Les défis de Québec solidaire

Les députés Françoise David et Amir Khadir souhaitent voir leur parti percer en région.
Photo: - Archives Le Devoir Les députés Françoise David et Amir Khadir souhaitent voir leur parti percer en région.

Sherbrooke — Un froid hivernal plombait le campus de l’Université de Sherbrooke, où étaient réunis 120 militants de Québec solidaire (QS), durant le week-end. Le parti d’Amir Khadir et de Françoise David a accéléré ses préparatifs en vue d’un scrutin printanier, mais doit entre-temps affronter de forts vents contraires.

Au terme de la rencontre de deux jours de son conseil national, dimanche, QS a dit craindre que « l’obsession du déficit zéro » du gouvernement Marois se fasse au détriment de la classe moyenne et des démunis. Le parti réclame que le gouvernement taxe davantage les riches et augmente les redevances minières pour, entre autres objectifs, redresser les finances publiques. Le gouvernement a reporté de deux ans l’équilibre budgétaire, la semaine dernière, parce que les revenus ne sont pas au rendez-vous.

Les militants solidaires ont fait le plein d’énergie en vue d’un scrutin qu’ils prévoient au printemps, mais ils ont pris la mesure de leurs propres défis. La campagne de financement de QS a récolté trois fois moins d’argent que prévu — 131 588 $, en comparaison d’un objectif de 400 000 $ —, ont appris les militants. Le parti sera dans le rouge de 4322 $ à la fin de l’année.

Les nouvelles règles de financement des partis, qui limitent les dons à 100 $ par personne par année, forcent QS à revoir ses façons de faire, a expliqué Manon Massé, responsable des finances de la formation. Le parti vient de solliciter d’urgence tous ses membres qui avaient fait des dons en 2011 et 2012, mais qui ont omis de contribuer à la caisse électorale cette année.

Les militants ont aussi constaté que la vague d’indignation du printemps étudiant, qui a fait élire Françoise David à l’Assemblée nationale en septembre 2012, s’est essoufflée. Même avec deux députés plutôt qu’un, Québec solidaire peine à prendre sa place dans l’espace public, a expliqué Amir Khadir.

« Les gens nous disent qu’ils voient Québec solidaire un peu moins qu’avant. C’est parce que la dynamique politique a changé », a dit le député de Mercier. La présence de quatre partis à l’Assemblée nationale, dans un contexte de gouvernement minoritaire, « marginalise » les deux députés de QS, qui ne détiennent pas la balance du pouvoir, a rappelé Amir Khadir. Le parti a droit à seulement deux questions par série de huit séances de l’Assemblée.


Proximité entre les « élites » et le pouvoir

Québec solidaire a quand même talonné le gouvernement Marois sur une série de dossiers chauds et se distingue des autres partis en dénonçant la proximité entre les « élites » et le pouvoir, a souligné Amir Khadir. QS a ainsi dénoncé l’implantation des « compteurs intelligents » par Hydro-Québec (et la hausse des tarifs d’électricité), la réforme de l’aide sociale, la « démission » du gouvernement péquiste face à l’industrie minière, le virage pétrolier, l’influence des lobbies d’affaires et le projet de loi sur la laïcité, entre autres.

« Nous sommes persuadés qu’on est à un moment charnière. On doit réfléchir sur les meilleurs moyens d’augmenter nos chances d’avoir cinq, six, sept députés aux prochaines élections », a dit le député Khadir aux militants solidaires.

Sa collègue Françoise David a brossé un tableau sombre de la première année de gouvernement péquiste. Selon elle, les électeurs se sont laissé séduire par le Parti québécois (PQ) après les neuf années de règne de Jean Charest, mais le réveil est aujourd’hui brutal.

« Ce que le PQ nous offre depuis un an, c’est la démission. C’est un parti qui a démissionné devant les forces de l’élite, devant les milieux d’affaires, devant les lobbies, et sur le front de la souveraineté », a dit la députée de Gouin.

« Le PQ a fait des promesses irréalisables. Le projet d’assurance autonomie des aînés, par exemple, ne marche pas, parce que le gouvernement est incapable de dire à la classe dominante : “Vous allez payer”.  “Mais vous, le bon peuple, vous allez vous serrer la ceinture” », a ajouté Mme David.

La militante féministe et communautaire Rosa Pires a sévèrement critiqué le projet de charte de la laïcité. Pour elle, la charte démontre que le PQ « mise entièrement et uniquement sur le vote francophone des régions, peu importe les impacts sur le tissu social ». Les idéologues ont pris le contrôle du Parti québécois, selon elle. Ils ont ainsi ressorti le discours sur « la majorité historique », façon détournée de favoriser les droits des Québécois « de souche », dénonce Rosa Pires.

Offensive dans les régions

 

Québec solidaire compte augmenter sa part du vote lors des deux élections partielles du 9 décembre. Viau et Outremont, où les électeurs iront aux urnes, figurent dans les dix circonscriptions où QS a obtenu les meilleurs résultats au scrutin de septembre 2012. Édith Laperle, candidate dans Outremont, avait remporté 18,02 % des voix, tandis que Geneviève Fortier-Moreau avait obtenu 11,52 % du vote dans Viau.

Aux prochaines élections, la petite formation de gauche se payera pour la première fois un autobus de campagne qui fera le tour du Québec. Le parti a ciblé une vingtaine de circonscriptions susceptibles d’augmenter leur appui à QS, y compris Taschereau, dans la région de Québec, et Rouyn-Noranda–Témiscamingue.

Québec solidaire a dévoilé trois nouvelles candidatures en prévision des prochaines élections : Hélène Pigot, professeure d'informatique à l'Université de Sherbrooke; Jean Trudelle, ex-président de la Fédération nationale des enseignats et enseignantes du Québec (FNEEQ), dans Rosemont; et Gaétan Chateauneuf, ex-président du Conseil central du Montréal métropolitain, dans Bourget.

QS fait de gros efforts pour percer en région et se débarrasser de l’étiquette de « parti montréalais » qui lui colle à la peau. Le parti avait remporté 6,02 % des voix le 4 septembre 2012 malgré le ras-le-bol de la population envers le gouvernement Charest, dans la foulée du printemps étudiant.

À voir en vidéo