Le salaire minimum passera de 10,15 $ à 10,35 $ en mai

La ministre du Travail, Agnès Maltais, a annoncé mercredi une hausse du salaire minimum à compter du 1er mai.
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir La ministre du Travail, Agnès Maltais, a annoncé mercredi une hausse du salaire minimum à compter du 1er mai.
Shawinigan – Après avoir fait pleuvoir les millions sur la Mauricie et le Centre-du-Québec, dans une atmosphère pré-électorale, le gouvernement Marois renchérit, cette fois en s’adressant aux petits salariés.

La ministre du Travail a annoncé mercredi une hausse du salaire minimum, à compter du 1er mai. Le taux horaire passera ainsi à 10,35 $, une hausse de 20 ¢. Il en est de même pour les travailleurs de certains secteurs du textile, dont le salaire passe aussi de 10,15 $ à 10,35 $ l’heure. Le taux horaire des employés à pourboire augmente aussi : il passera de 8,75 $ à 8,90 $. Le gouvernement Marois se targue d’avoir haussé de 45 ¢ le taux horaire du salaire minimum depuis son arrivée au pouvoir en septembre 2012. Près de 350 000 travailleurs bénéficieront du nouveau taux horaire, selon les données du gouvernement. Québec solidaire a critiqué la hausse consentie. Par voie de communiqué, le parti a indiqué que le taux horaire devrait être de 11,37 $, pour ainsi permettre au salarié de dépasser le seuil de faible revenu. Normalement, la hausse du salaire minimum est annoncée en décembre, mais la ministre se défend d’avoir voulu profiter de la fébrilité électorale dans laquelle baigne le Québec. Elle a soutenu qu’elle était trop occupée en décembre pour entreprendre les démarches avec le comité responsable du salaire minimum. «Normalement, cela arrive fin décembre, mais j’étais un peu occupée avec le plan d’action sur les régimes de retraite, a-t-elle commenté en point de presse en marge du caucus des péquistes à Shawinigan. Alors, dès janvier, on a enclenché la mécanique pour passer à travers les comités ministériels, et la décision gouvernementale est arrivée aujourd’hui. Il n’y a eu aucun retard par rapport au 1er mai. »

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Jacques Morissette - Abonné 5 février 2014 18 h 00

    Sincérité pré-électorale.

    Geste calculé, cette dame qui coupe l'aide sociale d'une main et augmente le salaire minimum de l'autre. J'appellerais ça de la sincérité pré-électorale.

  • Leclerc Éric - Inscrit 5 février 2014 19 h 43

    Tant qu'à vouloir être généreux à tout prix avec l'électorat

    Pourquoi ne pas annoncer une nouvelle modification de la Loi sur les normes du travail?

    Avec les «améliorations» annoncées par Bernard Landry pendant l'adoption de la Loi sur la lutte à la pauvreté et l'exclusion sociale, il y a très longtemps... (uniforme de travail fourni, salaire minimum) alors que tout le monde savait à l'époque (et sait toujours), que le mariage entre syndicats et la PQ allait à merveille, il ne fallait pas s'attendre à des annonces qui allaient transformer le sort des travailleurs à faible revenu! D'autant que leur acceptation officielle à l'aide-juridique n'aura lieu qu'à l'été 2015...

  • Guy Vanier - Inscrit 5 février 2014 21 h 28

    Oui pour l'élection!

    Allons chercher une majorité pour pouvoir faire ce que nous voulons pour le Québec de demain.

  • Michel Vallée - Inscrit 7 février 2014 18 h 54

    Faire rire de soi au cube

    WoW ! Une hausse de 20 ¢ de l'heure !

    À nous la belle vie !