Les libéraux de Montréal ont fait plier Couillard, dit Houda-Pepin

Fatima Houda-Pépin
Photo: Source Collection de l'Assemblée nationale Fatima Houda-Pépin

Québec — En faisant l’« économie du débat majeur » sur la charte de la laïcité, Philippe Couillard a cédé à la « ligne dure » du Parti libéral du Québec soufflant le chaud et le froid à Montréal, a déploré Fatima Houda-Pepin à Tout le monde en parle.

Libérée du joug de la discipline de parti, la députée de La Pinière s’en est prise durant l’émission diffusée à des heures de grande écoute à la position « purement légaliste » adoptée par le PLQ dans le débat sur le projet de loi 60. « Les droits des femmes sont aussi des droits de la personne. […] La menace pèse davantage sur les femmes, à cause de la montée des intégristes dans les différentes religions », a-t-elle dit dans un entretien diffusé sur les ondes d’Ici Radio-Canada Télé dimanche soir.

L’élue « libérale indépendante » a concentré ses tirs sur le chef du PLQ, Philippe Couillard, dont elle s’est dite « extrêmement déçue ». Sous sa gouverne, le parti est « figé dans une position négative » dans le débat suscité par la charte péquiste, a-t-elle déploré.

Le PLQ, « ce n’est pas le parti libéral de Montréal », a-t-elle fait valoir. « Le problème de M. Couillard, c’est qu’il n’a pas été capable de faire face à la ligne dure de son parti. » Elle a appelé ses confrères et consœurs de l’Assemblée nationale à « regarder la vérité en face » sur ce qui se cache derrière les tenants du discours de la liberté de religion. À ses yeux, les législateurs doivent tenir à l’écart les « tenues qui sont importées ici pour imposer de valeurs qui viennent d’ailleurs, qui viennent d’un autre siècle, et qui sont imposées au nom de la liberté de religion ».

Mme Houda-Pepin voit dans la neutralité religieuse de l’État la « meilleure garantie » afin d’assurer à la fois la liberté de conscience et la liberté de religion, en plus de « fermer les verrous à la montée de ces intégristes ».

Refusant de donner sa bénédiction à la position défendue par son chef et ses collègues sur le port des signes religieux dans le secteur public, et plus largement sur la neutralité de l’État, la députée s’être fait montrer la porte du caucus libéral lundi dernier. Depuis, les apparitions publiques de l’élue indépendante, reconnue pour son caractère fort, sont suivies avec une certaine appréhension par ses anciens collègues libéraux. Mme Houda-Pepin a accusé le directeur de cabinet de M. Couillard, Jean-Louis Dufresne, de lui avoir promis un poste de ministre dans un prochain gouvernement libéral en échange de son appui à la position du caucus, ce que la garde rapprochée de M. Couillard a nié. « Moi, je suis en politique pour servir, pas pour me servir », a-t-elle déclaré sur le plateau de Tout le monde en parle, récoltant des applaudissements nourris de l’auditoire.

L’aile parlementaire libérale se réunira mardi et mercredi à Saint-Félicien. Elle aura sans doute l’occasion de parler du départ de Mme Houda-Pepin, dont tout le monde a parlé.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

45 commentaires
  • Pierre Valois - Abonné 27 janvier 2014 01 h 19

    Couillard n'a pas encore poussé le ridicule assez loin.

    Avec la position tarabiscotée du parti libéral sur la charte, et de par son incapacité à différencier les atteintes faites aux femmes de celles faites aux religieux, je lui propose de faire un ajout aux murs de l'Assemblée Nationale.

    Il ne veut pas décrocher le crucifix du mur! Que cela soit. Et qu'il propose d'ajouter, à ses côtés, une statue de la Sainte-Vierge!

    C'est une femme, religieuse et toujours voilée.

  • Christian Montmarquette - Abonné 27 janvier 2014 02 h 37

    Fatima, les islamistes et les démocrates


    Je veux bien comprendre que les musulmans se divisent en musulmans démocrates et en musulmans islamistes comme l'a mentionné Houda-Pepin à Tout le monde en parle. (Une notion dont je n'avais d'ailleurs jamais entendu parler..)

    Mais, fidèle à l'approche libérale, Fatima Houda-Pepin a beaucoup insisté sur la question de l'intégrisme, alors qu'une des stratégies des islamistes consiste justement à introduire des éléments radicaux intégristes pour faire passer les autres pour modérés. Par exemple, faire circuler des femmes en burqas facilement identifiées comme intégristes pour faire accepter le hidjab comme «modéré».

    Mais toutes ces différences et nuances que Fatima, les libéraux et les autres font, entre le visage couvert ou non couvert ou entre le tchador et le hidjab ne me convainquent personnellement pas beaucoup, tout simplement parce que tous ces vêtements symbolisent au fond la même chose, soit: l'infériorité et la soumission des femmes face aux hommes.

    Quant à son profond respect et ses incessants éloges sur ce noble et grand parti qu'est le Parti libéral du Québec... Connaissant le bilan politique des trois mandats de Jean Charest, ils n'ajoutent certainement pas à sa crédibilité.

    Christian Montmarquette

    • Nicole Moreau - Inscrite 27 janvier 2014 08 h 49

      j'abonde dans votre sens monsieur Montmarquette quant à la distinction entre les modérés et les intégristes.

      peut-être que quand nous verrons le projet de loi sur lequel travaille madame Houda-Pépin depuis2011, nous verrons les gestes concrets par lesquels elle entend favoriser concrètement la pose de "verrous" pour contrer l'intégrisme.

      enfin, le parti libéral a un bilan sur les mandats entre 2003 et 2012 sur lesquels on peut se questionner, preuve en est, par exemple, c'est que ce parti a eu l'occasion de faire quelque chose après le dépôt du rapport Bouchard-Taylor en 2007, si je me souviens bien, et que rien n'a été fait.

    • Fatima EL Madani Da Silva - Inscrite 27 janvier 2014 08 h 49

      Je partage votre analyse Mr Montmarquette

    • Hélène Paulette - Abonnée 27 janvier 2014 08 h 54

      ''Je veux bien comprendre que les musulmans se divisent en musulmans démocrates et en musulmans islamistes comme l'a mentionné Houda-Pepin à Tout le monde en parle. (Une notion dont je n'avais d'ailleurs jamais entendu parler..)'' dites-vous...La majorité des musulmans, au Québec, ne voient pas l'obligation de porter le voile ou la barbe, c'est ce que Fatima voulait dire...

    • Gilles Théberge - Abonné 27 janvier 2014 09 h 08

      Je ne vois comment le projet de madame Houda Pépin pourrait s'écarter notablement du projet de Charte qui est pmrésentement sur la table.

      En l'écoutant attentivement, j'ai eu l'impression que ce qui l'empêche de donner un appui clair et ferme à la Charte est de l'ordre de la partisannerie.

      Les partisans de madame, elle l'a dit clairement sont libéraux, très libéraux. Dans la mesure ou madame souhaite se présenter comme candidate indépendante, elle a besoin de tous ses appuis.

      Donner son aval à un projet porté par le parti Québécois serait pour elle comme un baiser de la mort.

      Et puis il y avait à côté d'elle le tonitruant Coderre. Ce n'est pas particulièrement aidant.

    • Christian Montmarquette - Abonné 27 janvier 2014 11 h 39

      À Gilles Théberge,

      «En l'écoutant attentivement, j'ai eu l'impression que ce qui l'empêche de donner un appui clair et ferme à la Charte est de l'ordre de la partisannerie.»-Gilles Théberge

      Je pense que vous avez mis le doigt dessus M. Théberge. Madame Houda-Pepin n'a peut-être pas la hauteur qu'on voudrait bien lui prêter.

      Certes, il est intéressant de voir enfin quelqu'un sortir du dogme de la ligne de parti et planter Phillipe Couillard sur la place publique. Mais, gardons l'esprit alerte, si Fatima joue l'intégrité aujourd'hui, admettons qu'elle a tout de même accepté sans rien dire toutes les politiques abjectes de Jean Charest pendant 10 ans.

      Christian Montmarquette

  • michel lebel - Inscrit 27 janvier 2014 03 h 29

    Le jugement?

    Les questions politiques, si elles sont prises au sérieux, ne se traitent pas à une émission de variétés comme TLMEP. À moins de croire que la politique n'est qu'un spectacle. Un manque ici de jugement de la part de Mme Houda-Pépin.


    Michel Lebel

    • Pierre Labelle - Inscrit 27 janvier 2014 08 h 45

      Auriez-vous le même raisonnement si Couillard avait été l'invité de cette émission, vous me permettré d'en douter.

    • Gaston Carmichael - Inscrit 27 janvier 2014 08 h 47

      Elle aurait bien voulu les exprimer de l'intérieur du PLQ, mais, on l'a sacrée dehord!

    • Hélène Paulette - Abonnée 27 janvier 2014 08 h 50

      Madame Houda-Pépin n'est certainement pas la première à ''manquer de jugement'' comme vous dites... En commencant par M.Bouchard...

    • Louka Paradis - Inscrit 27 janvier 2014 08 h 54

      quand on n'aime pas le message, on attaque la messagère. Bien connu...

      Louka Paradis, Gatineau

    • Frédéric Michaud - Inscrit 27 janvier 2014 09 h 18

      Enfin unE LibéralE qui se tient debout et qui ose ne pas renier ses convictions pour s'applatir sur la ligne du parti.

      Toute tribune est bonne pour faire de la politique surtout celle de TLMEP, des milliers d'auditeurs, et elle ne sera pas la première du parti Libérale à y être aller.

      Bon courage Mme Houda-Pepin, on a un besoin criant de politicienNEs honorables.

    • Jean Lapierre - Inscrit 27 janvier 2014 09 h 46

      Tout à fait d'accord avec vous. Les grosses rigolades de TLMEP n'aident en rien à l'élévation du débat politique. La carte de D. Turcotte qui dit "une Maria de perdue, une Fatima de retrouvée" ne peut pas être plus insignifiante. Les deux se retrouvent hors du caucus de leur parti, députées indépendantes. "Same difference", disent les anglos. Et entre vous et moi, ça veut dire quoi exactement "indépendante libérale" (et non pas "libérale indépendante" comme l'a corrigé FHP)? Est-ce que c'est ça la langue de bois? Parler pour ne rien dire?

    • michel lebel - Inscrit 27 janvier 2014 10 h 39

      @ Pierre Labelle

      Même raisonnement pour Philippe Couillard ou tout autre politicien. Quand on a la politique en haute estime, on ne parade pas devant TLMEP.


      Michel Lebel

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 27 janvier 2014 12 h 34

      Vaut mieux evidemment les reunions a huis-clos avec les amis du monde interlope et de "porter" des enveloppes brunes .J espere qu on les videra sur la place publique ,mieux que la Comm.Gomery a pu faire avec les tres propres Commandites... J-P.Grise

  • Yves Côté - Abonné 27 janvier 2014 05 h 36

    La pluie et le beau temps...

    Au PL, ce n'est pas d'hier que les membres de Montréal sont les plus influents du Canada"
    Depuis les débuts de l'ère Trudeau, c'est toujours les libéraux de Montréal qui ont mèné à cause de la panique aveuglante et inutile des anglophones face à la possibilité de l'indépendance du Québec. Ce sont eux qui ont mené la barque lors du référendum de 80; eux qui, lors de celui de 95, ont décidé (selon moi, jusqu'à la tentative du "tout pour le tout" qui s'est jouée dans le grand rassemblement "d'amour pan-national" pour nous de la Place du Canada); et eux encore qui ont sorti Madame Houda-Pépin.
    Dommage que cette dame qui n'a pas froid aux yeux et qui montre de grande qualité intellectuelle n'arrive pas à se convaincre que les Québécois qui luttent pour l'indépendance politique de leur territoire ne sont pas des imbéciles ou des traitres mais simplement des gens qui ont compris que l'avenir, pour être paisible et stimulant, doit toujours s'inscrire dans la continuité d'une présence collective significatives. Et que cette continuité, c'est celle qui s'est établie au 17è et 18è siècles entre les Autochtones et ceux qui ne s'appelaient pas encore Québécois, mais Canadiens...
    En sa parole et en ses actes, je reconnais aujourd'hui comme hier la force extrême par laquelle une conviction, même confrontée aux faits les plus significatifs, peut rester vive en dépit des preuves qui sont apportées à son application erronée.
    Le levier financier sur le Canada que représentaient les investissements des libéraux montréalais étaient si déterminant que ceux-ci y faisaient, y font sans doute encore en y ajoutant le groupe des deux langues que forment les Italo-montréalais ?, la pluie et le beau temps.
    Selon moi, Madame Houda-Pépin devrait mettre de côté son fédéralisme pendant quelques temps et essayer de parcourir le Canada sans se faire reconnaître et en parlant français exclusivement. Rapidement, elle verrait mieux l'endroit où se
    trouvent ses véritables amis et patrie.

  • France Marcotte - Abonnée 27 janvier 2014 05 h 41

    Bravo madame!

    Qui pourrait accuser cette femme sans voile de parler à travers son chapeau?

    Sa crédibilité sur ce sujet, de par ce qu'elle est, cloue le bec de ceux qui embrouillent le débat à dessein.

    • Pierre Valois - Abonné 27 janvier 2014 08 h 51

      Nous devrions peut-être consacrer une nouvelle expression pour parler des musulmanes qui s'opposent à l'intégrisme: parler à travers son tchador.

    • Mourad Sahafa - Inscrit 27 janvier 2014 11 h 05

      Méfiez-vous, il y a plein de musulmans qui se présentent comme ''modérés'' sur la scène publique et qui ont des comptes à régler avec leurs co-religionnaires. Il suffit de voir avec quel hargne et radicalisme certains d'entre eux parlent pour soupconner qu'il y a anguille sous roche.

    • Gilles Théberge - Abonné 27 janvier 2014 13 h 46

      Monsieur Sahafa a parfaitement raison. Et cette situation préoccupante a été dénoncée vertement par un groupe de femme récemment. On peut écouter leurs propos éclairants à cet effet : http://www.youtube.com/watch?v=oCeBKSqaLwM&fb_

    • Mourad Sahafa - Inscrit 27 janvier 2014 15 h 29

      M. Théberge, vous faites ici un détournement du sens de mes propos.

      Je parlais bien d'islamophobes cravatées comme les Benhabib et Houda-Pépin.

      Jusqu'à présent, malgré le hargne et le mépris avec lequel Benhabib parle de ses co-religionnaires voilées, elle n'a pas été encore trainée par terre par ses cheveux et crachée au visage et rouée de coups au sol comme c'est arrivé à Cote-Des-Neiges et ailleurs encore. Ce n'est pas seulement d'intimidation dont souffrent les femmes voilées. C'est leur intégrité physique et leur dignité qui sont menacées au quotidien.