Couillard exige le dépôt d’un budget dès février

Le chef libéral Philippe Couillard
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Le chef libéral Philippe Couillard

Québec – Inquiet de la réaction des marchés financiers, le chef libéral Philippe Couillard exige le dépôt du budget et des crédits dès le mois de février.

 

En entrevue à La Presse canadienne mercredi, M. Couillard a dit trouver « irresponsable » le dépôt du prochain budget aussi tard qu’à la fin du mois d’avril, comme l’a laissé entendre la veille la première ministre Pauline Marois. D’ordinaire, le ministre des Finances présente les orientations budgétaires annuelles du gouvernement peu après la mi-mars. Le dernier budget du Parti québécois au pouvoir remonte cependant à novembre 2012. Après avoir raté ses cibles tant en matière de croissance économique que de revenus, le gouvernement Marois n’a plus les moyens de laisser planer l’incertitude jusqu’au printemps, a soutenu le leader libéral. À son avis, la confiance des milieux financiers et des investisseurs envers le Québec est ébranlée par les erreurs de prévision et le déficit « qui dépasse largement l’année en cours ».

 

M. Couillard accuse le gouvernement d’avoir plongé le Québec dans une « spirale » de déficits — 2,5 milliards $ cette année, au moins 1,75 milliard $ l’an prochain — qui pourrait aller au-delà de l’objectif annoncé du retour à l’équilibre budgétaire en 2015-2016. Le chef libéral n’a pas manqué de souligner qu’une décote du crédit du Québec aurait des conséquences désastreuses. Pour rétablir la confiance des investisseurs et des marchés, le gouvernement n’a d’autre choix, selon lui, que d’abattre ses cartes le plus tôt possible.

À voir en vidéo