Québec puisera dans le fonds destiné aux routes pour le transport collectif

Québec procédera, au cours des six prochaines années, à un transfert vers le transport collectif d’une partie des sommes initialement réservées au transport routier dans le Plan québécois des infrastructures.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Québec procédera, au cours des six prochaines années, à un transfert vers le transport collectif d’une partie des sommes initialement réservées au transport routier dans le Plan québécois des infrastructures.
Dans sa volonté de prendre un virage en faveur des transports durables, Québec puisera près d’un milliard de dollars dans le fonds destiné aux travaux routiers pour financer les transports collectifs d’ici 2020. La stratégie nationale de mobilité durable dévoilée lundi à Montréal prévoit des investissements accrus dans les transports en commun ainsi que des mesures pour inciter les Québécois à abandonner l’auto-solo.

Mais du même souffle, Québec admet que ces sommes ne suffiront pas, ouvrant ainsi la porte à de nouvelles discussions sur un nouveau cadre de financement à long terme des transports collectifs.

À l’occasion du déjeuner-bénéfice de Transport 2000, le ministre Sylvain Gaudreault a présenté la stratégie visant à remettre les transports collectifs sur les rails et assurer la pérennité les équipements et les infrastructures.

Le gouvernement se fixe un objectif ambitieux, soit d’augmenter de 30 % l’offre de service de transport en commun au Québec d’ici 2020, ce qui équivaut à une hausse de plus de 5 % par année.
 
Rééquilibrer les investissements

Pour ce faire, Québec procédera, au cours des six prochaines années, à un transfert vers le transport collectif d’une partie des sommes initialement réservées au transport routier dans le Plan québécois des infrastructures (PQI), ce qui correspond à 931 millions.

Selon les données fournies, à l’heure actuelle, 21,4 % des fonds sont investis dans les transports en commun, contre 78,6 % pour le réseau routier. Avec la stratégie, la portion destinée au transport collectif passera à 27,4 %, ce qui portera à 969 millions les sommes qui y seront consacrées en 2014-2015, soit 27,7 millions de plus qu’en 2013.

«C’est majeur comme geste. Cela n’affectera en rien le maintien en bon état de nos infrastructures routières», a soutenu le ministre Gaudreault. Selon lui, l’impact sera «très gérable» puisque les infrastructures routières souffrent d’un déficit d’entretien proportionnellement moins important que celles du transport en commun.

À plus long terme, les investissements en transport en commun atteindront 4,6 milliards d’ici 2020, soit 924 millions par année en moyenne.
 
Cadre de financement

Québec promet aussi d’assouplir les règles encadrant le maintien d’actifs afin de permettre aux organismes responsables des investissements en transport collectif d’avoir accès plus rapidement aux sommes qui leur sont destinées.

Cette injection de nouveaux fonds ne suffira pas pour rêver d’une hausse de 30 % de l’offre de service d’ici 2020, reconnaît toutefois Québec. Faute d’avoir tranché quant à de nouvelles sources de revenus réclamées depuis des années par les villes et sociétés de transport, le gouvernement lance un chantier sur le financement du transport collectif. Il fixe même à 2015 l’application de ce nouveau cadre de financement.

Les interventions en matière de maintien et d’amélioration devront alors être priorisées et il faudra «dresser un bilan des sources de financement actuelles et possibles», mais la stratégie demeure muette sur ces options, qu’il s’agisse de péages, de droits d’immatriculation ou d’une hausse de la taxe sur l’essence.

Pour la région de Montréal, le ministre mise sur un consensus des élus municipaux pour en venir à une solution même s’il reconnaît l’existence d’une grande diversité d’opinions à ce sujet.
 
Plus de cohérence

La stratégie vise une plus grande cohérence dans les interventions. «Le Québec a trop souvent traité de façon séparée la planification des transports et l’aménagement du territoire», souligne le document. «Dans la réalité, il existe des liens très étroits entre ces deux domaines des politiques publiques.»

Pour mettre un terme à ce cloisonnement, la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme sera modifiée afin de rendre obligatoire la planification intégrée de l’aménagement du territoire. Ces nouvelles règles viseront à limiter l’étalement urbain et favoriser le transport collectif.

Dans le passé, la gouvernance des transports a nui à planification et au développement de projets de transport compte tenu de la multiplicité des intervenants, reconnaît Québec. La région de Montréal compte trois sociétés de transports, 12 organismes municipaux et intermunicipaux de transport en plus de l’Agence métropolitaine de transport (AMT). De son côté, la région de Québec-Lévis est desservie deux sociétés de transport.

Québec entend donc déposer sous peu une proposition pour remettre de l’ordre dans ces structures. Le gouvernement fera notamment le ménage dans les titres de transport et créera un guichet unique pour les usagers. Il modifiera la Loi sur l’Agence métropolitaine de transport pour soumettre son conseil d’administration aux règles de la Loi sur la gouvernance des sociétés d’État.

Québec laisse entendre que les rôles et responsabilités des organismes de transport, dont l’AMT, seront revus, mais ne détaille pas davantage ses intentions. Questionné à ce sujet récemment, le ministre Gaudreault avait réitéré sa confiance envers l’AMT tout en se disant attentif à la volonté exprimée par les élus municipaux de prendre en charge la planification des transports dans la région de Montréal.

Le maire Denis Coderre s’est montré plutôt satisfait des intentions exprimées par le ministre même s’il émet quelques bémols. «C’est un pas dans la bonne direction. Mais ce qui m’interpelle, c’est la gouvernance, a-t-il dit. J’aurais aimé qu’on parle davantage de [nouvelles sources] de financement. On nous renvoie la balle avec le chantier qu’on promet.»

De son côté, le député libéral de Viau, David Heurtel, estime que l’annonce du gouvernement ressemble davantage à une «stratégie électorale» qu’à une stratégie de mobilité durable. «C’est sûr qu’on ne peut pas être contre le financement du transport collectif, sauf que quand on regarde, on constate que c’est du pelletage par en avant. Ça fait un an qu’on est en consultation avec tous les intervenants du transport collectif et sur les deux principales questions, le financement et la gouvernance, on nous annonce qu’on va parler encore un peu au lieu de prendre les vraies décisions qui s’imposent.»
 
Un Québec électrique

Québec prône aussi l’électrification des transports, évoquant son intention de faire de Montréal «une cité de l’électromobilité». À cet égard, la stratégie cite le métro de Montréal et le train de banlieue de Deux-Montagnes, entièrement électriques, ainsi que les projets de système léger sur rails (SLR) sur le futur pont Champlain, l’implantation en 2015 de trolleybus sur le boulevard Saint-Michel et les trois autobus électriques de Nova Bus qui seront testés l’an prochain à Montréal.

Québec réitère par ailleurs son intention d’offrir des incitatifs financiers aux propriétaires de taxis afin de les amener à se doter de véhicules électriques.

La Stratégie évite toutefois de mentionner la décision d’Hydro-Québec de retirer à la Société de transport de Montréal (STM) son tarif préférentiel, une mesure qui se traduira par une hausse de près d’un demi-million de sa facture d’électricité en 2014.
 
Transport actif

Le gouvernement prévoit également des mesures destinées au transport actif, soit le vélo et la marche. Une somme de 35 millions sera versée dans le cadre du programme Véloce II. De même, une réflexion s’engagera pour mieux encadrer le partage de la rue dans le but de favoriser les transports actifs et améliorer la sécurité des usagers «les plus vulnérables».

Québec compte par ailleurs mettre en place des voies réservées qui seront accessibles au covoiturage et élaborer des directives pour que les établissements publics et parapublics offrent des places de stationnement préférentielles aux covoitureurs.

Quant au transport adapté, il bénéficiera d’une aide financière supplémentaire de 6 millions ce qui portera son budget pour 2014-2015 à 96,5 millions.
9 commentaires
  • Simon Chamberland - Inscrit 10 février 2014 16 h 04

    La majorité aux routes

    N'empêche que la majorité des fonds ira aux voitures et que ce gouvernement s'est tout de même engagé fermement en faveur de l'étalement urbain avec le prolongement de la 19 et le transfert de pouvoir des arrondissements de Montréal vers le MTQ (pour éviter de tenir des citoyens lorsqu'on rase leurs quartiers pour des autoroutes).

    Alors c'est une bonne nouvelle, mais il n'y a pas de quoi pavoiser.

    • Marc Donati - Abonné 10 février 2014 17 h 14

      Je suis d'accord avec vous, d'autant plus que la politique de mobilité durable contient plus de voeux pieux que de mesures concrètes («on va regarder ça de plus près et vous revenir là-dessus, promis...»)

      Je questionne également la manière. Je ne suis pas du tout contre l'idée d'implanter des autobus électriques sur les lignes les plus achalandées. Or, est-ce vraiment la priorité? Combien de lignes d'autobus sont sous-utilisées parce que la fréquence est aux 25 minutes sur des axes principaux? Entre augmenter la fiabilité du service et électrifier ce qui fonctionne déjà très bien et enlève déjà des voitures sur la voirie, alors que les autobus ne comptent que pour 0.8% des émissions de gaz à effet de serre, je choisirais la première option.

    • Simon Chamberland - Inscrit 10 février 2014 19 h 16

      Et en plus, M. Donati, ce gouvernement reconduit la subvention pour les voitures électriques. C'est bien, et je peux en témoigner en possédant une, mais c'est une mesure qui favorise les ménages aux revenus élevés (comme le mien) alors ce même gouvernement coupe le tarif préférentiel d'électricité pour la STM, ce qui pénalise les ménages aux revenus plus faibles.

      Ne nous trompons pas : couper le tarif «L» occasionnera un manque à gagner pour la STM équivalent à la subvention pour les voitures électriques. C'est une mesure électoraliste qui montre le mépris envers les citadins moins fortunés au profit des banlieusards à l'aise financièrement (dont je fais partie).

    • Huguette Durocher - Inscrite 11 février 2014 03 h 48

      Merci M. Chamberland,
      Huguette Durocher

  • Albert Labranche - Inscrit 10 février 2014 18 h 52

    Le poste budgétaire importe peu.

    Les sous ils viennent de nos poches. Trouver le nom que vous voudrez c'est toujours la meme source.

  • Donald Tremblay - Inscrit 10 février 2014 20 h 22

    Voleur

    C'est du vol. Je ne comprends pas que les automobilistes paie pour le transport en commun. Les gens en région, roule beaucoup et paie beaucoup en taxe sans aucun service en retour. La réalité, c'est que les gens de la province paie pour les montréalais, la seule ville du Québec ou le transport en commun peut fonctionner.

    En plus, on paie déjà pour les fonds de pension des retraité de la ville de Mtl.....

    • Simon Chamberland - Inscrit 10 février 2014 21 h 12

      Je paie cher pour les transports en commun et je ne les utilise presque plus.

      Mais ça ne me dérange pas.

      De un, j'en ai les moyens.

      De deux, ça désengorge le réseau routier, ce qui est bon pour l'économie

      De trois, ça réduit la pollution, ce qui réduit la facture du système de santé.

      De quatre, les usagers des transports en commun bougent plus que beaucoup d'automobilistes, alors ils sont moins à risque pour les problèmes de santé cardiaque.

      De cinq, le matériel roulant est fabriqué ici, au Québec, par gens d'ici qui paient des impôts ici.

      Je n'ai aucun problème à payer plus si ça aide mes concitoyens à avoir des emplois, à rester en santé et si ça rend mes visites à Montréal plus agréables.

    • Jean Richard - Abonné 10 février 2014 22 h 13

      Enlevez les transports en commun demain matin et vous comprendrez pourquoi ceux qui jouissent le plus de leur présence, ce sont les automobilistes. Et puis, ce ne sont pas les automobilistes des régions qui paient des taxes pour les transports en commun, mais ceux des régions métropolitaines.

      Par ailleurs, les Montréalais paient aussi taxes et impôts. Et on a déjà démontré par une étude que ceux qui en recevaient le moins pour chaque dollar envoyé à Québec, c'était les Montréalais.

      On n'a qu'à penser aux routes : la plus grande partie du réseau routier de Montréal est municipal, pas provincial. Or, si on fait le calcul, on s'aperçoit qu'il y a beaucoup plus de kilomètres de routes provinciales par habitant en région que dans la métropole. C'est la même chose pour bien des services (n'allez pas me dire que les services de santé sont concentrés à Montréal – sinon, il faudrait nous expliquer pourquoi on attend beaucoup plus aux urgences de la métropole qu'en région).

      Montréal reconnaît la légitimité des régions et aussi, elle ne rechigne pas à payer. Le respect doit-il ne s'appliquer que dans un sens ?

  • Jean Richard - Abonné 10 février 2014 21 h 59

    Du vide, que du vide...

    « Le gouvernement se fixe un objectif ambitieux, soit d’augmenter de 30 % l’offre de service de transport en commun au Québec d’ici 2020 »

    On dit bien au Québec – et le Québec est vaste. Or, comment peut-on prétendre augmenter cette offre de 30 % alors que celle de la STM ira en diminuant ? Comment sera calculée cette offre de service ? De plus, une augmentation de l'offre ne signifie pas forcément une augmentation proportionnelle de l'achalandage. Du vague, rien de concret.

    « faire de Montréal «une cité de l’électromobilité» » – Avec des voitures individuelles fortement subventionnées, comme si la congestion était une question de pétrole, de mazout ou d'électricité... Quant à la ligne de trolleybus sur Saint-Michel en 2015, c'est sûrement une erreur de frappe. On voulait dire 2051. L'histoire récente nous permet de prévoir une partie du futur. 2015, c'est l'an prochain. Une ligne de trolleybus mise en service en seulement un an à Montréal selon un projet mené par Québec ? Personne ne va croire à ça. Et les trois Novabus qui serviront à alimenter le système de recharge de Bombardier, en quoi amélioreront-ils l'offre de transport en commun à Montréal ? À ce jour, ce système Primove n'est pas encore au point.

    Bref, ça sent l'électoralisme, mais ça n'a rien pour soulever l'enthousiasme.