Briseurs de grève : le refus du PQ suggère un conflit d’intérêts, selon QS

Le député Amir Khadir estime qu’il existe « une forte apparence » de conflit d’intérêts de la part du gouvernement péquiste.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Le député Amir Khadir estime qu’il existe « une forte apparence » de conflit d’intérêts de la part du gouvernement péquiste.

La ministre du Travail, Agnès Maltais, ne veut rien entendre d’un projet de loi de Québec solidaire (QS) visant à interdire aux employeurs de recourir à des briseurs de grève à distance même si son libellé reprend mot pour mot celui d’un projet de loi déposé par le Parti québécois en 2010.

 

Agnès Maltais a justifié mercredi son refus par le statut minoritaire du gouvernement Marois. « Un gouvernement minoritaire n’ouvrira pas le Code du travail », a tranché la ministre, taxant d’« irresponsables » les députés de QS, Françoise David et Amir Khadir. « Ils le savent très bien. Ce serait dangereux d’ouvrir le Code du travail avec deux partis d’opposition [le Parti libéral du Québec et la Coalition avenir Québec] qui sont aussi antitravailleurs. »

 

L’effet Péladeau ?

 

Or, Amir Khadir estime qu’il existe « une forte apparence » de conflit d’intérêts de la part du gouvernement péquiste, qui a nommé Pierre Karl Péladeau président du conseil d’administration d’Hydro-Québec. « La ministre devrait pouvoir agir en toute indépendance », a affirmé le député de Mercier, et faire adopter un projet de loi pour éliminer les briseurs de grève qui travaillent à l’extérieur des locaux de l’employeur. « Pour prouver que M. Péladeau n’exerce pas une influence indue sur la décision du gouvernement, ce serait la chose à faire », croit Amir Khadir.

 

En décembre 2010, le député péquiste Guy Leclerc avait présenté le projet de loi 399 qui interdisait cette pratique, pendant que Québecor, en embauchant de briseurs de grève à distance, continuait de publier Le Journal de Montréal sans les quelque 250 employés que la société avait mis en lockout. Décrété en janvier 2009, ce lockout avait duré 25 mois.

 

Outre le projet de loi 498, QS a présenté le projet de loi 499 qui interdit l’usage de clauses de disparité de traitement, dites « orphelins », visant les régimes de retraite et les avantages sociaux. En vertu de ces clauses, les employés les plus récemment embauchés subissent un traitement discriminatoire. Lors de leur point de presse, les deux députés de QS étaient accompagnés de la syndicaliste Édith Laperle, qui affronte le chef libéral Philippe Couillard lors de l’élection partielle dans la circonscription d’Outremont.

À voir en vidéo