Caucus: le gouvernement Marois multipliera les annonces en région

À Montréal lundi, Pauline Marois a annoncé un premier investissement pour l’agrandissement du Musée d’art contemporain. Des élus du Parti québécois profiteront du caucus en région pour faire des tournées « exceptionnelles » et annoncer divers investissements.
Photo: - Le Devoir À Montréal lundi, Pauline Marois a annoncé un premier investissement pour l’agrandissement du Musée d’art contemporain. Des élus du Parti québécois profiteront du caucus en région pour faire des tournées « exceptionnelles » et annoncer divers investissements.

Québec — Contexte préélectoral ou non, le gouvernement Marois entend associer la tenue de caucus en région à des tournées « exceptionnelles », une occasion de multiplier les annonces et, ainsi, de doper la visibilité gouvernementale dans un court laps de temps.

 

« C’est une recette qui fonctionne », a indiqué Sébastien Marcil, l’attaché de presse du whip en chef du gouvernement, Marjolain Dufour.

 

Le Parti québécois tiendra le caucus présessionnel de ses députés mercredi et jeudi prochains à Shawinigan. En quatre jours cette semaine en Mauricie et dans le Centre-du-Québec, ministres et députés feront plus de 80 annonces, allant de la minuscule subvention de 20 000 $ pour un parc de planches à roulettes à une somme de 3,5 millions destinée à la rénovation des écoles de la Commission scolaire de l’Énergie. « On m’a dit qu’on n’a jamais vu autant d’annonces dans la région en si peu de temps », a signalé l’attaché de presse.

 

Les élus péquistes pourront ainsi rencontrer des maires et des acteurs des milieux socioéconomiques dans neuf circonscriptions : Arthabaska. Champlain, Drummond–Bois-Francs, Johnson, Laviolette, Maskinongé, Nicolet-Bécancour, Saint-Maurice et Trois-Rivières. Trois des circonscriptions sont acquises aux péquistes tandis que le Parti libéral du Québec et la Coalition avenir Québec se partagent les six autres à parts égales.

 

Formule éprouvée

 

Au caucus présessionnel de la fin août à Carleton-sur-Mer, en Gaspésie, le gouvernement Marois avait testé cette formule de tournées « exceptionnelles », mais la présente offensive est deux fois plus importante.

 

Mardi, le ministre des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire, Sylvain Gaudreault, annoncera une aide financière pour les propriétaires de maisons aux prises avec des problèmes liés à la pyrolite en Mauricie. Exceptionnellement, il s’agit d’une nouveauté. Toutes les autres annonces font partie de mesures générales qui étaient déjà prévues dans le dernier budget, mais qui trouvent maintenant leurs applications concrètes.

 

Ainsi, la ministre déléguée à la Politique industrielle, Élaine Zakaïb, annoncera plusieurs investissements tirés du fonds de diversification économique créé dans la foulée de la fermeture de la centrale Gentilly-2. D’autres annonces découlent de la Politique nationale de la ruralité ou encore du programme de rénovation des infrastructures scolaires.

 

Ne voulant pas être en reste, le chef libéral, Philippe Couillard, s’est déplacé, lundi, à Grand-Mère, dans la circonscription de Laviolette, pour rencontrer, avec la députée Julie Boulet, des acteurs locaux.


***

Des méthodes à la Maurice Duplessis?
 

Comme le faisait jadis Maurice Duplessis, Pauline Marois a tenté la semaine dernière d’acheter des votes avec une usine, dénonce le Parti libéral. Lors de l’annonce de l’implantation de la cimenterie McInnis, vendredi dernier en Gaspésie, Mme Marois a affirmé que la circonscription de Bonaventure avait fait « un très bon choix » aux dernières élections et que l’on pouvait constater « les résultats aujourd’hui de ce choix ». Considérée comme un bastion libéral, Bonaventure a basculé dans le camp péquiste au scrutin du 4 septembre 2012. Pour le député libéral Jean-Marc Fournier, la première ministre a laissé entendre auprès des Gaspésiens qu’il n’y aurait pas eu d’investissement dans la région sans l’élection d’un député du Parti québécois. M. Fournier exige de Mme Marois qu’elle présente des excuses pour avoir fait un lien entre les choix politiques d’une région et les projets destinés à son développement économique.


La Presse canadienne

À voir en vidéo