Québec entame le sprint final

Le leader du gouvernement, Stéphane Bédard, aura une bonne idée de ses chances de réussite mardi lorsqu’il connaîtra le nombre d’élus en file afin de prendre la parole avant l’adoption du projet de loi sur les soins de fin de vie.
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir Le leader du gouvernement, Stéphane Bédard, aura une bonne idée de ses chances de réussite mardi lorsqu’il connaîtra le nombre d’élus en file afin de prendre la parole avant l’adoption du projet de loi sur les soins de fin de vie.

Québec — Trois jours, trois lois. Le gouvernement péquiste souhaite faire adopter trois pièces législatives majeures — loi sur les soins de fin de vie (52), loi sur le nouveau Code de procédure civile (28), loi sur l’inspecteur général de Montréal (73) — d’ici au dépôt du budget, jeudi à 16 h. Le compte à rebours est lancé.

 

Un tel tour de force permettrait à la première ministre, Pauline Marois, de demander au lieutenant-gouverneur de dissoudre l’Assemblée nationale au cours de la relâche parlementaire sans avoir à saborder ces projets de loi de premier plan. Le leader du gouvernement, Stéphane Bédard, aura une bonne idée de ses chances de réussite mardi lorsqu’il connaîtra le nombre d’élus en file afin de prendre la parole avant l’adoption du projet de loi sur les soins de fin de vie.


40 interventions

 

Près de 40 députés de l’opposition officielle tiennent à expliquer leur approbation ou leur désapprobation au projet de loi 52 avant la tenue du vote final, a indiqué lundi soir l’attaché de presse de l’aile parlementaire libérale Charles Robert. Selon lui, entre cinq et sept heures seraient nécessaires afin de permettre aux élus du Parti libéral du Québec de partager leur réflexion, tout particulièrement sur l’ajout de l’aide médicale à mourir dans l’offre de soins en fin de vie.

 

« Il faut vraiment permettre à tout le monde de s’exprimer », a incité la députée de Hull, Maryse Gaudreault. Elle craignait toujours lundi de voir le projet de loi 52 mourir au feuilleton en raison d’une élection « inutile » à ce moment-ci.

 

Si les libéraux se refusent à toute « obstruction parlementaire », certains souhaiteraient bien empêcher le Parti québécois d’ajouter une loi sur les soins de fin de vie à « son bilan » à la veille d’une campagne électorale.

 

La Coalition avenir Québec « ne brusquera pas l’échéancier parlementaire » afin d’adopter en vitesse les projets de loi 52, 28 et 73, a indiqué le leader du deuxième groupe d’opposition, Gérard Deltell. À l’instar du PLQ, la CAQ se défend d’avoir lancé un « mot d’ordre » à ses députés afin de prendre la parole pour repousser la tenue du vote final.

 

« D’aucune façon, on ne veut se servir de projets de loi comme mourir dans la dignité pour faire de la guéguerre parlementaire, mais on va faire notre travail », a affirmé M. Deltell.

 

L’inspecteur général pourrait attendre

 

Le ministre de la Justice, Bertrand Saint-Arnaud, croise les doigts afin que l’Assemblée nationale adopte le projet de loi instituant le nouveau Code de procédure civile au plus tard jeudi. « On peut l’adopter avec un nombre limité d’interventions. On est tous d’accord. Moi, je n’ai pas grand-chose à dire », a-t-il confié lundi soir après avoir conclu l’étude de chacun des quelque 800 articles du projet de loi 28.

 

De son côté, le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, avait bon espoir d’amorcer l’étude du projet de loi 73 au cours de la semaine, mais se gardait lundi de promettre au maire de Montréal, Denis Coderre, un inspecteur général d’ici la relâche parlementaire.

4 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 18 février 2014 04 h 55

    … partez ! -

    « Trois jours, trois lois. » (Marco Bélair-Cirino, Le Devoir)

    Misère de misère que c’est super « rapide » ce genre de sprint qui, genre olympique, va permettre aux parlementaires d’afficher leurs éventuelles médailles ou … disqualifications !

    Alors, maintenant :

    À vos marques, prêts ? …

    … partez ! - 18 fév 2014 -

    • Guy Vanier - Inscrit 18 février 2014 11 h 39

      Pour une fois que Mme Marois à toutes les cartes en main c'est à elle de les jouer à l'avantage du PQ et des québécois (es).
      couillard dans l'opposition et adieu legeault.....

    • Guy Desjardins - Inscrit 18 février 2014 19 h 16

      M. Vanier, il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Pourtant tout le monde sait cela!

  • Marc Bouchard-Marquis - Inscrit 18 février 2014 11 h 35

    À lire avant le sprint final...

    Permettez-moi de vous suggérer la lecture de l'article " Une charte pour la Nation" de la philosophe et professeure Louise Mailloux...un petit bijou où le multiculturalisme Canadian en prend pour son rhume.

    http://www.lautjournal.info/default.aspx?page=3&am
    Lorsque vous serez sur la page, avec votre curseur allez vers la droite, un peu plus bas...vers la rubrique "Coups de gueule" cliquez sur Louise Mailloux.
    Bonne lecture.