Le financement du SLR toujours dans les limbes, déplore Québec

Québec a déploré le silence d’Ottawa sur le financement du système de transport léger sur rail (SLR) pour le nouveau pont Champlain à la suite de la confirmation par le premier ministre Stephen Harper du fonds Chantiers Canada pour les infrastructures visant les 10 prochaines années.

 

« Le fédéral fait un pont, il va y avoir une belle “ track ” de chemin de fer dessus, mais le financement du SLR n’est pas garanti », a déclaré dans un point de presse le ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes et à la Gouvernance souverainiste, Alexandre Cloutier.

 

Stephen Harper a annoncé jeudi certains détails relatifs au Fonds Chantier Canada pour la prochaine décennie, un investissement de 14 milliards annoncé dans le budget Flaherty de l’an dernier. Dix milliards sont répartis parmi les provinces en proportion de leur population et sont destinés à des projets émanant des provinces et des municipalités. Cela représente pour le Québec environ 200 millions par an. Un autre volet dit « au mérite », d’une valeur de 4 milliards, est réservé à des projets choisis par le gouvernement fédéral.

 

C’est dans cette enveloppe que Québec propose qu’on pige pour financer le SLR, soit une somme de 930 millions qui viendrait éponger près de la moitié du coût du SLR, un projet évalué entre 1,3 milliard et 2 milliards.


Crainte d’ententes à la pièce

 

Par ailleurs, Alexandre Cloutier s’est réjoui qu’Ottawa abandonne l’idée de signer une entente-cadre fédérale-provinciale pour Chantiers Canada, dont la négociation dans le passé avait duré 18 mois. Mais il craint que le fédéral insiste pour négocier des ententes à la pièce, ce qui provoquera, selon lui, des délais indus. Québec a proposé qu’Ottawa transfère en bloc les 2 milliards qui reviennent au Québec, ce qui réduirait les embûches bureaucratiques. Encore là, l’annonce fédérale est silencieuse à cet égard, et ce, à six semaines du début du programme, le 1er avril prochain. « Si le gouvernement fédéral veut de la visibilité, bien, on est prêt à travailler pour leur donner de la visibilité », a indiqué le ministre.