Point chaud - Charte de la laïcité - Duceppe rejoint Parizeau et Bouchard

Gilles Duceppe affirme ne pas lancer d’attaque frontale contre le PQ et revendique le droit de s’exprimer.
Photo: - Le Devoir Gilles Duceppe affirme ne pas lancer d’attaque frontale contre le PQ et revendique le droit de s’exprimer.

Inutilement restrictives : après Jacques Parizeau, Lucien Bouchard et Bernard Landry, c’est au tour de Gilles Duceppe de trouver trop sévères les dispositions de la charte de la laïcité qui concernent le port des signes religieux. L’ancien chef du Bloc québécois plaide notamment pour une plus grande cohérence dans l’approche de la laïcité.

Dans une longue entrevue accordée vendredi au Devoir — la première qu’il donne au sujet de la charte —, Gilles Duceppe s’est montré critique du projet du Parti québécois, qui est aussi appuyé par son ancien parti. Il a soutenu que l’interdiction de porter des signes religieux ostentatoires ne devrait concerner que les employés qui représentent à la fois l’État et l’autorité (en plus des cas où il y a un enjeu de sécurité). Il s’agirait par exemple des juges et des policiers.

 

En ce sens, M. Duceppe réitère la position défendue par le Bloc québécois dans le mémoire que le parti avait présenté à la commission Bouchard-Taylor, en 2007. C’est cette position que le nouveau chef du parti, Daniel Paillé, a mise de côté en donnant « son plein appui à la proposition » du Parti québécois dans la foulée de l’expulsion de la députée Maria Mourani.

 

Vendredi matin, le document de 2007 trônait bien en évidence sur le bureau de M. Duceppe (à côté du livre de Jean Dorion, Inclure), au 25e étage de la Tour de la Bourse, vue tournée sur le pont Jacques-Cartier. Pour le reste, le bureau était pratiquement vide : quelques heures plus tard, Gilles Duceppe devait quitter les lieux, son mandat de coprésident de la Commission nationale d’examen sur l’assurance-emploi étant maintenant terminé. M. Duceppe s’était imposé un devoir de réserve pendant la durée de ce mandat.


Être objectif

 

Libéré de cette contrainte, Gilles Duceppe réitère son soutien à un État laïque où « aucune prescription religieuse ne vient transgresser les règles de la cité ». « C’est le premier principe », dit-il. Autre élément incontournable : le visage découvert. Ces règles, M. Duceppe soutient qu’on doit les appliquer avec une « grande cohérence ».

 

C’est cette même cohérence qu’il évoque pour expliquer son opposition à ce qu’on interdise le port de signes religieux ostentatoires pour les enseignants, le personnel des commissions scolaires, du réseau de la santé et des services de garde subventionnés, comme le prévoit le projet de loi 60.

 

En 2007, le Bloc écrivait dans son mémoire que « l’obligation de neutralité de l’État vise le respect des libertés fondamentales de conscience et de religion de tous les citoyens » et qu’on ne peut cibler « sans restriction l’ensemble des personnes à l’emploi de l’État sans tenir compte de la nature de leur travail ». « J’y crois toujours », ajoute aujourd’hui l’ex-leader.

 

Le Bloc demandait aussi « sur quoi on pourrait se baser pour affirmer que le port du foulard ou de la kippa par un médecin contrevient au principe de neutralité de l’État. Une éducatrice de garderie qui porte un foulard islamique serait-elle moins respectueuse des droits des enfants ? ».

 

Six ans plus tard, Gilles Duceppe demeure convaincu que ces questions sont bonnes. Pour les enseignants et les éducateurs en garderie, « il y a une absolue nécessité pour qu’il n’y ait aucun prosélytisme dans tout ce qui est enseigné », dit-il avec emphase. Mais dès lors, nul besoin de les empêcher de porter un signe religieux. « Les professeurs ne représentent pas l’État », rappelle M. Duceppe.


Cohérence

 

Le Parti québécois va-t-il trop loin avec le projet de loi 60 ? À cela, l’ancien chef du Bloc québécois répond que la question « n’est pas d’aller trop loin ou pas assez loin. C’est d’avoir une cohérence et de développer le plus large consensus possible sans affecter cette cohérence et certains principes ».

 

Il décline. Si interdire le port de signes religieux ostentatoires aux employés représentant l’État et l’autorité contrevient à la Charte canadienne des droits et libertés, « il faudra utiliser le “nonobstant” » sans craindre les réactions.

 

Ensuite : pour bien affirmer son caractère laïque, l’État devrait probablement revoir d’autres règles, estime Gilles Duceppe. « Il faut tenir compte de l’ensemble des privilèges que l’État accorde aux institutions. Selon moi, par exemple, les permis de garderies, même celles privées non subventionnées, devraient être accordés seulement si on garantit que les services vont être donnés à visage découvert. »

 

Autres exemples ? « Comment peut-on concevoir un État laïque qui subventionne des écoles identifiées à un culte ? », demande-t-il en évoquant la vingtaine d’écoles privées (notamment juives et musulmanes) qui profitent d’un financement de l’État. « Et comment peut-on avoir une fiscalité privilégiée pour les différents cultes ? On devrait avoir un débat sur ça », dit-il.


Droit de parler

 

Gilles Duceppe redira à plusieurs reprises durant l’entrevue qu’il ne lance pas d’attaque frontale au PQ. Il « félicite le gouvernement d’avoir eu le courage de lancer le débat », il souligne que « 80-90 % du projet de loi fait consensus, ce qui est très rare », il mentionne qu’il va « voter PQ aux prochaines élections, parce que c’est mon parti et qu’on peut ne pas être d’accord sur tout ».

 

Mais il revendique aussi le « droit de s’exprimer ». « On nous appelle les belles-mères. Mais nous sommes des citoyens ! Aux États-Unis, Jimmy Carter et Bill Clinton ont continué à parler après leur départ. Ce serait bien le bout si ceux qui ont consacré leur vie à la chose publique n’avaient plus le droit de se prononcer sur les affaires publiques importantes. »

À voir en vidéo