Marois n’a aucun doute sur la capacité de Bernard Landry à diriger le Bloc

Paris — La première ministre Pauline Marois n’a aucun doute sur la capacité de Bernard Landry à diriger le Bloc québécois.

« Évidemment qu’avec tout le talent qu’on connaît à Bernard Landry, il n’y aurait pas d’inquiétudes à ce qu’il devienne chef du Bloc québécois », a déclaré Mme Marois mercredi.

Le nom de l’ex-premier ministre Bernard Landry comme futur chef du Bloc a commencé à circuler dès l’annonce de la démission de Daniel Paillé. Le principal intéressé a laissé entendre dit qu’il ne fermait pas la porte à cette éventualité. Mme Marois ne voit pas la chose d’un mauvais il, mais elle ne veut surtout pas forcer la main à son prédécesseur.

« C’est à lui de prendre sa décision. Je ne vais pas m’immiscer dans les questions du Bloc », a ajouté la leader souverainiste.
onnes bases

Bonnes bases

La première ministre a fait cette déclaration mercredi matin, juste avant de quitter Paris au terme d’une mission économique de cinq jours à Paris, Monaco et Bruxelles.

Deux grands sujets ont dominé sa visite : la laïcité, dont le premier ministre Jean-Marc Ayrault puis le président François Hollande ont vanté les vertus, apportant de l’eau au moulin de la Charte des valeurs, et l’accord de libre-échange entre l’Europe et le Canada.

« Je voulais signifier à l’Union européenne que le Québec est tout à fait d’accord avec l’accord. Pour moi, il était essentiel que le Québec prenne sa place rapidement. Nous allons partir sur de bonnes bases », a résumé la première ministre quelques instants avant de quitter Paris.

À la faveur de ce séjour, l’électrification des transports s’est imposée comme le nouveau mantra des relations franco québécoises, « la trame sur la laquelle nous voulons travailler ».

Cette volonté s’est traduite par l’annonce de la création d’un groupe de travail franco québécois sur le sujet.

Avec le président Hollande lundi, comme elle l’avait fait samedi à Monaco avec le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, Mme Marois a parlé pour la première fois de la place que le Québec souhaite occuper au Sommet sur le climat de Paris en 2015.

Le Québec veut-il y avoir un statut officiel de participant, comme on l’a dit ? La première ministre ne veut pas se prononcer tant qu’on ne connaîtra pas le « format » de la conférence, mais tout est envisageable.

« Avec le président, j’ai abordé la question sous l’angle de la Francophonie. On pourrait, par cet intermédiaire, avoir un statut de participant », a dit Mme Marois.

Michel Dolbec, La Presse canadienne
8 commentaires
  • Céline A. Massicotte - Inscrite 18 décembre 2013 11 h 26

    Eh ben!

    Quand on connaît la lutte implacable qu'elle lui a faite au sein du P. q., je ne peux que me dire que c'est une façon de s'assurer qu'il ne se mêlera plus de la politique qui a cours à l'assemblée nationale. Et dans les circonstances actuelles, c'est même peu dire.

  • michel lebel - Inscrit 18 décembre 2013 12 h 34

    Résultats tangibles?

    Beau voyage; de belles images et sans doute de bon petits repas! Et Paris est toujours Paris! Pour les résultats tangibles, ça semble plutôt mince. On verra, comme aurait dit un certain politicien québécois.
    Pour la petite histoire, le président Hollande a bien dit que le réforme française de 2004 sur le port du voile a été adoptée de façon consensuelle. Le consensus sur la laïcité semble bien loin au Québec...


    Michel Lebel

    • Raymond Turgeon - Inscrit 18 décembre 2013 14 h 12

      ''Le consensus sur la laïcité semble bien loin au Québec...''

      Parce les libéraux se soucient trop de la base traditionnelle de leur électorat, une situation que la France ne partage pas avec nous.

      Raymond Turgeon

    • Nicolas Bouchard - Inscrit 18 décembre 2013 15 h 04

      M. Lebel,

      Le consensus au Québec est trop large à vrai dire. Tout le monde s'entend pour dire que l'état doit être laïc et 4 des 5 points de la charte sont acceptés à 100%. La 5e mesure est, pour garder les choses simples, acceptée à 50%.

      Donc 4 mesures et demie sur 5, ça donne 90% dans mon livre, on est très proche du consensus à ce stade-là :-)

      Nicolas B.

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 20 décembre 2013 14 h 45

      CONFUSION- voulue, cultivée, entretenue, avec un grand raffinement!

      Neutralité de l'État, laicité, valeurs québécoises, identité, anti-intégrisme musulman, féminisme, souhait de majorité et finallement poussée vers la souveraineté...Tout est mis dans le même sac et bien brassé! Il y en a pour tous les goûts!!!!

      Cela s'appelle de la stratégie poussée à son plus perfectionné! Si cela aggrave les divisions, menace la paix sociale, provoque des incidents malsains entre communautés, décourage l'immigration future, qu'elle importance?

      La fin justifie les moyens...

  • michel lebel - Inscrit 18 décembre 2013 15 h 04

    Consensus?

    @Raymond Turgeon,

    Peu importe les motifs, force est de constater qu'on est loin d'un consensus sur la laïcité au Québec. Un gouvernement vraiment responsable, sur un sujet aussi délicat, agirait par consensus, et ce consensus existe présentement sur certains aspects de la laïcité. Pas nécessaire d'aller en France pour avoir cette confirmation! Mais le gouvernement cherche-t-il vraiment le consensus? J'en doute beaucoup. Il cherche plutôt une victoire électorale.


    Michel Lebel

    • Gaston Carmichael - Inscrit 18 décembre 2013 16 h 55

      C'est quoi un consensus pour vous, M. Lebel?

      Serait-ce comme avec la loi sur la clarté? C'est-à-dire, cette chose que l'on préfère ne pas définir, en attendant de voir le résultat final. À ce moment là, on réfère le tout à la Cour de Pise, pour lui demander si c'est suffisant?

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 19 décembre 2013 05 h 36

      Par expérience, les consensus adviennent «après» la fin des discussions, M. Lebel. Et la libéraux ont tout fait pour retarder la fin de cette discussion. Il ne faut pas l'oublier ! Ce sont eux qui ont encore exigé des consultations.

      Pourquoi, pensez-vous ? «Au cas où» ! Au cas où ils seraient réélus. Regardez bien où elle va aller la Charte s'ils rentrent au pouvoir; à la même place que le rapport «Chose-Trailer» ! Et ne retenez pas votre souffle pour le combat à l'intégrisme non plus !

      Des fois je pense qu'il y a du monde qui font exprès pour dire les choses à moitié ! Comment avoir une conversation intelligente dans ces conditions ?

      Ne me répondez pas, ce n'est pas nécessaire.

      PL