Legault rabroue Jean Allaire

«On ne peut pas faire le procès de l’islam et mettre tous les musulmans dans le même paquet», a dénoncé François Legault.
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir «On ne peut pas faire le procès de l’islam et mettre tous les musulmans dans le même paquet», a dénoncé François Legault.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, est « totalement en désaccord » avec le fondateur de l’Action démocratique du Québec et militant caquiste, Jean Allaire, qui estime que l’islam est « une religion tout droit sortie du Moyen-Âge », et le Coran « un texte de conquête et de violence ».

 

« Il fait le procès d’une religion, a dénoncé François Legault. On ne peut pas faire le procès de l’islam et mettre tous les musulmans dans le même paquet. »

 

Dès qu’il a pris connaissance, mardi matin, des propos de Jean Allaire recueillis par La Presse, le chef caquiste a parlé avec celui-ci pour lui exprimer sa désapprobation. « Il faut faire la distinction entre combattre l’extrémisme religieux et s’attaquer à tous les partisans [sic] d’une religion », a fait valoir François Legault.

 

Les militants de la CAQ, qui seront réunis dans un conseil général samedi prochain, ne se sont jamais prononcés sur le projet de charte du gouvernement péquiste ou, plus généralement, sur la laïcité de l’État. Le conseil général portera sur des propositions axées sur les familles de la classe moyenne, et la charte n’est pas à l’ordre du jour. « Les députés ont été consultés. Il y a toujours une possibilité d’amener une proposition », a soutenu François Legault.

 

Le chef caquiste a affirmé qu’il était « ouvert » à des compromis dans la mesure où les péquistes en feront aussi. « Comment se fait-il qu’ils ne nous consultent pas ? a-t-il toutefois déploré. De toute évidence, c’est de l’électoralisme et ils n’en veulent pas, d’entente. »

 

Le PQ comparé au Tea Party

 

Le ministre des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, Bernard Drainville, a réagi à l’article d’opinion intitulé « Quebec’s Tea Party Moment », publié mardi dans le New York Times et signé par Martin Patriquin, le chef de bureau au Québec du magazine Maclean’s.

 

« Je trouve ça tendancieux et je ne crois pas que ça reflète les principes sur lesquels s’appuie notre projet », a dit le ministre. « M. Patriquin n’en est pas à ses premières frasques. Il a déjà dit que la corruption faisait partie de l’ADN des Québécois. » Martin Patriquin est l’auteur d’un dossier, paru dans le magazine torontois en 2011, sur « la province la plus corrompue du Canada », article qui lui a valu un blâme du Conseil de presse du Québec.

 

Consultation en janvier

 

Pour sa part, le chef de l’opposition officielle, Jean-Marc Fournier, a rejeté l’analogie avec le Tea Party pour reprendre à son compte le rapprochement qu’a fait Chantal Hébert entre les gouvernements Marois et Harper à l’émission Tout le monde en parle dimanche. « Il n’y a aucune donnée factuelle qui soutient l’affront à une loi quasi constitutionnelle [la Charte des droits et libertés], s’est-il insurgé. C’est exactement l’obscurantisme que l’on reproche à Stephen Harper. »

 

Par ailleurs, les consultations générales sur le projet de loi 60 instaurant la Charte de la laïcité débuteront le 14 janvier prochain. Les intéressés ont jusqu’au 20 décembre pour soumettre leur mémoire.


 
13 commentaires
  • Pierre Labelle - Inscrit 13 novembre 2013 04 h 56

    Bonne chance

    Je souhaite la meilleur des chances à Mme Fatima Houda-Pépin, réussir le test du caucus libéral, je doute fort qu'elle puisse y arriver à moins que la scission au sein de ce parti soit plus prononcée que nous le laisse croire ce cher Phillippe....
    Tant qu'à la réplique de Legault à M. Jean Allaire, j'ai connu ce dernier au millieu des années 60 donc il y a longtemps, et si aujourd'hui j'avais à choisir entre les deux prises de position, les yeux fermés je choisirais celle de Jean Allaire. Je dis les yeux fermés car cela ne fait aucune différence avec l'esprit fermé de Legault.

    • Louis Gérard Guillotte - Inscrit 13 novembre 2013 10 h 13

      Raison d'État.Combien de temps faudra-t-il aux oppositions de l'Assem-
      blée-nationale pour se décoller le nez du séquoia de la Charte des droits
      et libertés,lequel arbre les prive de voir la forêt et donc plus loin que le
      bout de leur pif électoraliste.Mme Fatima Houda-Pépin et Jean Allaire au-
      ront eu la capacité intellectuelle de le faire.Quant à M.Legault,il nous
      démontre sa compréhension superficielle du problème qui nous pendra au
      bout du nez si nous facilitons l'enracinement en nos terres de l'hégémo-
      nie islamiste!Toute la question est là.Gardons-nous de faire du "profilage
      religieux" individuel:la Charte des Droits et libertés existe comme garde-
      fous en cela.Mais la forêt à ne pas perdre de vu est celle de l'auto-protec-
      tion de la collectivité québécoise;et c'est pour cela que la Charte de la
      laïcité est Raison d'État.Une loi pour régir le futur-immédiat comme le
      soulignait si bien Mad Marois,et avangardistement Mme Fatima Houda-
      Pépin et pragmatistement M Jean Allaire.

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 13 novembre 2013 05 h 08

    Pourquoi

    Pourquoi faut-il toujours se rendre à l'exagération avant qu'on arrive au gros bon sens ?

    PL

    • Louis Gérard Guillotte - Inscrit 13 novembre 2013 10 h 18

      Pour certains cerveaux ils leur faux viser les extrêmes pour entrevoir enfin
      la moyenne.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 14 novembre 2013 06 h 18

      La question devient : Est-ce les même cerveaux dans les même têtes ?

  • François Ricard - Inscrit 13 novembre 2013 05 h 44

    M. Legault n'est que comptable

    C'est évident que M. Allaire connaît beaucoup mieux l'Islam que M. Legault.
    Comme bien d'autres, M. Legault évoque un islam «modéré» dont l’émergence noierait les fondamentalistes purs et durs. Mais quand nous parlons d’un islam modéré, nous imaginons un islam qui nous ressemblerait: démocratique, pas trop pratiquant,un islam qui partage nos valeurs de laicité et d’égalité; un islam qui accepterait l’essence même de chrétienté. Un islam qui ne serait plus l’islam, Un islam que nul «printemps arabe» ne saurait faire lever. Cette fausse image que nous nous faisons de l’islam provient de notre grande méconnaissance de cette idéologie.
    Que M. Legault trouve un seul imam, un seul ayatollah, un seul uléma qui aura l’audace et la conscience de dire aux Croyants suicidaires qui font sauter des dizaines, des centaines voire des milliers de personnes avec eux que nulle houri ne les attend au paradis d’Allah. Je le mets au défi d'en trouver un seul.

  • François Dugal - Inscrit 13 novembre 2013 08 h 00

    Politiquement incorrect

    Monsieur Jean Allaire critique l'islam; bien sûr, c'est politiquement incorrect.
    Mais voilà, j'estime que monsieur Allaire a raison; inscrivez-moi dans la colonne des incorrects.
    Ceci dit, depuis quand n'a-t-on pas de le droit (constitutionnel) de critiquer une religion? Lors de l'affaire de la petite bésilienne de 9 ans enceinte de son beau-père, plusieurs catholiques québécois ont violemment critiqué la position la hiérarchie romaine à ce sujet; est-ce que c'était incorrect, monsieur Legault?

  • Carole Dionne - Inscrite 13 novembre 2013 08 h 05

    Encore à la recherche de votes

    Toujours pareil, M Legault. Il fait toujours le mauvais choix. Il a tellement peur de déplaire et veux ramasser tellement de votes que....Il en perd son latin. Oui les musulman extrémistes sont dangereux. S'il faut tasser dans un coin les autres musulmans, les catho, sihk, etc, pourquoi pas. On appelle cela" être visionnaire", comme dans votre livre sur le St-laurent. On attend pas que le diable soit au vache.