18 millions en logiciels Microsoft

Un important appel d’offres que se prépare à lancer Québec visant la mise à jour des logiciels Microsoft pour 39 000 postes informatiques de la fonction publique, au coût de 18 millions de dollars, soulève l’ire des professionnels du gouvernement. Selon eux, ce projet contrevient une nouvelle fois aux lois que s’est données la province pour injecter plus de concurrence et de logiciels libres, des solutions numériques qui réduisent la dépendance à la multinationale américaine dans l’appareil gouvernemental. Ils dénoncent au passage une gestion à courte vue du parc informatique, aux dépens des citoyens, mais aussi d’un système d’information gouvernemental condamné à être moins durable, selon eux.

 

Dans une note interne confidentielle datée du 16 janvier dernier et dont Le Devoir a obtenu copie, le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) vilipende le Centre de services partagés (CSP) et l’accuse de contrevenir à nouveau, avec cet appel d’offres, dont il a pris connaissance avant sa diffusion, à la Loi sur la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles du gouvernement, peut-on lire.

 

En substance, cette loi stipule que les appels d’offres du gouvernement ne peuvent plus favoriser un produit informatique spécifique et doivent envisager à l’avenir les logiciels dits libres comme autre solution. Le document, produit par la Direction des orientations, de la transformation et de la sécurité du CSP évalue l’appel d’offres que le gouvernement va lancer sous peu pour cette mise à jour informatique. La partie syndicale est invitée à l’intérieur à se prononcer sur la chose.

 

Le commentaire du SPGQ rappelle en substance l’adoption le 24 septembre dernier par l’Assemblée nationale d’une motion visant à encourager la diffusion de ces mêmes logiciels libres au sein du gouvernement et de l’administration publique. Le groupe d’employés de l’État cherche ainsi à mettre en relief l’incohérence de l’appel d’offres que le CSP est sur le point de lancer.

 

Incontournable

 

Cette mise à jour informatique est commandée, prétend Québec, par Microsoft et surtout son intention de ne plus offrir au gouvernement de soutien technique pour ses logiciels Windows XP et Office 2003. L’installation des nouvelles versions devient donc incontournable, estime le gouvernement. Elle va s’étaler jusqu’en octobre 2016, et débuter le 1er avril prochain. Malgré de nombreux appels, il n’a pas été possible de parler aux responsables de ce plan de modernisation tout comme de l’appel d’offres aux CSP.

 

« En matière d’informatique, il y a de beaux principes que le gouvernement aime bien exposer, mais n’arrive pas à appliquer, a résumé mercredi Richard Perron, le président du Syndicat. Nous sommes devant un cercle vicieux, une dépendance à un fournisseur informatique unique, qu’il va falloir briser en ramenant de l’expertise dans ce domaine pour réduire la sous-traitance. »

 

Non liés à des licences d’exploitation coûteuses, les logiciels libres sont embrassés de plus en plus par des administrations publiques à travers le monde afin de réduire leur dépendance aux logiciels dits privatifs, mais également pour mettre en place un cadre informatique plus durable et sécuritaire. Ces logiciels sont une des composantes des données ouvertes, elles-mêmes préalables à la mise en place d’une gouvernance numérique, d’une citoyenneté numérique, tout comme des villes intelligentes.

À voir en vidéo