Couillard veut débarrasser le Québec des intégristes religieux

Philippe Couillard lors de son assermentation, mercredi, au Salon rouge de l’Assemblée nationale
Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot Philippe Couillard lors de son assermentation, mercredi, au Salon rouge de l’Assemblée nationale

Tout en affirmant que tous les citoyens sont égaux quelle que soit leur date d’arrivée au pays, le chef libéral Philippe Couillard croit que les extrémistes et les intégristes religieux parmi eux doivent plier bagage.

 

Dans un discours qui a suivi son assermentation comme député d’Outremont, Philippe Couillard a accusé le Parti québécois, avec la charte de la laïcité, de passer à côté du véritable enjeu, soit « la menace que représentent, chez nous, l’extrémisme et tous les intégrismes religieux ». Le chef libéral a servi un avertissement aux extrémistes et intégristes qui ont émigré au Québec. « À ceux qui viennent chez nous pour profiter de nos libertés et de notre démocratie pour ensuite s’y attaquer et ultimement les détruire, nous disons haut et fort : vous n’êtes pas les bienvenus chez nous, nous vous combattrons, nous vous poursuivrons sans relâche. »

 

Terroristes

 

Appelé à préciser en conférence de presse à quel groupe il faisait référence, Philippe Couillard a parlé des terroristes qui menaçaient la sécurité au pays, mais aussi de ces groupes dont « le comportement social » est inacceptable, comme cette secte juive orthodoxe Lev Tahor qui a quitté le Québec pour l’Ontario afin d’échapper à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).

 

Le Parti libéral proposera d’ailleurs des modifications à la Loi sur la protection de la jeunesse pour permettre une intervention rapide en pareil cas.

 

Son discours de 25 minutes, qui devait le « définir », selon son expression, avait des accents électoraux. « Cette cérémonie nous place résolument sur les blocs de départ pour reconquérir la confiance des Québécois et des Québécoises et former le prochain gouvernement du Québec », a dit Philippe Couillard. Ses attaques les plus senties, il les a réservées à la charte péquiste — « inapplicable, illégale et inconstitutionnelle » —, accusant le gouvernement Marois d’avoir « choisi par pure démagogie de s’attaquer à nos libertés. On ne peut marchander les libertés ou les échanger pour des votes à contresens de nos traditions d’ouverture et d’inclusion ».

 

Philippe Couillard entend convaincre les Québécois « de la profondeur des principes qui nous animent », en citant Thomas Jefferson sur les droits des minorités. Le chef libéral a toutefois pris ses distances du multiculturalisme canadien, dont le principe est inscrit dans la Constitution de 1982, lui préférant l’interculturalisme.

 

Pour Philippe Couillard, « ce sont des gouvernements libéraux qui ont fait progresser le Canada dans le sens des intérêts du Québec. Et pour nous, il n’a jamais été question de choisir entre l’un et l’autre. Nous réclamons tout notre héritage, toute notre histoire. Nous sommes Québécois et Canadiens, notre patrie et notre pays ».

 

Attachement canadien

 

Le chef libéral a récusé la thèse de Jean-François Lisée qui veut que les Québécois soient de moins en moins attachés au Canada. « Il prend ses rêves pour des réalités », a-t-il dit, mentionnant qu’un sondage confirmait cet attachement. Un sondage Léger Marketing publié en novembre montrait que les deux tiers des Québécois retiraient de la fierté du drapeau canadien. Au Salon rouge, pour la cérémonie d’assermentation destinée au député de Viau, David Heurtel, l’unifolié figurait d’ailleurs avec le drapeau du Québec.

 

« La prospérité, la fierté et les libertés » sont les trois mots qu’a choisis Philippe Couillard pour résumer le message libéral. « Nous pensons que la réussite du Québec, c’est la somme des réussites personnelles de millions de Québécois », a-t-il fait valoir.

42 commentaires
  • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 19 décembre 2013 00 h 23

    Et...

    Qu'en est-il des intégristes libéraux ?

    Ceux qui privent les montréalais de leur CHUM depuis plus de 15 ans ?

    Ces intégristes financiers à cravates qui tissent des liens avec des Arthur Porter?

  • michel lebel - Inscrit 19 décembre 2013 00 h 36

    À préciser absolument!

    Attention! On ne combat pas l'intégrisme comme on combat le crime. L'intégrisme est généralement un mode de pensée (et de vie) et celle-ci est protégée par les Chartes des droits et libertés. À ce sujet, le chef libéral doit clarifier sa pensée et préciser les moyens qu'il veut prendre pour combattre l'intégrisme.


    Michel Lebel

    • Michèle Poupore - Inscrite 19 décembre 2013 08 h 08

      La Charte canadienne permet d'agir en ce qui a trait au terrorisme, les droits individuels étant suspendus. Pour les autres infractions, nous avons déjà un cadre juridique notamment lorsqu'il s'agit d'enfants maltraités.

    • Jacques Patenaude - Abonné 19 décembre 2013 08 h 24

      Les intégristes savent très bien que leur "mode de vie" est protégé par la charte. Alors vous comment combatteriez-vous l'intégrisme?

    • Sylvain Auclair - Abonné 19 décembre 2013 08 h 40

      Je n'en attendais pas moins de vous, monsieur Lebel. En effet, au nom du droit à la religion, on peut retirer tous leurs droits aux membres d'une communuaté, personnes dont le seul crime est d'être nés de parents au cerveau lessivé.

  • Jean Martinez - Inscrit 19 décembre 2013 01 h 57

    Prendre les Québécois pour des valises

    Ainsi, Monsieur Couillard veut nous faire croire que sa politique identitaire pour le Québec suivra deux axes: combattre l'intégrisme religieux, alors même que sa position anti-charte légitimera, au nom du respect intégral des libertés individuelles, les manifestations les plus consevatrices de la foi religieuse; ramener Meech comme condition de signature de la Constitution, alors même que le Canada n'a jamais été aussi indifférent à la spécificité québécoise. André Moreau lui-même n'est pas aussi jovial...

    • François Ricard - Inscrit 19 décembre 2013 06 h 17

      M. Couillard est un chef prestidigitateur: il produira la plus belle omelette sans casser les oeufs.

    • Johanne Bédard - Inscrite 19 décembre 2013 11 h 11

      Bravo Monsieur Martinez ! Vous avez bien compris le faux message de Couillard, qui se fait du capital électoral à outrance.

      Oser tenir ce discours est une insulte envers les Québécois !

      Le mieux que vous avez à faire M. Couillard c'est de retourner en salle d'op. !

    • Eric Walter Schaffner - Inscrit 19 décembre 2013 15 h 06

      Je seconde votre commentaire, M. Martinez. Les intégristes, les terroristes vont tout de suite plier bagages après votre discours. On appelle cela la pensée magique. La charte de valeurs québécoises est une action concrète et si cela n'avait pas eu un impact dans les sondages sur les intentions de votes, personne n'aurait crié au scandale sauf bien entendu tout ceux et celles qui réagissent du tac au tac à tout ce que le PQ, le bloc ou tout représentant de l'indépendance du Québec, dit ou fait par simple réflexe d'opposition ou de dénigrement des québécois francophones. Un autre message vide d'action de votre part.

  • Guy Chicoine - Abonné 19 décembre 2013 03 h 19

    Synchronicité

    C'est le jour de son assermentâtion que M. Couillard se fait rappeler que le projet de partenariat public-privé de 2009 pour le gros hôpital de MTL coûtera vraisemblablement 1 milliard de trop car mal ficelé, mal planifié, mal traité.

    Si la devise du Québec n'est pas modifiée , les québécois se souviendront-ils ?

    • André-Jean Deslauriers - Inscrit 19 décembre 2013 13 h 33

      Héls M. Chicoine, les québécois ont malheureusement oublié leur devise depuis belle lurette.

    • Eric Walter Schaffner - Inscrit 19 décembre 2013 15 h 08

      Je me souviens du Stade Olympique qui a obtenu la plus haute note de l'histoire pour son coût et la plus basse note pour sa performance.

  • Sylvie Paquerot - Inscrit 19 décembre 2013 04 h 32

    « inapplicable, illégale et inconstitutionnelle » ah oui???

    M. Couillard, comme bien d'autres avec lui, devrait préciser en quoi la charte serait illégale et inconstitutionnelle. À ce que je sache, les principes de droits fondamentaux inscrits dans la Charte québécoise des droits, et la constitution canadienne, sont assez similaires aux principes de droits fondementaux inscrits dans la Convention de sauvergarde européenne. Or, la cour européenne des droits de l'homme a, à plusieurs reprises, statué que la neutralité des agentEs publics respectait ces principes et que les limites qu'elle imposent sont raisonnables dans une société démocratique.

    • Eric Walter Schaffner - Inscrit 19 décembre 2013 15 h 07

      Merci Mme Paquerot.