La «mafia» syndicale fait la loi sur la Côte-Nord

Les grutiers gagnent en moyenne de 82 000 $ à 92 000 $ par année au Québec. Le laxisme d'Hydro-Québec aurait donc coûté plus de deux millions de dollars aux contribuables.
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir Les grutiers gagnent en moyenne de 82 000 $ à 92 000 $ par année au Québec. Le laxisme d'Hydro-Québec aurait donc coûté plus de deux millions de dollars aux contribuables.
Sur les chantiers de la Côte-Nord, un contremaître dîne dans son camion pour ne pas se faire « écoeurer ». Il doit vouvoyer les syndiqués, ne pas leur donner d’ordres, et encore moins les congédier sous peine de violentes représailles. Tout passe par les délégués syndicaux tels que Bernard « Rambo » Gauthier.

Les syndicats de la construction sont aux commandes des grands chantiers d’Hydro-Québec sur la Romaine, a relaté l’enquêteur Michel Comeau, lundi à la commission Charbonneau. La société d’État « ferme les yeux » sur des pratiques coûteuses, ont déploré des entrepreneurs qu’il a interrogés sous le couvert de l’anonymat.

M. Comeau a éprouvé de sérieuses difficultés à recruter des témoins pour parler de discrimination syndicale. Il s’est heurté à un climat « d’omertà » semblable à celui qui prévaut au sein du crime organisé.

Collaboration forcée

Les témoins qui se sont confiés à l’enquêteur de la Commission ont décrit un climat de terreur. Les chantiers de la Côte-Nord obéissent à leurs propres règles : intimidation, placement forcé, menaces, pots-de-vin au profit des délégués syndiqués. Tous les moyens sont bons pour prendre le contrôle du chantier et traîner les pieds le plus longtemps possible pour préserver les emplois locaux.

« Souvent, les entrepreneurs n’ont pas le choix de se plier aux exigences des syndicats », a dit M. Comeau. Les firmes les plus expérimentées adaptent leurs soumissions à la triste réalité de la Côte-Nord. Les travaux y coûtent de 20 à 30 % plus cher qu’ailleurs.

Les travailleurs de la Côte-Nord sont hostiles à la présence de travailleurs externes. L’esprit de corps leur a valu d’accaparer près de la moitié des heures totales travaillées sur le chantier de la Romaine, pour une masse salariale de 66 millions de dollars.

Sous la gouverne de Bernard « Rambo » Gauthier, la section locale 791 de la FTQ-Construction (opérateurs de machinerie lourde) a fait la vie dure à un entrepreneur du Saguenay, Fernand Gilbert. Un de ses contremaîtres a été battu pour avoir osé limoger cinq travailleurs jugés incompétents. « Tu “slaqueras” pas nos gars. On va te casser les deux jambes », lui a-t-on signifié.

M. Gilbert craignait tant pour la sécurité de ses hommes qu’il a rappelé son personnel.

Bernard Gauthier est considéré « comme un Dieu » sur la Côte-Nord. Même la police hésite à intervenir lorsque des entrepreneurs se plaignent de sa conduite.

Le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (CPQMC International) n’est pas en reste. Son ancien président, Gérard Cyr, a été décrit comme « un roi » qui était aussi capable de perturber un chantier, en imposant l’embauche de travailleurs moins productifs. La section locale 144 de l’International (tuyauteurs et soudeurs) était considérée comme « une mafia » par les entrepreneurs.

Jules « Matou » Bernier, un délégué de l’International, était lié à Denis Vincent (une relation des Hells Angels) et au fils de Tony Accurso (Jimmy). Ce syndicaliste exploitait en parallèle une entreprise de fabrication de roulottes de chantier, Conex, qu’il a imposée sur le chantier de l’Aluminerie Alouette.

Grutiers payés à ne rien faire

Les pratiques discriminatoires ont aussi miné le chantier hydroélectrique de la rivière Péribonka, au Saguenay. Un sous-traitant d’Hydro-Québec, Bauer, avait l’intention d’employer une centaine de travailleurs allemands. Les travailleurs de la FTQ-C se sont ligués contre ces « voleurs de jobs ».

Le directeur général de la FTQ-C, Jocelyn Dupuis et le président, Jean Lavallée, ont mis leur nez sur le chantier pour convaincre Bauer et Hydro-Québec de renvoyer les Allemands de l’autre côté de l’Atlantique. Seuls les grutiers de Bauer sont restés.

Deux chaperons de la section locale 791-G (grutiers) ont accompagné chaque grutier allemand. Accompagner est un bien grand mot. Sept des douze grutiers de la FTQ-C ont été « payés à rien faire » pendant deux ans, a expliqué M. Comeau. Ils restaient dans les roulottes à dormir ou à jouer aux cartes, pour un salaire de 82 000 à 92 000 $ par année. Certains d’entre eux ont même poussé l’audace jusqu’à rester à la maison, les fins de semaine, ce qui ne les a pas empêchés d’encaisser une paie à temps double. « Quand on nous parle d’aberration, c’en était une. C’était toléré, et tout le monde le savait », a dit M. Comeau.

L’exception d’Alouette

Un chantier en particulier a échappé à la dictature syndicale, celui de la phase 2 d’Alouette, à Sept-Îles.

M. Comeau soupçonne le président de la compagnie, Joe Lombard, d’avoir « acheté la paix ».

Des entrepreneurs ont relaté que des délégués syndicaux avaient touché des commissions secrètes de 15 000 $ à 50 000 $ pour ne pas nuire aux travaux.

Jocelyn Dupuis aurait fait des pressions pour que le contrat soit accordé à Simard Beaudry, propriété de Tony Accurso, en menaçant Alouette d’organiser un boycottage du chantier. « La FTQ-Construction ne pouvait pas faire perdre d’argent à Simard Beaudry », a dit M. Comeau.

Le chantier s’est déroulé « anormalement bien », en avance de trois mois sur l’échéancier initial. Joe Lombard, Tony Accurso, Jean Lavallée et Jocelyn Dupuis ont fait un voyage ensemble sur le Touch pour souligner cette réussite.

La FTQ-Construction exerçait un plein contrôle sur le chantier de la Romaine.

À voir en vidéo