire» entre 40 % et 60 % pour la proportion de femmes ministres au sein de son gouvernement. «Cette zone paritaire, c’est ce qu’on retrouve dans toutes les organisations», a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse où il était entouré d’une douzaine de ses candidates, qui ont fait de la figuration.

À ce jour, le Parti libéral a présenté 117 candidats, dont 32 femmes, soit 27 % du total. C’est moins que le Parti québécois, avec 39 %, et Québec solidaire, avec 48 %, mais davantage que la Coalition avenir Québec, avec 23 %.

Représentation «équitable» pour les sociétés

Après les sociétés d’État, dont les conseils d’administration doivent être composés d’autant de femmes que d’hommes, les sociétés cotées en Bourse seront incitées à tendre vers cet objectif, a promis Philippe Couillard. Ces sociétés devront se doter d’un plan pour assurer une représentation féminine «équitable» dans leur haute direction et leur conseil d’administration. Elles devront se doter d’un programme «appliquer ou expliquer» et mentionner dans leur rapport annuel les efforts qu’elles déploient pour atteindre la parité homme femme. 

Il y a un an, le gouvernement Marois a instauré pareille politique, mais les entreprises n’étaient pas contraintes à se doter d’objectifs en matière d’équité ; elles étaient plutôt invitées à le faire.

À l’heure actuelle, les femmes composent 14 % des conseils d’administration des entreprises cotées en Bourse, a signalé le chef libéral. «Il y a des études qui montrent que les entreprises où la présence féminine est importante sont à la fois plus efficaces et mieux gérées», a-t-il fait valoir.

Pour l’octroi des contrats publics, un gouvernement libéral accorderait des points supplémentaires lors des appels d’offres aux entreprises de 50 employés et plus qui se dotent d’une politique d’équité entre les hommes et les femmes. 

En outre, Philippe Couillard s’est engagé à soutenir l’entrepreneuriat féminin et à valoriser les métiers traditionnels.

Il faut la parité, dit Françoise David

Lors de son passage au parc Molson samedi matin, Françoise David a  jugé qu'il n'y a pas de compromis à faire sur la question de la parité au conseil des ministres.

«Ce que je répondrais à M. Couillard: l'objectif c'est la parité. La parité, c'est 50 % de femmes. Il y a 50 % de femmes dans la population. [...] On devrait avoir 50 % de femmes au conseil des ministres. Pourquoi se contenter de peu?», a dit la députée de Québec solidaire.

«Ça demande du travail pour aller les chercher. Les femmes se proposent difficilement. Il faut aller les chercher une par une, a-t-elle ajouté. Il faut prendre le temps de le faire.»
2 commentaires
  • Claude Lachance - Inscrite 8 mars 2014 18 h 26

    50% de femmes, qui pensent comme lui? St-Pierre en fait-elle partie? Est-ce comme ça qu'on rempli un panier de crabes?

  • Cyril Dionne - Abonné 8 mars 2014 23 h 28

    Fatima Houda-Pepin

    Il y en avait une femme de très grande qualité, ministrable, intègre et fidèle à ses principes, mais on lui a montré la porte puisque la démocratie n'existe pas dans ce parti.

    Maintenant on nous parle de parité. Vraiment.