Entretien: entente entre le gouvernement et le CN

Le pont de Québec nécessite d’importants investissements.
Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot Le pont de Québec nécessite d’importants investissements.

Québec — Après deux ans de négociations, le gouvernement du Québec s’est finalement entendu avec le CN sur le partage des frais d’entretien du vieux pont de Québec. Reste maintenant au fédéral à s’entendre avec le CN qui est propriétaire de l’infrastructure.

 

« Nous, on a réglé notre partie du différend avec le CN. La balle est maintenant du côté du gouvernement fédéral », a résumé lundi Yan Langlais-Plante, l’attaché de presse du ministre des Transports Sylvain Gaudreault.


60 millions sur dix ans

 

L’entente prévoit que le gouvernement du Québec injectera 60 millions de dollars sur dix ans pour entretenir les voies utilisées par les voitures. Le CN, lui, s’engage, à investir un total de 35 millions.

 

Le pont joue un rôle important dans le transport inter-rives de Québec. En plus des trains, on estime que 35 000 automobilistes le traversent chaque jour.

 

L’entente a été conclue juste avant Noël et rendue publique lundi. Selon M. Langlais-Plante, le ministre Gaudreault était surtout soucieux de s’assurer de la sécurité des usagers du pont et de moderniser l’entente antérieure qui remontait à l’époque de Duplessis (1949).

 

L’entente a toutefois ses limites puisque le troisième joueur dans le dossier — le gouvernement fédéral — ne s’est pas encore entendu avec le CN, notamment sur la facture des travaux de peinture passés et futurs. Selon nos informations, cette facture pourrait s’élever à 100 millions.

 

Ainsi, Ottawa et la compagnie doivent toujours se retrouver devant les tribunaux pour régler le différend en mai prochain. À l’origine, le gouvernement du Québec appuyait la requête d’Ottawa, mais il s’est retiré dans la foulée de l’entente avec le CN.