Les libéraux devront trouver au moins trois nouveaux candidats

Québec — Yolande James, Danielle St-Amand et Pierre Marsan ne défendront pas les couleurs du Parti libéral du Québec à l’occasion du prochain rendez-vous électoral.

 

Lasse des allers-retours Montréal-Québec, l’ex-ministre Yolande James, aujourd’hui mère d’un enfant de 10 mois, a décidé de consacrer toute son énergie à sa famille. La députée de Nelligan ne sera pas sur la ligne de départ de la prochaine campagne électorale aux côtés du chef libéral, Philippe Couillard, a-t-elle indiqué à Radio-Canada.

 

Sa collègue Danielle St-Amand déclare également forfait. « Les médecins et les spécialistes ont conclu qu’à ce moment ma condition de santé ne me permettait pas d’entreprendre une campagne électorale », a déclaré lundi la députée de Trois-Rivières, lors d’une conférence de presse. Son local électoral était trouvé. Ses photos étaient prises. « On était prêts. […] Je n’avais pas pensé que ça se terminerait comme cela », a-t-elle précisé, d’une voix brisée par l’émotion. Le PLQ lui chercherait toujours un successeur.

 

De leur côté, les militants péquistes ont invité l’ancien journaliste Alexis Deschênes à prendre part à la course à l’investiture dans la circonscription, où l’auteure Djemila Benhabib avait mordu la poussière en 2012.

 

Dans la circonscription de Robert-Baldwin, un bastion libéral de l’ouest de l’île de Montréal, Pierre Marsan, a décidé lundi de tirer un trait sur vingt ans de vie politique.

 

Pour sa part, le député libéral de Verdun, Henri-François Gautrin, entend briguer une nouvelle fois les suffrages. « En principe, oui », a-t-il dit. M. Gautrin devra toutefois se plier à une assemblée d’investiture au cours de laquelle sa candidature devra être officialisée.

 

Par ailleurs, accusant le PQ de mener une précampagne électorale aux frais des contribuables québécois, la Coalition avenir Québec a demandé lundi au PQ d’acquitter la facture de la campagne publicitaire liée à la promotion du budget.

 

Le député Gérard Deltell a qualifié les pages de publicité achetées par le gouvernement du Québec à la suite du dévoilement du budget de « propagande péquiste pure et simple ». « [Celles-ci] auraient dû être signées [et payées par] : Pauline Marois, chef du Parti québécois », a fait valoir M. Deltell lors d’une conférence de presse. « Si on avait voulu faire de l’information, on aurait dit : “Bien, voilà, dorénavant, les garderies vont être augmentées de 1 $ par jour.”»

 

Le ministère confirme avoir payé 215 000 $ en frais publicitaires depuis le dépôt du budget 2014-2015, jeudi dernier. Le premier budget Marceau avait quant à lui été suivi d’un blitz publicitaire de 374 000 $.

2 commentaires
  • Paolo Mitriou - Inscrit 25 février 2014 03 h 17

    Et...

    Et un nouveau chef vraiment capable de mener ses troupes au pouvoir. La popularité du bon Dr Couillard ne fera qu'aller en diminuant. Bien sûr il est trop tard pour trouver un nouveau chef avant les prochaines élections mais il serait parfaitement inutile de garder le chef actuel après les élections puisque celui-ci s'enlise à chaque fois qu'il s'exprime. Il pourrait rapidement faire le vide autour de lui et peut-être même conduire son parti dans l'oubli final.

    Parlant d'enlisement il y a également Gérard Deltell qui n'a pas besoin de conseils. La semaine dernière il se scandalisait du fait que Loto-Québec avait dépensé un énorme 250,000.00$ pour célébrer les rénovations du Casino de Montréal, rénovations s'élevant à 300,000,000.00$. En plus, en attirant plein d'invités pour cet événement Loto-Québec aurait réalisé des profits supplémentaires de 1,500,000.00$ de plus qu'une journée normale. Quel scandale! C'est exactement comme si je m'achetais une maison de 300,000.00$, que je dépensais 250.00$ pour gâter mes invités et que ceux-ci en échange me remettaient 1,500.00$ de cadeaux. Comme scandale il me semble qu'on peut facilement trouver plus sérieux. Mais la CAQ n'a tellement rien à offrir qu'elle s'est spécialisée depuis un bon moment dans le dépistage de faux scandales. Jacques Duchesneau a joué à ce jeu en posant tellement de "questions" qu'il a fini par se brûler la langue. C'est du moins l'impression qu'il donne puisqu'on ne l'entend plus. Il est vrai qu'une poursuite judiciaire ça cloue le bec à n'importe qui qui CAQuette un peu trop.

  • Rodrigue Guimont - Inscrit 25 février 2014 09 h 38

    Un poste sûr pou un avenir incertain...

    Des rumeurs circulent dans notre région concernant la possible candidature d'Eric Forest, actuellement maire de Rimouski et actuel président de l'Union des municipalités pour le Parti liberal du Québec lors de possibles et probables élections.

    Si M. Forest décide de faire le saut sous l'actuel et peu populaire M. Couillard (du moins du côté francophone) il aurait intérêt à se faire élire dans un bastion sûr de Montréal. Tout bon maire qu'il fut, Rien de certain pour lui dans le comté de Rimouski. Cette situation n'est pas sans rappeler le parcours de l'ex maire Michel Tremblay qui aprés avoir été maire de Rimouski de 1994 à 2005, fut candidat libéral défait défait aux élections fédérales en 2006.