Le PQ ne veut qu'un débat télévisé

En 2012, la campagne avait donné lieu à quatre débats. TVA avait en effet organisé trois débats, refusant de participer au grand débat organisé par le consortium réunissant Radio-Canada et Télé-Québec.
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir En 2012, la campagne avait donné lieu à quatre débats. TVA avait en effet organisé trois débats, refusant de participer au grand débat organisé par le consortium réunissant Radio-Canada et Télé-Québec.
Les élections ne sont pas encore déclenchées que déjà les négociations sont en cours en vue d’un futur débat télévisé. Le Parti québécois a diffusé un communiqué vendredi pour dire que sa formation ne veut qu’un seul débat cette fois-ci.

En 2012, la campagne avait donné lieu à quatre débats. TVA avait en effet organisé trois débats sous forme de face-à-face thématiques après avoir refusé de participer au débat du consortium réunissant Radio-Canada et Télé-Québec. Ce dernier avait organisé un grand débat.

Les deux groupes de télédiffuseurs cherchent à répéter la formule pour cette élection-ci, à une différence près : Québec solidaire, qui n’avait pas été invité par le Groupe TVA, participerait cette fois à tous les débats.

Sa porte-parole Françoise David a indiqué que Québec solidaire a déjà donné son accord aux propositions des deux groupes. Le chef du Parti libéral, Philippe Couillard, se dit lui aussi disposé à prendre part à plusieurs débats.

Le directeur général du Parti québécois, Sylvain Tanguay, croit toutefois que la multiplication des débats ne servira pas les électeurs. « Pour nous, ce qui est un problème, c’est de mettre la campagne électorale entre parenthèses pendant quatre jours de débats et de face-à-face », a-t-il expliqué.

Mme David a cependant réfuté cet argument. « Est-ce qu’il n’est pas intéressant tout de même de penser que durant quatre soirées, les Québécois ont accès à des chefs de différents partis politiques qui débattent de toutes sortes de questions ? C’est quand même ça aussi, la démocratie », a dit la porte-parole de Québec solidaire. « Avoir des débats durant quatre soirs, ce n’est pas une parenthèse. Par la télévision, on rejoint des millions de personnes », a-t-elle ajouté.

M. Couillard a pour sa part exprimé sa surprise devant les exigences du PQ, qu’il trouve arrogantes et inacceptables. Il a accusé la chef péquiste Pauline Marois de continuer ainsi à fuir et cacher des choses à la population. « On fuit en élection plutôt que d’avoir un budget complet et des crédits approuvés, on fuit devant la possibilité d’avoir des débats et c’est la marque de fabrique, c’est la façon dont ce parti politique et Mme Marois se comportent depuis qu’ils sont arrivés au pouvoir », a-t-il dit.

La tenue de quatre débats en 2012 représentait une anomalie ; les élections générales de 2008, de 2007 et de 2003 ont toutes donné lieu à un débat unique.


Par Pierre Saint-Arnaud

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

40 commentaires
  • Guy Desjardins - Inscrit 28 février 2014 19 h 00

    UOUFFF!!! Le parti Québécois ne veut qu'un seul débat?

    Je suis certain qu'il y a erreur car le PQ veut que le peuple du Québec sache qu'ils ont bien manoeuvrés hors de tout doute pour les dettes et déficits et un "deal" avec la FTQ que nous devrions savoir. Je crois qu'ils ont été mal été compris. Mais... élections précipitées, il est fort possible que la vérité au sujet du "deal" ne soit jamais su du grand publique. Il serait fort intéressant de voir Mme Marois et M' Couillard dans au moins deux débats discuter d'économie avec M. Legault, à savoir qui a les meilleures idées pour un Québec en santé. À mon avis c'est dans ces débats que l'ont séparent les grands des enfants. À moins que l'on veulent seulement un débat pour cacher l'autre moitiée. Il ne faut pas prendre les Québécois(es) pour des cons. IL devrait y avoir deux débats et c'est dans la normalité des choses surtout que les anglophones du Québec paient des taxes comme nous tous et ont droit de savoir ou va leur argent. C'est pas plus compliqué que ça.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 1 mars 2014 05 h 42

      Un débat pour les anglos ? Pourquoi ? Ils n'ont qu'à subir un traducteur comme nous le faisons quand certains personnages viennent nous interpeler dans une autre langue que la nôtre.

      N'avez-vous pas remarqué que les journeaux anglo ont envoyé des journalistes qui entendent les deux langues depuis que Mme. Marois a décidé de ne plus répondre en anglais ? Je l'admire encore plus depuis.

      Couillard peut bien parler de «se cacher en campagne». N'était-il pas «en campagne» depuis quelques semaines (avec son crucifix sous le bras)? On ne le voyait ni l'entendait nul part ! Et l'ancien cheuf qui se cachait sur les toits d'édifices et dans les terrains vagues de la province pour ne pas faire face au monde ? Ouais, il sait de quoi il parle le bonhomme, c'est un expert docteur courant d'air !

      PL

    • Donat Boutet - Inscrit 1 mars 2014 07 h 41

      Étant au sein de la seule province distincte francophone en Amérique du Nord, il est complètement insensé qu’une personne vivant depuis suffisamment au Québec pour avoir le droit de vote ne sache pas comprendre le Français. S’il y en a pour qui c’est encore le cas, le débat en anglais serait complètement inutile puisqu’on connaît déjà l’allégeance politique des unilingues anglophones ça ne changera pas leur point de vue quoi qu’il s’y dise.

      S’ils tiennent tant à un débat en anglais pour choisir leur parti fédéraliste, alors qu’ils le fassent entre eux mais c’est une totale perte de temps pour un parti indépendantiste.

    • Denis Beausoleil - Abonné 1 mars 2014 09 h 39

      Il y a quelque chose qui m'échappe dans ce que vous dites; vous êtes très curieux de connaître le soit disant ''deal'' entre la FTQ et M. Blanchet et pas du tout soucieux de toutes les magouilles perpétrées par le PLQ qui refusait, je vous le rappelle, une commission sur la corruption et le financement des partis politiques. Vraiment ça me questionne...En ce qui concerne l'économie, ce n'est pas parce que les libéraux se targuent d'être bons que c'est la vérité. Juste à voir leur bilan de leurs neuf années, on voie bien.
      O. lessard

    • Guy Desjardins - Inscrit 1 mars 2014 15 h 25

      M. Beausoleil. Il faudra bien relire mon commentaire car il est question de M. Legault comme personne très compétente dans les questions de finances et d'économie. Je ne parle pas de magouille car nous savons tous qui ils sont. Ne tenter pas de cacher un soit disant "deal" avec la FTQ car il s'agit possiblement de la magouille. À moins que Mme Marois nous confirme que c'est faux en Commission Parlementaire.

    • Guy Desjardins - Inscrit 2 mars 2014 09 h 28

      À mon premier commentaire je rajouterais qu'il devrait y avoir plusieurs débats comme il y avait aux dernières élections. Les Québécois(es) ne veulent pas de cachette. Ils veulent savoir qui et quel parti sera en mesure de bien gérer le mieux nos finances. À moins que l'on ne veuillent pas savoir... en limitant les débats.

  • Colette Pagé - Inscrite 28 février 2014 20 h 34

    Un débat c'est suffisant !

    C'était une anomalie que de tenir 3 débats et ce n'est rien d'arrogant que de revenir avec l'ancienne formule. Avec les médias qui rapportent jour après jour le programme des partis et la prestation des chefs les électeurs sont suffisamments informés.

    • Benoît Landry - Inscrit 1 mars 2014 07 h 03

      On vous croirait sorti du PLQ en 2012...

    • Gilles Théberge - Abonné 1 mars 2014 22 h 41

      Un débat public c'est amplement suffisant. Même que je trouve ça presque inutile. Cela mobilise beaucoup pour finalement pas grand chose et le surlendemain plus personne ne se souvient de rien.

      Et j'ai bien hâte que l'on puisse voter par voie électronique à partir de chez soi.

  • Jean Francois - Inscrit 28 février 2014 21 h 02

    Il devrait en avoir le plus possible !

    Le plus de débat en direct le plus que les citoyens peuvent voir vraiment qui sont les politiciens. Donc plus il y a de débat le moins bon c'est pour les menteurs et manipulateur.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 1 mars 2014 05 h 48

      Et que diriez-vous si les médias ne couperaient pas les discours devant le monde en clips de 30 sec pour arriver avec leurs publicités répétées à outrance ? Même si je n'entend que 7 fois dans la journée qu'un tel produit est en vente, je vais l'avoir aussi bien compris que la huitième fois !

      PL

  • Marc Bergeron - Inscrit 1 mars 2014 00 h 13

    Malheureux

    Car c'est avec des débats que l'on peut se faire une idée surtout par les temps qui court.
    Je comprends très mal la position de Madame Marois ou je comprends trop. Quand on est dans la transparence on hésite pas, même on préfère s'exprimer davantage. C'est malheureux parce que ce n'est pas avec des information à coup de quelques minutes qu'il est possible de se faire une idée sur la multitude d'annonce fait par le PQ.

    • Denis Beausoleil - Abonné 1 mars 2014 09 h 43

      Je ne le voie pas comme vous. Au contraire, je crois qu'un seul débat est suffisant, car les meilleurs en communication sont favorisés au détriment de la vérité. Charest nous a servi des mensonges dans ces débats et ils ont été crus parce qu'il avait l'art de mentir. Ce qui n'est pas le cas de Mme Marois.
      O. Lessard

    • Gilles Théberge - Abonné 1 mars 2014 22 h 43

      Qui vous dit monsieur Bergeron que l'insistance des Couillard et Legault ne sont pas tout simplement de la poudre aux yeux...?

  • Patrick Boulanger - Abonné 1 mars 2014 01 h 13

    Pourquoi vouloir un seul débat?

    La raison évoquée (dans l'article) par la PQ pour justifier son désir d'avoir un seul débat aux prochaines élections me semble être une baliverne. La raison qui me semble la plus plausible pour expliquer ce désir d'avoir un seul débat c'est que la PQ a beaucoup à perdre à participer à plusieurs débats en compagnie de Mme David. Qu'on l'aime ou qu'on ne l'aime pas, cette femme-là est une excellente débatteuse et plusieurs débats télévisés lui donneraient beaucoup de visibilité...

    • François Ricard - Inscrit 1 mars 2014 10 h 03

      À sa base même, un débat permet à deux ou plusieurs antagonistes de se faire valoir. Un débat ne cherche pas nécessairement à renseigner. C'est un spectacle et une joute oratoire entre deux ou plusieurs personnes. Voulons-nous-être amusés ou renseignés?

    • Patrick Boulanger - Abonné 1 mars 2014 12 h 38

      @ M. Ricard

      M. Ricard, le lien entre votre commentaire et le mien est difficile à voir. Je ne fesais que conjecturer sur ce qui me semble être la principale raison du PQ de vouloir participer à un seul débat des « chefs ». Si c'est moi qui représentais QS aux débats des chefs, j'ai le sentiment que le parti de Mme Marois ne verrait aucun problème à participer à plusieurs débats (peu importe si l'exercice amuse plus qu'il informe la population)...

    • François Ricard - Inscrit 1 mars 2014 14 h 20

      @ M. Patrick Boulanger,
      Est-ce que nous sommes vraiment intéressés à savoir qui débat le mieux?
      Ce qu'il est important de savoir, c'est ce que compte faire la personne dans différents dossiers; de pouvoir lui poser des questions sur le programme de son parti; de nous donner les rasions pour certaines politiques proposées.
      M Charest était, est et sera toujours un excellent debater. Cet art a-t-il fait de lui le plus grand premier ministre que nous ayions eu?

    • Patrick Boulanger - Abonné 1 mars 2014 16 h 26

      @ M. Ricard

      M. Ricard, je vous invite à bien lire mes commentaires avant de me répondre.

    • Gilles Théberge - Abonné 1 mars 2014 22 h 50

      Vos commentaires monsieur Boulanger sont valables, mais ceux des autres même s'ils ne pensent pas comme vous sont aussi valables que les vôtres.

      Il n'y aura qu'un seul débat national, tous les médias vont être en ondes pour le suivre et vous pourrez voir et entendre les chefs de tous les partis, débatre.

      Quand on joue aux quilles il y a dix carreaux à remplir. Pourquoi pas vingt? Pourquoi pas trente? Au hockey il y a trois périodes. Pourquoi pas quatre?

      Ici nous sommes en politique dans une campagne qui durera quelque chose come 30 jours (?) et vous aurez toutes sortes d'occasions de vous informer sur les partis et leurs programmes avant de voter.

      Il y aura un débat et c'est suffisant.