Marois vise 2017 pour le nouveau pont Champlain

Le pont Champlain vieillit plus rapidement que prévu.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le pont Champlain vieillit plus rapidement que prévu.

La première ministre Pauline Marois croit qu’avec la collaboration d’Ottawa, le nouveau pont Champlain pourrait être inauguré en 2018, voire en 2017, plutôt qu’en 2021.

 

« On est prêts à travailler avec Ottawa absolument, sans aucune restriction. C’est ce que j’ai proposé au premier ministre canadien, M. Harper, a déclaré Pauline Marois lors de la période de questions à l’Assemblée nationale. Si nous pouvons travailler de concert pour raccourcir les échéanciers, est-ce qu’on peut les ramener de trois, quatre ans ? Tant mieux, c’est ce que je souhaite. »


Plan d’affaires attendu

 

Québec a même proposé au gouvernement fédéral d’assumer la responsabilité de la construction du nouveau pont Champlain. « À trois reprises où j’ai rencontré M. Harper, à trois reprises, j’ai parlé du pont Champlain. Chaque fois, je lui en ai parlé toujours pour lui dire : collaboration. Nous pourrions même prendre en charge la réalisation du projet. Je suis allée jusque-là parce qu’on a plus d’expertise dans la gestion des ponts qu’en a le fédéral », a soutenu Mme Marois.

 

« Il y a des solutions. Nous pourrions aller plus vite. Mais j’attends, de la part du fédéral, qu’il aille dans le même sens que nous », a-t-elle fait valoir.

 

Le ministre conservateur responsable du Québec, Denis Lebel, a promis de présenter, d’ici la fin de l’année, le plan d’affaires du gouvernement fédéral pour le nouveau pont Champlain.

 

Mardi, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a insisté pour que l’échéancier des travaux soit devancé. « Il n’y a personne ici qui va me convaincre qu’on n’est pas capables de remplacer le pont Champlain avant 2021 », a-t-il dit à l’Assemblée nationale. Il a demandé à la première ministre de solliciter une rencontre avec Stephen Harper afin d’en venir à une entente visant l’accélération du projet. « Je suis d’accord pour rencontrer le premier ministre demain matin », a répondu Pauline Marois.

 

Le chef caquiste a indiqué qu’il enverra une lettre au chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, et une autre au chef libéral, Justin Trudeau, pour qu’ils fassent pression sur Stephen Harper.

 

De son côté, le ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, s’est étonné du fait que le gouvernement Charest n’ait pas vu l’urgence de construire un nouveau pont.

 

Dès 2006

 

Dès 2006, le directeur général de la société Les ponts Jacques-Cartier et Champlain incorporée (PJCCI), Glen Carlin, avait prévenu Ottawa de la dégradation prématurée du pont Champlain, a-t-il révélé à La Presse. C’est quatre ans avant que la firme Delcan ait conclu dans un rapport à un risque « d’effondrement partiel » de l’ouvrage. « Comment ça se fait que, du côté du gouvernement du Québec, nos prédécesseurs n’ont pas accéléré la cadence autant [pour] la pression sur le gouvernement fédéral que [pour] les mesures d’atténuation ? », s’est demandé Sylvain Gaudreault devant les journalistes.

À voir en vidéo