Un gel des employés de l’État pour atteindre l’équilibre

Le chef caquiste François Legault 
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le chef caquiste François Legault 
Gel du nombre des employés de l’État, ménage dans les crédits d’impôt, baisse de taxes de 1000 $ par famille : François Legault a donné jeudi les grandes lignes du « remède de cheval » qu’il préconise pour remettre le Québec en bonne santé économique. Son cadre financier prévoit un retour à l’équilibre dès cette année… mais les détails expliquant la recette sont à venir.

Le chef de la Coalition avenir Québec entend « profiter de l’occasion unique » que représente le départ à la retraite de milliers de baby-boomers dans les prochaines années pour stopper la croissance du nombre d’employés de l’État. Ceux-ci sont environ 570 000 à l’heure actuelle.

Le nombre inclut la fonction publique traditionnelle (les ministères), les sociétés d’État, le réseau de la santé, celui de l’éducation ainsi que les policiers et les juges. Or la CAQ calcule que, si la tendance des dix dernières années se maintient, quelque 35 000 employés s’ajouteront à cette masse en quatre ans.

Ce sont ces 35 000 emplois que la CAQ cible. « Il n’y aura pas de mises à pied, nous allons profiter des retraites des baby-boomers, a indiqué François Legault en conférence de presse à Québec. C’est une occasion unique que nous avons : dans cinq ans, il sera trop tard. »

Réaménagement

Outre le gel des effectifs, la CAQ propose aussi un réaménagement interne pour diminuer le nombre d’emplois administratifs et augmenter en contrepartie ceux où l’on donne des services — notamment en santé et en éducation. Les emplois visés ont été sélectionnés, mais la CAQ les dévoilera plus tard. « Si on rentre dans le détail aujourd’hui, on va faire peur à des gens parce qu’il faut expliquer la façon de faire la transition », a indiqué Christian Dubé, député sortant de Lévis et auteur du cadre financier, qui couvre les quatre prochaines années.

François Legault a indiqué que son parti « procède à l’envers » en dévoilant tout de suite le cadre financier, mais en retenant les détails expliquant l’application des mesures. Ceux-ci seront dévoilés au fil de la campagne.

Selon le plan Dubé, la réduction de la croissance de la main-d’œuvre permettrait au gouvernement d’économiser 521 millions dès 2014-2015. Plusieurs autres mesures contribueraient à l’atteinte du déficit zéro : notamment une révision des crédits d’impôt « trop généreux », la lutte contre la corruption et la révision des dépenses en informatique.

La CAQ s’engage à éliminer la taxe santé et la taxe scolaire (une « taxe injuste », selon François Legault), à annuler la hausse des tarifs des services de garde (on indexerait) et celle des tarifs d’Hydro-Québec.

Les taxes scolaire et santé vont « remettre 1000 $ dans le portefeuille des familles », a illustré M. Legault. « Beaucoup de Québécois pensent que c’est impossible de baisser les taxes parce que les libéraux et les péquistes n’ont pas livré ce qu’ils promettaient. Nous, notre cadre est chiffré, documenté et responsable. »

Le PQ doute

Le plan financier de la CAQ — et sa plateforme électorale en général — vise ouvertement les familles de la classe moyenne, qui « étouffent » sous le poids des taxes. « On vous a entendus », a lancé M. Legault jeudi, avant d’aller rencontrer une jeune famille de Lévis vivant le problème qu’il dénonce.

La présentation du cadre financier de la CAQ n’a pas convaincu ses adversaires. « Sur quelle base ils s’appuient, quelle est la solidité de leurs arguments ? », a demandé le chef libéral, Philippe Couillard.

Pour le ministre des Finances sortant, Nicolas Marceau, la CAQ évoque « 35 000 emplois imaginaires, qui ne sont pas prévus par le gouvernement. L’essentiel de la marge de manœuvre que prétend avoir François Legault n’existe pas ».

Selon M. Marceau, il y a eu une « augmentation de 1000 emplois pour l’ensemble du secteur public » dans les trois dernières années. François Legault a rappelé qu’il cible la grande fonction publique, pas seulement les ministères, et s’est étonné que M. Marceau ne sache pas combien de « fonctionnaires sont payés avec nos taxes ».


Daniel Ratthé se retire et critique Legault

Daniel Ratthé a annoncé jeudi son retrait de la vie politique et s’en est pris à François Legault dans la foulée. Le député de Blainville avait été expulsé du caucus caquiste à cause d’allégations de financement illégal datant de l’époque où il était maire de Blainville. Une expulsion qui a « eu pour effet d’accorder une crédibilité démesurée » à l’affaire, écrit-il. Le chef caquiste a répliqué que Daniel Ratthé n’a jamais été capable de prouver que les allégations étaient fausses.

***

Les promesses du jour

PQ Engagement d’intégrité avec l’annonce de la candidature de Daniel Lebel, l’ancien 
président de l’OIQ.

PLQ Flanqué de son trio de candidats issus du milieu économique, Philippe Couillard vise la création de 
250 000 emplois en cinq ans.

CAQ Abolition de la taxe santé et de la taxe scolaire, puis gel des effectifs de la fonction publique québécoise.

QS Construction de 50 000 logements sociaux en cinq ans.
9 commentaires
  • Rémi-Bernard St-Pierre - Abonné 6 mars 2014 19 h 28

    Titre douteux

    Utlisisation d'opiacés ou baisse de la température dans les bureaux des ministères, le titre nous permet de se créer de belles images!

    Si c'était venu de l'équipe Labeaume, on aurait même pu s'attendre à des déclarations du genre " nos employés ont 2 degrés de plus que ceux du fédéral"

    Petit délire de début de campagne...

    • François - Inscrit 6 mars 2014 21 h 50

      Vous amenez un point intéressant. On parle du nombre d'employés, pas des employés eux-mêmes. Les titres d'article doivent traduire la réalité. « Couillard veut 250 000 emplois »... Comment une seule personne peut-elle occuper 250 000 emplois ?

  • Cyril Dionne - Abonné 7 mars 2014 02 h 07

    La CAQ et la pensée magique

    « La CAQ s’engage à éliminer la taxe santé et la taxe scolaire (une « taxe injuste », selon François Legault), à annuler la hausse des tarifs des services de garde (on indexerait) et celle des tarifs d’Hydro-Québec. »

    Pourquoi a-t-on l'impression que le parti de François Legault a volé une page du livre économique de la pensée magique de Québec solidaire ? Et qui va payer pour ce manque à gagner du gouvernement ? Même si on n'est pas économiste, on réalise rapidement que tout cela n'a aucun sens, même après en avoir fumé du bon avec Justin Trudeau.

    Aussi, parler qu'on peut rétablir l'équilibre financier du Québec dans la même année si la CAQ est portée au pouvoir nous rappelle bien une promesse d'un de ces candidats défaits à l'élection 2012. Celui-ci avait bien prononcé ces mots fatidiques que les tous les Québécois auraient un médecin de famille dans la même année suivant un gouvernement caquiste. Où est maintenant notre ex-candidat de la CAQ ?

    Et avec le gel des effectifs de la fonction publique québécoise, la CAQ qui se donne Legault, doit être présentement très populaire dans la ville de Québec avec tous ses fonctionnaires qui les regardent d'un air désabusé.

  • Huguette Durocher - Inscrite 7 mars 2014 08 h 24

    Notre fonction publique

    Selon mais recherches c'est 22 400 fonctionnaires de plus à notre charge depuis l'arrivé au pouvoir du PQ en 2012.

    Des emplois pas tous à plein temps mais le PQ les met dans leur bilan de création d'emplois.

    Il est grand temps d'alléger la charge sur les épaules des salariers de 35 000,00 $ et moins brut.

    Huguette Durocher

    • Carroll Roy - Inscrit 7 mars 2014 19 h 50

      Et de ces fonctionnaires, combien d'infirmières, de préposés aux aînés, d'éducatrices en garderie, .
      On ne crée pas des emplois pour des emplois mais pour donner des services.

      Et disons que le salaire de ces 22,400 fonctionnaires font rouler l'économie et rapporte beaucoup en impôts, etc.

    • simon villeneuve - Inscrit 7 mars 2014 20 h 38

      Mme Durocher :"Il est grand temps d'alléger la charge sur les épaules des salariers de 35 000,00 $ et moins brut"

      Quelle charge ?

      Avez-vous regarder les chiffres ?

      Exemple, la totalite de l'impot payer a Quebec par un travailleur gagnant 31000$/ an ne fait que couvrir sa portion en sante ...

      Donc il ne paye aucun impot pour l'education, culture, etc.

      Tous ces individus dont vous parlez sont loin de payer une charge qui couvre tous les services qu'ils ont acces et ont besoin.

      Le probleme n'est pas que ces gens payent trop d'impots, bien au contraire, le probleme est que leur salaire est tros bas et n'a aucun rapport avec les fonctionnaires du Quebec avec de meilleur conditions salariales.

      Une condition salariale pour les fonctionnaires qui devraient servir de modele pour les gens plus bas sur l'echelle salariale

  • Normand Murray - Inscrit 7 mars 2014 11 h 30

    La constante Legault.

    Coupons ici et là voilà la solution ultime.Réduisez les fonctionnaires coupez dans les services on se croirais au parti conservateur qui réduire le déficit par congediement sélectif dans l'état est la solution.Avec cette ligne de pensée ne nous plaignons pas si des délais excessifs des services gouvernementaux nous affligent par la suite.Voyez assurance emploie comme simple référence.P.S:60 milliards par année dans les paradis fiscaux voilà le vrai défi a relevé.La classe moyenne n'a plus a payé pour ce constat.De rajouté qui donc a mis en place tous ces excès administratifs, c'est là ou le mot suradministration intervient dans la donne.Encore une autre fois "trop de chefs pas assez d'indiens".Le gros dégraissage est a envisagé sérieusement.

    • Huguette Durocher - Inscrite 7 mars 2014 14 h 19

      Nous pouvons couper dans les fonctionnaires de notre État sans couper dans nos services directs.

      Huguette Durocher

    • Marc Lacroix - Abonné 8 mars 2014 15 h 11

      Vous rêvez, Mme Durocher !