Khadir nie cautionner la « ségrégation des sexes »

Le député de Québec solidaire Amir Khadir qualifie les accusations du SPQ Libre de « farfelues ».
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Le député de Québec solidaire Amir Khadir qualifie les accusations du SPQ Libre de « farfelues ».
Amir Khadir réfute catégoriquement les accusations du SPQ Libre, qui lui reproche d’avoir cautionné la « ségrégation des sexes » lors d’une rencontre à laquelle il a assisté il y a plus d’un an. Les reproches du club politique sont non seulement « farfelus », ils détournent inutilement l’attention du débat public sur la charte de la laïcité, affirme le député de Mercier.

Des représentants des Syndicalistes et progressistes pour un Québec libre (SPQ Libre) se sont livrés mardi à une charge en règle contre Québec solidaire lors de leur témoignage en commission parlementaire sur le projet de loi 60. Le club politique a brandi une photographie datant d’août 2012 et montrant M. Khadir assis à un événement où les femmes — voilées pour la plupart — étaient tenues à l’écart des hommes. 

Il s’agissait d’un rassemblement organisé par l’association Bridges, dirigée par un imam « pro-khomeyniste » faisant la promotion du « serment du voile », a soutenu la conseillère au SPQ Libre, Louise Mailloux.

Terre d’accueil politique

 « On a Amir Khadir, qui cautionne la ségrégation des sexes. Pour un député de gauche, il me semble que ce n’est pas tellement progressiste », a-t-elle lancé. À son avis, Québec solidaire apparaît comme une terre d’accueil politique pour de plus en plus de musulmans purs et durs.

« J’espère que ce genre de dérapage ou de partisanerie auxquels se sont prêté le SPQ Libre ne feront pas déraper la commission, ne feront pas diversion du travail sérieux qui doit être mené en commission parlementaire », a réagi le député solidaire en après-midi, qualifiant les affirmations de « farfelues ».

M. Khadir s’est effectivement plié aux conventions du groupe en s’assoyant du côté des hommes, mais il n’y voit pas un cautionnement de la « ségrégation des sexes », comme le prétendent ses détracteurs. « Entre ne pas s’imposer et cautionner, il y a une marge très importante et une distinction dont j’aimerais que le SPQ Libre tienne compte », a-t-il insisté.
 
18 commentaires
  • Rafik Boualam - Inscrit 22 janvier 2014 14 h 25

    cheap

    SPQ libre n'a rien trouvé à faire pour venir enrichir le débat, c'est franchement mesquin et cheap comme sortie, SP libre, libre d'être minable.

    • André-Jean Deslauriers - Inscrit 22 janvier 2014 15 h 34

      Ne vous en déplaise, M. Boualam, SPQ libre a tout à fait raison.

    • Mario K Lepage - Inscrit 22 janvier 2014 17 h 28

      Que voulez-vous Mr Boualam, nous avons nous-mêmes nos intégristes au Québec sous le couvert du SPQ, qui déforment les faits et tentent par ce type de moyen de discréditer ceux et celles qui veulent le dialogue et la transparence.... On ne peut demander à un âne de réfléchir!

  • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 22 janvier 2014 14 h 58

    Inquisition spq-libriste

    Je suis membre de Québec solidaire et d'accord avec le projet de loi péquiste. Même si QS a une position nuancée sur la chose, plusieurs membres de QS sont d'accord avec le projet. Et le débat reste ouvert et respectueux à QS, contrairement aux camps liéral et péquiste qui se traite de tout les noms. Et certains péquistes borné-e-s qui considèrent que déroger ne serait-ce qu'un tant soit peu de leur version constitue un sacrilège et un à-plat-ventrisme face aux intégristes passible d'excommunication.

    Cela nous est démontré par l'accusation de Louise Mailloux. Elle fait l'amalgame qu'il ne faut justement pas faire entre musulmans et intégristes. Le Forum musulman canadien est-il réellement un repère de fondamentalistes ? Ce que ne comprend pas Mailloux, c'est qu'au Québec comme en France, les électrices musulmanes et électeurs musulmans sont sensibles au discours de gauche (en raison de leur condition socioéconomique) et non pas à celui du Front national. Et c'est QS qui est vu de gauche et non pas le PQ (avec raison).

    J'ai déjà été membre de ce soi-disant club politique progressistes composé d'ex-syndicalistes baby-boomers qui se sont enrichi-e-s sur le dos de leurs membres et qui prône le deux poids deux mesures: la paix sociale avec le PQ et la contestation avec le PLQ, malgré que ces deux partis défendent une vision politique systémique très similaire. Les membres de ce club sont frustré-e-s qu'une réelle gauche écologiste est en train d'émerger au Québec, préférant plutôt défendre une pseudo-gauche molle et caviardée et sans influence à l'intérieur d'un parti vendu à l'ordre établi (néolibéral). Et bien messieurs dames, vous êtes en train de rater le bateau et votre club politique disparaîtra en même temps que l'élite syndicale baby-boomer adepte du social-libéralisme et prête à toutes les compromissions.

    • Simon Chamberland - Inscrit 22 janvier 2014 17 h 14

      Les attaques classiques contre les boomers et les travailleurs.

      Rien de neuf malheureusement pour enrichir le débat.

    • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 22 janvier 2014 22 h 03

      Et pourquoi considérez-vous que mes propos sont des attaques envers les travailleurs ou même envers tous les baby-boomers ?

      Considérez-vous que le SPQ-Libre représente les travailleurs du Québec au grand complet ? Attaquer le SPQ-libre, c'est attaquer la classe ouvrière pour vous ?
      Ah oui, c'est comme lorsque l'on attaque le PQ, l'on est forcément de méchants fédéralistes...
      Bien oui, bien oui.

  • Martin Richard - Inscrit 22 janvier 2014 16 h 02

    Surpris ?

    Aucune surprise ici. SPQ Libre a fait du délire nationaliste sa marque de commerce. Les intégristes ne sont pas là où on le pense.

    martin richard
    mtl.

  • Mario Jodoin - Abonné 22 janvier 2014 16 h 22

    Pro-voile?

    «Le SPQ Libre ne digère pas la position «pro voile», «laïcité ouverte», «multiculturaliste»

    Le PQ a diffusé récemment une citation tronquée d'Amir Khadir où il disait souhaiter la disparition de ce symbole, mais sans la suite où il ajoutait vouloir laisser le choix aux personnes qui le porte. Bref, en moins de deux semaines, le PQ accuse Amir Khadir d'une chose et de son contraire, soit d'être contre le port du voile et être pour.

    L'accuser d'être pro-voile, c'est le même procédé que prennent les adversaires de l'avortement en qualifiant les pro-choix d'être pro-avortement. La position de QS est justement de laisser le choix aux femmes, en tablant sur le fait que leur intégration au marché du travail a plus de chances de les faire choisir le l'enlever que de les exclure de ces emplois.

    On peut sans problème être contre cette position, mais cela ne doit pas permettre de la dénaturer, dans un sens comme dans l'autre!

  • Pierre Desautels - Abonné 22 janvier 2014 16 h 24

    Nombrilisme...

    Ça fait longtemps que SPQ libre est répudié régulièrement par le PQ, mais ces has-been restent quand même, soit-disant pour la cause. Ils ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes, incapables de dénoncer le virage à droite du PQ. Ce club de marionnettes carburant au caviar passent leur temps à se regarder le nombril...