Marois a déjà signé une politique favorisant le port des signes religieux à l’école

Québec – Pauline Marois s’est dite d’une « cohérence absolue » jeudi, même s’il y a 15 ans, à titre de ministre de l’Éducation, elle signait une politique qui faisait la part belle au port de signes religieux dans les écoles.

 

Rendue publique en 1998, la politique « d’intégration scolaire et d’éducation interculturelle » défendait le « droit d’expression » de la diversité « ethnoculturelle, linguistique et religieuse » dans les écoles afin de favoriser l’intégration des élèves nouvellement arrivés au Québec.

 

« La crédibilité du discours sur l’ouverture à la diversité ethnoculturelle et religieuse s’appuie en bonne partie sur la visibilité de cette diversité parmi le personnel scolaire », peut-on lire dans le document de 42 pages qui est toujours disponible sur le site du ministère de l’Éducation. « C’est ainsi, par exemple, que le simple port du hidjab ne peut être interdit dans les écoles québécoises », affirme-t-on un peu plus loin.

 

« Jamais, jamais, dans ce document, nous ne parlons de signes ostensibles », a soutenu la première ministre en répondant au chef de l’opposition officielle, Jean-Marc Fournier, lors de la période de questions à l’Assemblée nationale.

 

« Mes propos sont parfaitement cohérents par rapport à l’action que nous menons aujourd’hui, Et c’est justement pour faciliter l’intégration, pour faciliter le partage et l’adhésion aux valeurs communes », a déclaré Pauline Marois.

 

Dans la lettre de présentation qu’elle signait avec André Boisclair, alors ministre des Relations avec les citoyens et de l’Immigration, on peut certes lire que l’énoncé de politique « nous invite également à aborder l’intégration et l’éducation interculturelle dans une perspective plus large, soit celle du “vouloir vivre ensemble”, qui nous amène à partager des valeurs communes et à développer notre sentiment d’appartenance au Québec ». Mais la lettre affirme également que le « regard neuf, c’est celui de l’EXCLUSION ZÉRO » (NDLR : les majuscules sont des auteurs).

 

Rappelons qu’à l’époque, le gouvernement de Lucien Bouchard, mais aussi une bonne partie du mouvement souverainiste, cherchait à définir un projet souverainiste pétri de « nationalisme civique » afin de se distancer des propos tenus le soir du référendum de 1995 par Jacques Parizeau sur « les votes ethniques ».

À voir en vidéo