cache information close 

​Propositions économiques: le PLQ et la CAQ font fausse route, selon Marceau

Le ministre des Finances du dernier gouvernement ne s'est pas gêné, jeudi, à Montréal, pour critiquer les promesses électorales des libéraux ainsi que de la Coalition avenir Québec.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le ministre des Finances du dernier gouvernement ne s'est pas gêné, jeudi, à Montréal, pour critiquer les promesses électorales des libéraux ainsi que de la Coalition avenir Québec.
Le Parti libéral du Québec (PLQ) ne fait que remettre de vieilles recettes sur la table en matière d'économie, alors que le chef caquiste François Legault est tellement désespéré qu'il est prêt à promettre « n'importe quoi », estime Nicolas Marceau.

Le ministre des Finances du dernier gouvernement — et candidat du Parti québécois (PQ) dans Rousseau — ne s'est pas gêné, jeudi, à Montréal, pour critiquer les promesses électorales des libéraux ainsi que de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Selon lui, le PLQ a peut-être une nouvelle équipe économique, menée par Carlos Leitao, qui était économiste de Valeurs mobilières Banque Laurentienne, mais celle-ci ne propose rien de neuf.

M. Marceau croit que la volonté du chef libéral Philippe Couillard de créer 250 000 emplois d'ici cinq ans n'est que la vieille recette de son prédécesseur, Jean Charest, alors que le rétablissement des investissements du Plan québécois des infrastructures fera grimper l'endettement de la province.

Quant au cadre financier de la CAQ, le candidat péquiste l'a qualifié de « truffé d'erreurs », affirmant notamment que M. Legault faisait fausse route en affirmant que l'État québécois allait embaucher 35 000 personnes de plus au cours des prochaines années.


Par Julien Arsenault
5 commentaires
  • Marc Bergeron - Inscrit 6 mars 2014 16 h 09

    l'avocat du diable

    Ce n'est certainement pas avec des promesses de quelques milliards ainsi que les promesses de taxe pour la classe moyenne que l'économie sera meilleurs. Taxes écolos, essence, hydro, autonomie etc. J'attends mon 200$ poour la taxe santé?

    • Claude Champagne - Inscrit 9 mars 2014 19 h 05

      M. Bergeron, M. Gagnon, M. Garnier et M. Desjardins, 55 milliards dettes gonflés Partie libérale 2003-12, une honte, un scandale et je ne parle pas de la Caisse De Dépôts merci. Ce n'est certainement pas en 18 mois qu'on efface le tout, soyer moins partisan et plus économique-logique. Le nouveau candidat Leitéo de FF Couillard, à qualifier le dernier budget et je le cite "un budget crédible, audacieux, une bonne note malgré l'état délabré des finances d'héritage Libérale. Et le 200 $ un autre héritage Libérale, rectifié à moitié, merci les partis d'opposition, ils étaient tous contre.

  • jocelyn gagnon - Inscrit 6 mars 2014 16 h 33

    en fait de crédibilité, passons.

    Si Marceau dit que quelqu'un fait fausse route en Economie ca veut donc dire que cette personne est sur la bonne route parce que quand on promet un déficit zero et arrive a 2.5 milliards plus et quand on augmente les taxes scolaires de 50% et les tarifs d'hydro de 5.8% on ne vient d'aucune place pour dire que quelqu'un fait fausse route.Au contraire je me garderais une petite gêne.

  • Gilbert Garnier - Inscrit 6 mars 2014 19 h 29

    Monsieur le Ministre Marceau

    Assez intéressant votre position ... vous n'avez guère démontré vos propres talents de financier ... donc vous passerez un peu plus tard avec vos commentaires en la matière.

    J'attends toujours mon $ 200 également!

  • Guy Desjardins - Inscrit 7 mars 2014 08 h 33

    Une petite gêne avec ça, M. Marceau?

    Nous connaîssons un Mininistre de la finance qui a déjà dit qu'il c'était fourvoyer au sujet de la dette et du déficit. Vous dîtes que M. Legault est prêt à promettre "n'importe quoi". Alors M. Marceau, Je sais maintenant à quel parti ma confiance va aller. La Coalition Avenir Québec a un bon programme pour les travailleurs que nous sommes et les jeunes ménages. Les deux vieux partis qui se chicannent lorsqu'ils prennent le pouvoir à savoir qu'ils n'étaient pas meilleur administrateur l'un que l'autre et enfin de compte, c'est nous les payeurs d'impot qui paient pour leurs erreurs. Un nouveau parti se pointe et nous sommes "tannés" de se faire flouer par des promesses non tenues. Un changement s'impose, à moins que les Québécois(es) aiment payer pour les erreurs de leur parti.