COMEX - Boisclair gagnera près du double de son prédécesseur

La rémunération offerte par le gouvernement du Québec au président du COMEX va pratiquement doubler avec la nomination d’André Boisclair à cette fonction.

 

Son prédécesseur, Pierre Mercier, recevait environ 90 000 $ par année depuis 2008 pour présider le Comité d’examen (COMEX), qui joue un rôle comparable à celui du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE), mais dans le nord du Québec, sur le territoire régi par la Convention de la Baie-James.

 

M. Boisclair recevra quant à lui 172 000 $ par année pour exercer la même fonction. Son mandat durera deux ans. Il entrera en fonction au COMEX à la mi-décembre et aura donc reçu son plein salaire d’ex-délégué général du Québec à New York pendant près de trois mois, soit plus de 40 000 $, sans avoir exercé aucune fonction.


Avec avantages sociaux

 

Le statut du nouveau président sera lui aussi bien différent de celui de son prédécesseur : M. Mercier était contractuel et facturait ses services au tarif quotidien de 372 $, tandis que M. Boisclair est salarié, avec tous les avantages reliés à son ancien statut de délégué qu’il aura exercé durant 10 mois.

 

Au cours des cinq dernières années, M. Mercier a facturé au gouvernement environ 242 jours par année, soit l’équivalent d’un total de 48 semaines de 35 heures, pour une rémunération hebdomadaire approximative de 1860 $.

 

M. Boisclair recevra de son côté son salaire — soit quelque 3300 $ par semaine — et tous les avantages sociaux dont il bénéficiait précédemment, et ce, durant les 52 semaines de l’année.

 

Enfin, M. Boisclair sera en poste à Montréal, alors que le secrétariat du COMEX est situé à Québec. Mais l’organisme a aussi un bureau à Montréal.

 

Le mandat du COMEX est demeuré intact, a indiqué mercredi le Secrétariat aux emplois supérieurs du Conseil exécutif.

À voir en vidéo