François Legault lance sa campagne en disant souhaiter une élection historique

Avant même le déclenchement des élections, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a présenté son autobus de campagne à la presse, mardi matin, se disant prêt à aller défendre ses idées devant l'électorat dès maintenant.

Le slogan de la CAQ pour cette campagne, inscrit sur l'autobus du parti, est: «On se donne Legault».

Fidèle à lui-même, M. Legault a lancé sa pré-campagne en dressant un constat peu reluisant de la situation au Québec.

«Certaines personnes trouvent que, parfois, je suis alarmiste, mais je vais persister et signer», a déclaré le chef caquiste, répétant que le Québec vit au-dessus de ses moyens, que ses contribuables sont surtaxés et accusent un retard moyen de 20 % en termes de richesse par rapport aux autres provinces.

«Si on ne fait pas un virage, si on n'applique pas un remède de cheval, on va foncer dans le mur», a-t-il averti.

Selon M. Legault, la situation actuelle est entièrement attribuable à une gouvernance sclérosée.

«Ça fait 40 ans qu'on se chicane entre souverainistes et fédéralistes, entre péquistes et libéraux», a-t-il déclaré, disant espérer une élection «historique», où les Québécois exprimeront «un certain ras-le-bol envers les deux vieux partis qui dépensent plus, qui taxent plus».

Charte de la laïcité

Le chef caquiste a dit s'attendre à une élection portant sur la charte de la laïcité, un sujet dont il croit pouvoir tirer avantage puisque, contrairement aux libéraux, son parti est pour la charte, mais avance une position de compromis qui rallie même les anciens chefs péquistes Jacques Parizeau, Lucien Bouchard et Bernard Landry.

Tout en reconnaissant que sa formation recueille moins de 20 % d'appuis dans les sondages, M. Legault s'est dit confiant de voir cette proportion augmenter en cours de route, rappelant qu'il avait amorcé la campagne de 2012 au même niveau pour finalement récolter 27 % des suffrages exprimés.

«Nous sommes mieux préparés que la dernière fois», a-t-il fait valoir, disant viser une récolte, cette fois, de 30 à 35 % des suffrages. Il affirme que, même si plusieurs de ses candidats ne sont pas très connus, son équipe est la plus compétente qui soit, et ce, tant dans les domaines de l'économie que de la santé, de l'éducation et de la culture.

Par Pierre Saint-Arnaud
10 commentaires
  • - Inscrit 4 mars 2014 14 h 42

    Ça sent la fin ...

    Un nouveau vieux parti. Pas plus inspirant que le slogan des libéraux!

    La CAQ aurait pu prendre celui des libéraux "Ensemble pour les vraies affaires" et les libéraux auraient pu prendre : "On se donne Couillard".

  • Gérard Pitre - Inscrit 4 mars 2014 15 h 02

    Le rêve

    Cher M. Legault. Le rêve est toujours en couleur, mais lorsque l'on se réveille, il est plus souvent qu'autrement en noir et blanc. Quant à vos méthodes de cheval auxquelles vous faîtes allusion, pourriez-vous être plus précis et nous dire dans le blanc des yeux en quoi elles consistent. Et de là on jugera. D'ici là, mon vote ne vous sera jamais aquis. Ça c'est certain. Bonne campagne. Gérard Pitre

  • Carroll Roy - Inscrit 4 mars 2014 16 h 02

    On le voit bien sur l'autobus....

    l'homme se pense plus important que son parti...

    • Guy Desjardins - Inscrit 4 mars 2014 17 h 32

      Le nom de Mme Marois serait'il meilleur, M. Roy? Moi je dis. GO! GO! GO! M.Legault c'est ce que nous voulons. Un homme qui veut aller loin, loin, loin. En fait aussi loin que vos idées préconsues.

  • Roger Gobeil - Inscrit 4 mars 2014 16 h 32

    Élection historique ?

    La CAQ risque effectivement de passer à l'histoire dans cette élection, mais pas tout à fait dans le sens que M. Legault le souhaite!

  • Marcel Bernier - Inscrit 4 mars 2014 17 h 33

    On se donne le go...

    Pour une retraite dorée.