Drainville n’entend pas légiférer

Cette photo diffusée sur les réseaux sociaux a rallumé le débat sur le port des signes religieux et la prestation de services à visage découvert.
Photo: 98,5FM Cette photo diffusée sur les réseaux sociaux a rallumé le débat sur le port des signes religieux et la prestation de services à visage découvert.

Bien qu’il n’entende pas encore légiférer sur le port du niqab dans les garderies privées non subventionnées, Bernard Drainville demande à celles-ci d’imposer à leurs éducatrices de travailler à visage découvert, un sentiment partagé par les trois partis d’opposition à Québec.

 

Une photo diffusée sur les réseaux sociaux a rallumé le débat sur le port des signes religieux et la prestation de services à visage découvert. Sur cette photo, prise par une passante le 15 novembre à l’angle des rues Verdun et Richard dans l’arrondissement de Verdun, à Montréal, on peut voir six enfants se promenant dans la rue en compagnie de deux éducatrices portant le niqab, ne laissant voir que leurs yeux.

 

En entrevue à l’émission Dutrizac sur les ondes du 98,5 mercredi, l’auteure de la photo a soutenu qu’elle avait pris celle-ci parce qu’elle avait été « frappée » par cette « image très parlante dans le contexte politique et social que l’on sait ».

 

Le propriétaire se défend

 

Selon ce que rapporte l’agence QMI, le propriétaire de la garderie s’est dit victime « d’une chasse aux sorcières ». « Les parents sont derrière nous, ils nous appuient, affirme-t-il. Nous respectons les gens dans leur personne, et nous voulons être respectés. » Selon lui, le choix des éducatrices de porter le niqab est volontaire. Les parents des enfants qui fréquentent la garderie ont été convoqués mercredi soir pour discuter du débat suscité par la photo.

 

Réagissant à cette photo, le ministre Bernard Drainville rappelle que son projet de charte ne régit pas les garderies privées non subventionnées. « On a fait le choix d’appliquer la charte aux garderies qui reçoivent du financement public, a-t-il affirmé à la sortie du Conseil des ministres mercredi. Maintenant, on peut quand même dire que ce n’est pas le modèle d’éducatrice qu’on veut pour nos enfants au Québec. »

 

Pour l’instant, il ne croit pas qu’il soit nécessaire de les assujettir à la charte de la laïcité. « Tout ce qu’on peut faire, c’est demander aux propriétaires de garderies privées non subventionnées de demander à leurs éducatrices d’avoir le visage découvert […] S’ils décident de s’imposer ça, ce sera une très bonne chose. » C’est, pour lui, une question de « gros bon sens » et de « respect ».

 

La ministre de la Famille, Nicole Léger, invite pour sa part les gens qui ne seraient pas à l’aise avec cette pratique à se manifester lors des consultations publiques sur la charte qui se tiendront en janvier. « S’il y a des gens qui veulent venir s’exprimer en commission parlementaire, on va écouter. »

 

Les trois partis d’opposition rejoignent la position du gouvernement Marois. « Je pense qu’elles [les éducatrices] devraient être à visage découvert […] ne serait-ce que pour ne pas leur faire peur [aux enfants], pour qu’on les reconnaisse et qu’il y ait un lien qui s’établisse », a affirmé le chef de la CAQ, François Legault.

 

Garde illégale

 

En mars dernier, une plainte a été portée au ministère de la Famille pour service de garde illégal à cette adresse. Les inspecteurs du ministère ont découvert que la garderie familiale accueillait sept enfants, alors que la loi ne lui en permettait que six. La situation était revenue à la normale en mai et le dossier a été fermé. Mais les dernières informations publiées mercredi ont remis la puce à l’oreille du ministère, qui retournera sur les lieux pour faire de nouvelles vérifications sur le nombre d’enfants présents.

 

Aucune plainte n’a jamais été formulée en ce qui concerne le port du niqab chez les éducatrices, précise la porte-parole du ministère, Nadia Caron. Cet aspect ne fera pas non plus l’objet des nouvelles vérifications, assure Mme Caron. « Ça ne fait pas partie des éléments d’inspection relatifs à la Loi sur les services de garde. »

47 commentaires
  • Roch Yves Simard - Abonné 21 novembre 2013 01 h 11

    Photo intéressante

    Vous noterez que seuls les yeux des enfants sont recouverts. On aurait dû faire de même avec les femmes de peur que quelqu'un les reconnaissent!!!

    • Louka Paradis - Inscrit 21 novembre 2013 10 h 50

      Ce que cette photo révèle, c'est surtout le message anti-social du niqab et son aspect aliénant ; le message que les femmes doivent se cacher en public est vraiment aux antipodes d'une société démocratique où les hommes et les femmes sont égaux. Tout le reste n'est que du baratin pour justifier une telle domination.

      Louka Paradis, Gatineau

  • Nancy Leblanc - Inscrite 21 novembre 2013 03 h 12

    Je demande!

    Au nom de tous ceux qui sont ahuris par ce déguisement outrageant, je demande au ministre Drainville de changer la Loi sur les services de garde.

    Si ça ne touche pas la fonction publique, ça s'adresse au grand public. Si le ministre ne légifère pas, ça revient à laisser cet "accomodement" non-balisé encombrer le paysage québécois. Ceci représente un premier pas vers l'envahissement de la fonction publique.

    Bon sang, monsieur le ministre, réagissez!

    • Louka Paradis - Inscrit 21 novembre 2013 10 h 41

      Chaque chose en son temps. Pas de panique...

      Louka Paradis, Gatineau

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 21 novembre 2013 10 h 54

      Elles se déguisent en quoi, donc?

  • Josette Allard - Inscrite 21 novembre 2013 05 h 57

    Le niable de Couillard

    Et Couillard serait pour le niable si les tribunaux déclaraient la charte inconstitutionnelle. Un peu de courage mon bon monsieur. Devant une telle possibilité, il reste la clause nonobstant dont parlait madame Houda Pépin.

  • Caroline Moreno - Inscrit 21 novembre 2013 06 h 11

    Non et non !

    Que des enfants, au Québec, grandissent avec l'idée qu'il est normal pour une femme de se recouvrir la tête, est inacceptable. Je le refuse. J'irai jusqu'à dire que j'y vois une forme de rejet de la société dans laquelle ces femmes ont choisi de vivre.

    • Louka Paradis - Inscrit 21 novembre 2013 10 h 43

      Petit dialogue conjugal : «Mon frère, pourquoi devrais-je couvrir mon corps de la tête aux pieds et me cacher le visage ? - Ma sœur, si tu veux être vraiment pure aux yeux d'Al... et éviter ainsi d'exciter le désir des hommes, il faudrait que tu revêtes le niqab. Mais c'est ton choix ; toi seule peux décider si tu veux être pure ou impure aux yeux de Dieu et des hommes... - D'accord, mon frère, je porterai donc le niqab par choix, et pour te plaire, toi le représentant d'Al..., toi si supérieur que tu n'as pas besoin de cacher ton visage. J'accepterai donc, par pudeur et par humilité de me soumettre à la loi divine que tu me rappelles fermement pour le salut de mon âme...»
      Touchant, n'est-ce pas ?

      Louka Paradis, Gatineau

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 21 novembre 2013 10 h 51

      Mais ils grandiront avec l'idée que se faire prendre une fesse sur la rue par son chum c'est normal, la pornographie auss et j'en passe.

      Les cours d'écuation à la sexualité on foutu le camp et ne sont rempacer par rien, si non la pornographie pratiquement accessible è tous. Et peu dénoncent la pornographie sur les enfants, c'est ce qu'on nous apprend. En fait, je n'ai rien appris: il y 4 ou 5 ans une de mes amies m'a dit qu'elle s'était fait offrir de la pornographie infantile, et quand je lui ai denmandé si elle l'avais dénoncé, elle m'a dit que non, je lui ai dit qu'elle pouvait encore le faire elle m'a juste répondu qu'elle ne le ferait pas. Pourtant elle semblait choquée, et c'était une femme bien éduquée et conscieuse....

      Il y a longtemps que nos vraies valeurs foutent le camp il est temps qu'on le réalise et qu'on regarde dans notre propre jardin plutôt que de faire une fixation sur les autres, qu'on ne connaît même pas, ni d'Ève ou d'Adam.

  • Michel Lebel - Abonné 21 novembre 2013 06 h 15

    Le ridicule!

    Quelle magnanimité du ministre Drainville! Le voici définisseur en chef du "respect" , du "gros bon sens", du "modèle d'éducatrice pour "nos" enfants"! Plus nouveau curé laïciste que cela, tu meurs! Heureusement que le ridicule ne tue pas au Québec! Si le "gros bon sens" avait vraiment prévalu en cette Province, cette charte des valeurs n'aurait jamais vu le jour: un projet inutile et divisif et une grande perte de temps et d'énergie collective.


    Michel Lebel

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 21 novembre 2013 08 h 13

      Tous les enfants sont habillés en hiver, peut-être que ces dames se protègent le nez du gel ! Les foulards ne sont pas accessibles à toutes ! Fait pas chaud au Québec !

      PL

    • Roch Yves Simard - Abonné 21 novembre 2013 08 h 25

      Quelle situation ridicule, justement. Ça devrait vous rappeler le fameux "Avancez en arrière" de nos chauffeurs d'autobus d'autrefois.

    • Lucien Cimon - Inscrit 21 novembre 2013 10 h 54

      Admirable Monsieur Lebel! Votre ouverture exemplaire, votre sagesse légendaire a encore réussi à confondre le gros méchant péquiste et à protéger de votre corps le généreux... Généreux... Généreux qui donc??
      Lucien Cimon