Les libéraux jugent «méprisants» les propos de Lisée sur le Canada

Le ministre Jean-François Lisée
Photo: François Pesant Le Devoir Le ministre Jean-François Lisée

Jean-François Lisée a insulté la plus grande partie de la population québécoise avec ses propos désobligeants sur le Canada, a soutenu jeudi le député libéral Pierre Moreau.

 

Le ministre des Relations internationales a soulevé l’ire de l’opposition officielle en qualifiant le Canada de « corps étranger » la veille, sur la foi d’une légère remontée de l’option souverainiste dans un sondage. Des propos que le leader parlementaire libéral juge « méprisants », « inappropriés » et « inélégants » envers les Québécois, majoritaires, qui éprouvent un sentiment d’appartenance au Canada. « Il a une opinion sur tout et il tente de faire passer son opinion pour celle des Québécois. Or, l’image que nous voulons projeter dans le reste du pays, ce n’est pas celle d’une nation qui rejette le Canada. Les Québécois sont les cofondateurs du Canada et ont un énorme respect pour ce pays qu’ils ont fondé », a dit M. Moreau en entrevue.

 

Transferts fédéraux

 

Le député de Châteauguay accuse M. Lisée de se comporter comme le « ministre de ceux qui ont une carte du Parti québécois », une tendance qu’il dit remarquer chez les autres membres du cabinet. Pourtant, M. Lisée et ses collègues du gouvernement minoritaire n’ont pas reçu le mandat de faire de la « propagande souverainiste », a-t-il fait valoir.

 

Étant donné les difficultés du gouvernement Marois à contrôler les finances publiques, le ministre Lisée devrait aussi, selon M. Moreau, faire preuve d’une certaine retenue dans ses critiques envers le Canada. « Ce gouvernement nous dit lui-même, assez extraordinairement, qu’il n’a aucun contrôle sur les revenus. Et bien, l’une de ses sources les plus stables de revenus est les transferts fédéraux. Il faudrait peut-être que M. Lisée soit conscient de ça », a-t-il dit.


Aspirations personnelles

 

Parce qu’il l’accuse de confondre ses aspirations personnelles avec l’intérêt général, le leader parlementaire libéral s’interroge sur les capacités de M. Lisée d’assumer des fonctions de représentation à l’étranger. « Lorsqu’on est à l’international, le Québec fait partie du Canada et on doit tenir des propos respectueux pour le statut que l’on a, pour le choix démocratique qu’ont fait les Québécois et les Canadiens. On doit faire cette représentation en vertu de ce qui existe et non pas en fonction de ce que lui-même souhaite », a-t-il déclaré.

 

Dans sa tirade mercredi contre le lien fédéral, M. Lisée a dit percevoir une volonté de plus en plus affirmée chez les Québécois de définir entre eux la société dans laquelle ils veulent vivre. Il a cité pour exemple le débat en cours sur la charte des valeurs.

 

Pour M. Moreau, il est clair que le gouvernement de Pauline Marois se sert du débat sur la charte pour faire oublier son bilan économique et tenter de remettre la souveraineté à l’ordre du jour. « On essaie d’exacerber des sentiments qui sont extrêmement négatifs pour essayer de faire monter une ferveur souverainiste qui n’existe pas », a-t-il dit.

68 commentaires
  • William Gauthier - Inscrit 13 décembre 2013 01 h 29

    La fausse vierge offensée

    Je dirais à Moreau, comment se fait-il qu'il ne s'élève pas avec la même véhémence contre les multiples récidives de son parti concernant le financement illégal. Financement faut-il le répéter, qui a côuté on ne sait pas encore combien d'argent aux contribuables du Québec et qui a profité à son parti et aux amis...

    • Nestor Turcotte - Inscrit 13 décembre 2013 07 h 57

      Ce n'est pas en s'accusant l'un l'autre, ce n'est pas en essayant de trouver quelque chose de pire dans la maison d'en face qu'à l'intérieur de sa propre maison qu'on va faire le pays du Québec. Le PQ peut bien en gagner une autre, en nous causant du corps étranger de Lisée, mais après l'indépendance, il n'y aura pas un mur entre le nouveau Canada et le nouveau Québec. Il faudra bien vivre avec le CORPS ÉTRANGER...

      Madela nous donne un bel exemple. Au lieu de monter les noirs contre les blancs,il leur a demandé de jeter leurs hachettes et leurs couteaux et de prendre la voie du pacifisme. De la tenacité.

      Au Québec, que nous reste-t-il, sinon de la hargne, de la suspicion, des allégations, de fausses accusations, de bris de réputations. Il faut par tous moyens atteindre le pouvoir: le reste, on s'en fout. Et pour se sentir meilleur, on se compare aux autres. J'écoute la période de questions et réponses orales. Ce n'est jamais la faute du gouvernement, c'est toujours la faute de l'ancienne administration. Et avant 2003, les rôles étaient inversés. Les méchants, aujourd'hui devenus les bons, diabolisent les anciens pur pour se donner un air de vertu. Le foulard blanc !

      On vient de faire 2 1/2 milliards de déficit et ça ne dérange pas le peuple d'un poil. La dette grosssit et on se paie des grosses primes de séparation avec de l'argent qu'on n'a pas.

      Serions-nous inconscients, indifférents jusqu'à nier la réalité?

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 13 décembre 2013 09 h 30

      Les deux questions référendaires faisaient allusion à une association politique et économique avec...le corps étranger! Et pour cause..Ce n'est pas en vilifiant le Canada qu'on arrivera à ce résultat.

      Le Canada peut très bien survivre sans le QC mais le contraire n'est pas vrai, malgré les fanfaronnades de certains.

      Mon constat est celui de desespoir du PQ qui va aux extrêmes dans de nombreuses actions, politiques et paroles...C'est le "quitte ou double"...
      On risque le tout pour le tout...

    • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 13 décembre 2013 10 h 40

      « Le Canada peut très bien survivre sans le QC mais le contraire n'est pas vrai, malgré les fanfaronnades de certains. »

      C'est plutôt l'inverse, en fait. Si le Québec devient indépendant, le Canada risque de ne pas survivre puisque certaines provinces (dont l'Alberta) pourraient faire sécession à leur tour. Et le beau Canada coast to coast sera coupé en deux. Nous aurons alors tout le loisir de taxer les marchandises qui veulent passer sur notre territoire entre les deux parties du pays coupé en deux.

      De plus, l'économie du Québec est principalement tournée vers les États-Unis. Celle de l'Ontario par contre, est située sur l'axe canadien. L'Oontario vend beaucoup plus au Québec que l'inverse. Si le fédéral décide de couper les liens avec un Québec indépendant, c'est l'Ontario qui en souffrira en premier lieu.

      Ce ne sont pas des fanfaronnades mais des faits. Le Québec indépendant est viable. Le Canada sans le Québec l'est moins. Et pour être honnête, ça ne me fais pas du tout de peine.

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 13 décembre 2013 13 h 16

      Viable, M. Rossi avec un déficit annuel de $ 22.5 milliards (ex: les 2.5 milliards et l'abscence de transferts)...Une dette en rapport au PIB se rapprochant de celui de la Grèce!

      Attachez bien vos ceintures! M. Rossi...Les deux côtés souffriront d'un déclin de leur standard de vie et d'instabilité les 15-20 ans qui suivront...

      Qui ne veut pas voir cette réalité, se raconte de jolies fables!

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 13 décembre 2013 13 h 35

      M. Rossi..J'admire votre enthousiasme..Je crois que vous n'avez pa été dans les cahiers économiques concernant le QC depuis longtemps: une très faible productivité, un développement plus lent que la plupart des provinces canadiennes, un secteur agricole et de pêcheries saisonnier, une abscence de diversité suffisante, une croissance lente Son point fort:l'electricité

      De plus, M. Rossi, il est naif de croire que le "danger" pour le QC vient de l'extéreur seulement...

      Vu la stagnation démographique et le vieillissement de la population plus rapide de tous les payd de l'OCDE, le QC n'a pas le choix de laisser la porte ouverte à l'immigration..Or ces immigrants ont facilement leur trois ou quatre enfants ou plus. Et, en général ils n'adhèrent pas à l'option souverainiste.

      D'oû la précipitation du PQ. Ou bien il réussit cette fois-ci, dans un futur très proche ( ce que les sondages ne favorisent pas actuellement) ou il tombe pour très longtemps.

    • dietrik reinhardt - Inscrit 13 décembre 2013 17 h 05

      Sol Wandelmaier, c'est assez démoralisant de vous lire.. Vous ne devez pas vivre dans la même réalité que les québecois si vous vous obstinez à croire que le québec accuse un retard et qu'il est non-viable sans le Canada. Dire que notre dette se colle à celle de la Grèce est complétment ridicul, on pourra dire ce qu'on veut des agences de notation, mais la note de crédit souveraine du québec est de en moyenne si on regarde les différentes agence dans le A (référence : http://tvanouvelles.ca/lcn/economie/archives/2013/ Alors si le quebec est comme la grece alors vous etes en train de dire que la grece est dans le haut des pays ayant un bon controle de sa dette ;).
      Vous etes un fier canadien et jai aucun problème avec ca, mais soyez objectif et prener 5 minutes pour comparer le canada et le quebec et vous distinguerez deux grands peuples ayant des aspirations, une culture et une vision complètement différentes. Je vous conseille de mettre des matelas autour de vous quand vous ferez le constat, vous allez peut-être tomber de votre chaise!

      Dietrik Reinhardt (pas souverainiste du tout..)

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 13 décembre 2013 19 h 30

      @M. Reinhard..Je ne fais pas les statistiques. "Les affaires.com" 58ème édition:

      "Autre avantage important de la fédération, la dette brute imputable aux Québécois (celle du gouvernement du Québec et leur part de la dette fédérale) atteindrait environ 95% du produit intérieur brut du Québec si celui-ci était indépendant. Ce taux d'endettement serait comparable à celui de certains pays d'Europe, qui paient des taux beaucoup plus élevés que le Québec pour se financer."

      Je n'invente rien.

  • Nestor Turcotte - Inscrit 13 décembre 2013 03 h 36

    Propos méprisants?

    Le PQ souhaite, on ne sait plus trop quand et de quelle manière, faire la souveraineté avec une association économique avec le reste du Canada.

    En affirmant,comme le fait Lisée, que le Canada est un corps étranger pour le Québec, il lui sera assez difficile, le référendum gagné, de se tourner vers LE CORPS ÉTRANGER pour se greffer économiquement sur nouveau pays dont il se sera séparé.

    Vite un Vackal Havel ou un Nelson Mandela !

    Nestor Turcotte - Matane

    • Jean Claude Pomerleau - Inscrit 13 décembre 2013 07 h 58

      M Lisé ne fait qu'un constat. Le Canada se définit sans et contre le Québec, à nous de se définir sans lui. C'est exactement ce que propose le gouvernement Marois avec son mandat de gouvernance souverainsite.

      Peut importe ce que souhaitent ou pensent les acteurs politiques et proagandistes de l'Idée fédérale, on a deux États qui s'éloignent l'un de l'autre, et cette dynamique politique de la rupture se poursuivra.

      Pourquoi M Moreau sort au lieu de M Couillard ? Parce que ce dernier est disqualiier par Gesca La Presse et que son successeur sera Moreau.

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 13 décembre 2013 09 h 40

      Réfléchissez une minute, M. Pomerleau...On peut prendre ses désirs pour des réalités..
      Mais la réalité est, qu'après une indépenance, le QC sera bien plus dépendant du bon-vouloir du Canada dans de nombreux domaines, dont les plus importants sont : le domaine économique, l'environnement, la circulation des biens et personnes, la gestion de la monaie et j'en passe.

      René Lévesque en était plus que convaincu. D'oû sa souveraineté-association.

      Même si ce que M. Lisée disait été vrai, il y a certaines vérités qu'il vaut mieux taire si on veut "dealer" avec un partenaire plus tard!

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 13 décembre 2013 11 h 07

      Il y a en réalité DEUX pays au nord du 45e parallèle. Deux langues, deux mentalités, deux pays. Vivement sortir le Canada du Québec!

      Vive le Québec souverain!


      L'histoire du Canada est une vaste farce en ce qui concerne la notion de fédération. La dérive a commencé dès 1867, avec la mal-nommée CONFÉDÉRATION, qu'on a ensuite appelée FÉDÉRATION, mais qui en pratique a tendu de plus en plus vers un état centralisé, sans respecter les compétences des provinces constituant la fédération. Il faut contrer l'action des pseudo-fédéralistes à Ottawa, et contrer le travail de sape continu des médias, inféodés au fédéralisme invasif et centralisateur, qui s'acharnent à rapetisser le Québec et à ralentir sa marche vers la souveraineté.

      Quel beau pétrin que ce pays bancal qu’est le Canada, pays bancal où le Québec est enserré, enferré et enfermé dans la camisole de force de cette Constitution soit-disant légale mais carrément illégitime parce que faite sans et contre le Québec.

      Et dire qu’il y a des Québécois qui se vautrent dans ce fédéralisme étouffant! Quand donc les Québécois seront-ils maîtres chez eux et maîtres de leurs lois?

      Le Québec est une nation pacifique avec ses caractéristiques distinctes qui mérite de se perpétuer dans son identité francophone et selon ses propres choix.

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 13 décembre 2013 11 h 21

      Réponse à M. Turcotte ( 07 h 57)

      Vous écrivez "Ce n'est pas en s'accusant l'un l'autre, ce n'est pas en essayant de trouver quelque chose de pire dans la maison d'en face qu'à l'intérieur de sa propre maison qu'on va faire le pays du Québec".

      Je suis entièrement d'accord.

      Non seulement ce n'est pas comme ça qu'on fera un pays, mais j'ajouterais qu'on prépare l'après, de ce nouveau pays. Nous aurons toujours des liens, des relations avec le Canada, et il est dans notre intérêt qu'ils soient cordiaux, ne serait ce qu'en ce qui concerne les minorités francophones... qui tentent d'y vivre, trop souvent, présentement et depuis longtemps. Apparemment ça s'améliore, mais faut garder l'oeil ouvert.

      On pourrait dire qu'il s'agissait de la part de Lisée d'un humour acceptable dans un party des fêtes or... ce n'était pas le cas.

    • Michel Deshaies - Inscrit 13 décembre 2013 11 h 22

      Réfléchissez un peu Wandelmaier, pourquoi le Qc devrait encore être soumis au bon vouloir du Canada suite à une déclaration d'indépendance? Le Québec gère déjà son environnement diffémment du Canada; les activités économiques du Québec sont majoritairement faites avec des pays étranger(U.S.A et Europe) de fait, les contrats signés entre entreprises et gouvernements ne deviendraient pas caduc juste pour le fait que le Québec serait indépendent; le Québec gère déjà son immigration; avec tous les impôts et les taxes dans les coffres du Qc etc. Vous pouvez être contre l'idée de se donner un pays qui correspond à nos valeurs et de gérer nous-même notre avenir et notre argent, mais vos arguments alarmistes et farfelues datent d'une autre époque.

      Avec des million, voir des milliards de $$ en jeu, pensez-vous vraiment que le Canada ne voudra pas négocier d'entente commerciale avec le Québec si on devient indépendent?? Par où feront-ils passer tout ce qui entre au port de Halifax et qui est destiné au R.O.C?? Tout à coup ils trouveraient une autre route pour transporter les biens qui voyagent par camion et qui passent chaque jour sur le pont le plus achalandé au Canada; le Pont Champlain??? Bref, le Québec a tous les outils nécessaire à sa réussite suite à un référendum positif. Est-ce que nous avons les bons politiciens?? Ça, c'est une autre histoire!!!

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 13 décembre 2013 13 h 56

      @ M. Deshaies..C'est madame Wandelmaier, merci!

      J'ai suffisamment écrit ce que je pense dans ce forum pour recommencer à chaque fois.

      Juste une remarque: si l'axe nord-sud serait favorisé par le QC, il le serait également pour les autres provinces, d'autant plus facilement qu'il n'y a pas de barrière linguistique. De plus, ne vous faites pas d'illusions:tous les contrats commerciaux seront à être renégocier: FTA-NAFTA-EUROPE..Cela prend des années. Et si vous ne me croyez pas, svp, renseignez vous ailleurs!

      Je veux simplement souligner que l'état d'esprit des canadiens qui risquent de voir éclater leur pays pourrait ne pas être ce que vous pensez. Et le "goodwill" pourrait briller par son abscence.

      De plus, s'il y a une déclaration d'indépendance avec un % trop près de 50%. le reste des québécois pourraient faire appel à l'armée canadienne.
      Or, vous connaissez les tendances militaristes de M.Harper.

      Je vous souhaite bonne chance!

    • dietrik reinhardt - Inscrit 13 décembre 2013 17 h 12

      On peut vraiment en lire des bonnes ici, les seuls pays qui en occident serait contre un quebec independant serait le canada et israel (pour Israel je me dis simplement qu'ils sont trop des bon amis du canada pour les facher sur ca..) et puis si des traites sont a être renégocier avec le quebec alors tant mieux, on va prendre l'industrie laitière québecois, j'ai une drole d'impression que ces gens la n'auront pas trop de misère à retourner à la table avec l'UE.

      J'adore lire les fédéraliste car vous êtes un immense panier à raison pourquoi il est une évidence que le quebec devrait faire de lui un grand et gros pays francophone en amerique du nord

      Bonne chance à vous dans votre déni, ca pourra pas durer éternellement!

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 15 décembre 2013 09 h 01

      @M. Reinhard...J'ajoute sur la listedes pays opposés à l'indépendance du QC:
      - Les É.U. avec une politique formellement énoncée d'opposition
      - La France qui ne veut pas créer de précédent avec les ambitions de la Corsce et des Basques français.
      - L'Espagne qui vient juste de refuser à la Catalogne de tenir un référendum l'an prochain
      - La Grande Bretagne qui a ses problèmes avec l'Écosse qui au fond, ne veut que son indépendance économique à cause des puits de pétrole mais veut garder la reine comme chef d'état.
      - La Russie qui comprend encore de nombreuses provinces d'éthnie autre

      Est-ce que je continue? Qui se met des oeuillères?

    • Jérôme Del Castillo - Inscrit 15 décembre 2013 12 h 26

      @ Sol Wandelmaier:
      Ce que vous venez d'affirmer au sujet de ces pays qui ne reconnaiteraient pas le Québec ne sont que des spéculations, ou plutôt vos propres souhaits. À moins que vous n'ayez un très grand pouvoir de persuasion sur les dirigeants de ces pays, aucun n'agira tel que vous le dites car ces pays ne sacrifieront jamais des occasions d'échanges économiques, technologiques, culturels, etc. uniquement pour plaire à un gouvernement canadien qui progressivement tourne le dos à une large partie du monde.
      Le contenu des correspondances diplomatiques dévoilées dans le livre "La bataille de Londres" contredit votre thèse en ce qui concerne la Grande Bretagne et les États-Unis. La France est revenue à sa position traditionnelle du NI-NI depuis que Sarkozy n'est plus pouvoir. Quant à la Russie et l'Espagne, je ne peux me prononcer car leurs situations d'unité nationale sont complexes et très différentes de celle qui prévaut ici.
      Finalement, les propos du ministre Lisée, même si je les trouve maladroits, sont dépourus du fiel que l'on retrouve dans ceux de Diane Francis et autres adeptes du Québec-bashing dans le ROC. L'omission du Canada français dans "Merger of the century: why Canada and America should become one country", la plus récente farce publiée par Mme Francis, confirme que le Québec et le ROC sont étrangers l'un de l'autre. Il est temps de cesser l'hypocrésie et débrancher le respirateur artificiel à ce reliquat du colonialisme qu'est le Canada.

  • michel wolfe - Inscrit 13 décembre 2013 04 h 20

    Lisée tente de "peinturer Dominique Poirier dans le coin"

    immédiatement après la nomination de madame Poirier non reconnue pour une positionpéquiste à tout cran, notre valaureux lisée tente de la "peinturer dans un coin" en disant qu'elle est à ce poste pour "mousser" la souveraineté alors que le rôle de déléguée ne doit pasêtre liée à une partisanerie mais à un r^le de représentante du Québec.

    D'ailleurs, madame Poirier a dû prendre ses distances lors de son ponit de presse.

    Comme le dit monsieur Moreau, lisée est il respectueux de ses fonctioins en tentant de tout détourner vers un politique partisane alors que c'est tout le Québec que doit représenter un délégué. Avec plus ou moins de 30% d'appui à la souveraineté, le PQ tente de s'arroger comme bénéficiant plus de la moitié des québécois

  • Pierre Labelle - Inscrit 13 décembre 2013 04 h 56

    Quelle insulte, La vérité......

    Depuis quand la vérité est-elle une insulte? Moreau accuse François Lisée de "faire passer son opinion pour celle des Québécois". Quand ce même Moreau vient nous dire que la majeur partie des Québécois s'est senti insulté par les propos tenus par M. Lisée, qu'essait-il de faire si ce n'est; faire passer son opinion pour celle des Québécois. Si Moreau et d'autres comme lui sont aveugle, cela ne veut pas dire que nous le somme tous. Ça fait des années que j'ai pris conscience que ce Canada, si cher à certain, était un corps étranger. Je ferais également remarqué à ce Moreau que ce n'est pas nous qui rejetons son Canada. Pas besoin d'être voyant pour savoir ce que pense le ROC du Québec, et cela ne date pas d'hier, se faire traiter de peuple de bâtard ne date pas de la semaine dernière, les fréquentes campagnes de salissage menées par certains leaders d'opinion anglophone nous le démontre clairement, ils se donne le droit de nous trainé dans la boue quand ça leur tente, et quand cela les arrangent, ils viennent nous dire;"Québec on vous aime". Je dois dire cependant que par les temps qui courent, ces détracteurs du Québec sont passablement occupé à Toronto. Eh oui, hier encore ces pourfendeurs du Québec qui se délectaient des révélations de la commission Charbonneau, aujourd'hui ils sont aux premières loges pour regarder et écouté leur vaudeville hebdomadaire favori; "les élucubrations d'un maire", mise en scène par Rob Ford. Alors Moreau, ce Canada plus beau pays du monde je te le laisse, à toi comme à Chrétien et tous les autres qui aimés vous bercez dans l'illusion que le ROC vous aime.

  • Marcel Bernier - Inscrit 13 décembre 2013 05 h 15

    Le Québec aux Québécois et aux Québécoises...

    Le député Moreau peut bien faire toutes les professions de foi qu'il voudra, il reste que la moitié de la population ayant votée oui au dernier référendum ne partage pas son point de vue.

    • rene poirier - Inscrit 13 décembre 2013 10 h 53

      60% des Canadiens-français du Québec a voté OUI à l'indépendance en 1995, ne l'oublions pas.

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 13 décembre 2013 11 h 35

      Faux!

      Premièrement je ne crois pas qu'il s'agisse d'un point de vue de la part d'un intellectuel de son niveau, mais d'une boutade fait au mauvais endroit et dans un mauvais moment. Genre boutade de taverne ou de party des fêtes.

      Deuxièmement vous oubiiez ceci: un bonne partie de ceux qui ont voté oui en 95, on viré capot ou mis l'option sur la glace, ou sont passé à autre chose: l'option stagnait depuis lors péniblement.

      Troisièmement, j'ai voté oui aux 2 référendums, de force, quand j'ai vu ces questions ineptes, à n'en plus finir (pourquoi faire ça simple quand on peut faire ça compliqué?) et je n'ai jamais pensé que le Canada était un corps étranger ne serait-ce qu'à cause des minorités francophones. Nous avons aussi trop de liens depuis des siècles, et de plus il est de bon augure d'entretenir de bonnes relations avec nos voisins immédiats, et c'est souvent le cas après une séparation, politique ou pas..