Élection dans Viau - Le lien passé d’Heurtel avec la cofondatrice de Cinar dénoncé

Le candidat d’Option nationale (ON) dans la circonscription de Viau, Patrick Bourgeois, s’en prend au candidat libéral David Heurtel parce qu’il a travaillé en 2002 à la réhabilitation de l’image publique de la cofondatrice de la société d’animation Cinar, Micheline Charest.

 

« C’est révoltant, a déclaré Patrick Bourgeois. Ça démontre quel genre d’homme il est. On ne peut pas faire n’importe quoi pour une piastre. »

 

Dans son curriculum vitae qui circule dans un réseau social professionnel, David Heurtel écrit qu’à titre de directeur d’Annexe Communications de février 2002 à février 2003, il s’est chargé personnellement de dossiers de gestion de crise pour le compte d’anciens p.-d.g. de sociétés canadiennes, dont Micheline Charest, de Cinar, et Jean-Claude Scaire, de la Caisse de dépôt et placement du Québec. David Heurtel n’a pas voulu préciser quel mandat lui avait confié Micheline Charest. À son bureau, on a simplement signalé que c’était un mandat donné par Mme Charest en son nom personnel et que la tâche n’était pas reliée à Cinar.

 

La présidente d’Annexe Communications, Anne Laplante, a indiqué au Devoir que le mandat n’en était pas un de gestion de crise comme telle — il a été donné après les démêlés de Mme Charest en cour —, mais plutôt de gestion de son image publique.

 

En 2002, Micheline Charest, qui est décédée en 2004, travaillait pour le Groupe Juste pour rire de Gilbert Rozon, un ami personnel. En 2000, Mme Charest et son mari et associé, Ronald Weinberg, avaient fait l’objet d’une enquête après avoir détourné 122 millions $US de Cinar aux Bermudes sans l’accord de son conseil d’administration. La GRC avait porté des accusations contre l’entreprise qui avait utilisé des prête-noms canadiens pour signer des scénarios d’animation. Claude Robinson poursuivait Cinar pour avoir plagié son oeuvre, une cause qu’il a gagnée en Cour supérieure et qui se retrouve maintenant en Cour suprême.

 

« Lui, il s’est fait voler son oeuvre, mais il s’est fait voler sa vie aussi », s’est indigné le candidat d’ON. David Heurtel « était du bord des méchants qui ont volé les petits bonshommes au monsieur », a-t-il résumé.

 

« Ça confirme qu’il est dans le bon parti, le parti qui fait des affaires croches. Il est quand même mieux au Parti libéral qu’ailleurs », estime M. Bourgeois.