Lisée accuse Couillard de ne pas comprendre le Québec

Aux yeux de Jean-François Lisée, la nouvelle charge du chef libéral à l’égard de la charte de la laïcité est une nouvelle démonstration de l’incompréhension de M. Couillard de «ce que c’est d’être Québécois en Amérique du Nord».
Photo: François Pesant Archives Le Devoir Aux yeux de Jean-François Lisée, la nouvelle charge du chef libéral à l’égard de la charte de la laïcité est une nouvelle démonstration de l’incompréhension de M. Couillard de «ce que c’est d’être Québécois en Amérique du Nord».

Le chef du PLQ, Philippe Couillard, s’engage sur « une pente très glissante » en appelant les Québécois à ne pas perdre de vue qu’ils « fonctionn[ent] dans un contexte nord-américain », est d’avis Jean-François Lisée.

 

« Nous sommes une nation distincte », a souligné le ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur, disant justement « vendre la différence québécoise » dans ses missions économiques à l’étranger.

 

À ses yeux, la nouvelle charge du chef libéral à l’égard de la charte de la laïcité est une nouvelle démonstration de l’incompréhension de M. Couillard de « ce que c’est d’être Québécois en Amérique du Nord ». « Bien sûr, il faut tenir compte de nos voisins, mais ce n’est pas eux qui ont à déterminer ce que nous sommes », a insisté M. Lisée.

 

Couillard se défend

 

Bernard Drainville a quant à lui tourné en dérision le refus du chef libéral de légiférer afin d’obliger les personnes fournissant ou bénéficiant des services de l’État d’avoir le visage découvert. Selon lui, le PLQ « se cache derrière le crucifix parce que sa position sur la charte est indéfendable ».

 

À l’issue du caucus libéral qui s’est déroulé à Saint-Félicien, Philippe Couillard s’est défendu de renoncer à la notion de société distincte, définie par Robert Bourassa.

 

« Est-ce qu’on est en train de dire que le fait d’instituer la discrimination dans l’emploi [...], c’est ce qui nous rend distinct ? C’est ça l’identité québécoise ? Foutaise ! », s’est insurgé Philippe Couillard au terme du caucus de ses députés, dénonçant une fois encore la charte des valeurs du Parti québécois. Philippe Couillard s’est dit d’accord avec « l’excellent texte » de Louis Audet, le président de COGECO, qui a déclaré devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain que la charte des valeurs serait nuisible pour l’économie du Québec parce qu’elle pourrait rebuter les immigrants, demandant au gouvernement québécois d’abandonner sa « stratégie d’exclusion xénophobe, le contraire de la société multiculturelle et ouverte que nous sommes ».

 

Division

 

S’il croit que le projet péquiste est inspiré par l’humiliation et la « peur des autres », le chef libéral n’a pas voulu taxer les « séparatistes », selon son expression, de xénophobes. « Cette dialectique, ce discours du PQ sont toujours basés sur ça : il faut qu’on fasse quelque chose parce qu’on est menacé », a-t-il dit. « Lorsque le PQ mise sur la division et la crainte pour décrire comment on va vivre ensemble, il ne fait pas confiance aux Québécois pour leur façon de gérer ça, et particulièrement à la jeunesse du Québec, a-t-il dit. Elle est très confiante, elle est ouverte sur le monde, elle ne craint pas la diversité. »

 

« L’identité d’une communauté, qui est diverse avec une majorité, ce n’est pas uniquement réservé à une partie de la population, a fait valoir le chef libéral. Quand vous avez un modèle d’identité auquel clairement, au minimum, un million de personnes ne se sentent pas invitées au Québec, ce n’est pas ça l’identité québécoise. »

À voir en vidéo