Les candidates libérales pourront porter le tchador au prochain scrutin

Le porte-parole libéral en matière de laïcité, le député Marc Tanguay, se dit «tout à fait» à l'aise avec l'idée de côtoyer un jour des élues dont tout le corps serait ainsi soustrait au regard des autres, pudiquement caché sous un épais voile noir.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Le porte-parole libéral en matière de laïcité, le député Marc Tanguay, se dit «tout à fait» à l'aise avec l'idée de côtoyer un jour des élues dont tout le corps serait ainsi soustrait au regard des autres, pudiquement caché sous un épais voile noir.

Québec — L'Assemblée nationale du Québec pourrait-elle un jour compter en ses rangs une députée, voire une ministre, portant un tchador?

La question se pose, depuis que le Parti libéral du Québec (PLQ) a annoncé sa position sur le port de signes religieux chez les employés de l'État, en dénonçant toute interdiction, pourvu que le visage reste découvert.

Le tchador est ce grand voile noir qui recouvre tout le corps et la tête de la femme, mais laisse voir son visage. Il est porté, de gré ou de force, par des femmes musulmanes de divers pays, dont l'Iran et l'Arabie saoudite.

Le porte-parole libéral en matière de laïcité, le député Marc Tanguay, se dit «tout à fait» à l'aise avec l'idée de côtoyer un jour des élues dont tout le corps serait ainsi soustrait au regard des autres, pudiquement caché sous un épais voile noir.

Aussi, des candidates libérales portant le tchador seraient les bienvenues dans l'équipe lors des prochaines élections générales, a dit l'ancien président du parti, en entrevue téléphonique à La Presse canadienne, mardi.

Le respect des libertés religieuses doit être exemplaire, selon le député.

«On ne peut pas jouer dans les limitations des libertés, et cette personne qui se ferait élire aurait tout à fait le droit et la légitimité démocratique d'être assise à l'Assemblée nationale», selon lui.

Et à partir du moment où on voit le visage de la femme «pour des raisons de communication, de sécurité et d'identification», le PLQ ne voit aucun problème avec cette pièce de tissu, destinée à camoufler les femmes.

Dans les milieux féministes, le tchador est généralement perçu comme un des symboles obscurantistes les plus criants de l'oppression des femmes dans le monde islamiste.

Il reviendra aux électeurs de décider s'ils sont prêts à endosser ce type de pratique vestimentaire et religieuse, le cas échéant, a-t-il fait valoir.

«Si une personne se présente avec un signe religieux, que ce soit celui-là (le tchador), la kippa ou la croix chrétienne, à ce moment-là, ce sont les gens qui décideront sur la plateforme électorale, la valeur de la candidate ou du candidat», a-t-il soutenu.

Par Jocelyne Richer
23 commentaires
  • Charles Constantin - Inscrit 12 novembre 2013 19 h 08

    Ridicule

    Par chôment M.Tanguay vous devriez parler à Mme Houda-Pépin avant de vous ridiculiser. Un coup parti pourquoi pas un frère Musulman à la tête du PLQ?

    • Charles Constantin - Inscrit 12 novembre 2013 22 h 51

      Le premier mot devrait être franchement , désolé pour la coquille.

    • Louka Paradis - Inscrit 12 novembre 2013 23 h 09

      Heureusement pour lui que le ridicule ne tue pas ! Le porte-parole libéral en matière de laïcité prône le tchador et par ailleurs, on apprend que le PLQ veut préparer un projet pour «s'attaquer à la montée de l'islamisme radical», d'après des sources libérales. On dirait des poules sans tête qui courent dans toutes les directions. La panique, quoi...

      Louka Paradis, Gatineau

    • Donald Bordeleau - Abonné 13 novembre 2013 22 h 36

      Le deuxième mot serait T-chan-dor-guay adin de recevoir son point G qui se rapproche de un morceau de tissu comme Fournier utilise Hitler par manque d'arguments pour la charte de la laïcité.

      Deux futurs prix Citron pour ces nouvelles idées avant gardistes libérales.

  • Nicole Moreau - Inscrite 12 novembre 2013 19 h 28

    pourquoi est-ce le plus souvent des hommes qui prennent de telles positions?

    Je me le demande bien

    • Lionel Hallé - Inscrit 12 novembre 2013 19 h 53

      Parce qu'un homme comme lui qui n'a rien a dire, dit n'importe quoi,
      tandis qu'une femme est souvent plus réservée.
      d'accord avec vous Mme Moreau
      lionel Hallé

  • Jean Lapierre - Inscrit 12 novembre 2013 19 h 48

    Non mais sérieux là

    Ce porte-parole libéral en matière de laïcité rit du monde. Le jour où une musulmane portant le tchador sera élue dèputée sera le jour où le Québec sera devenu une république islamique. J'ai l'impression que ce jour est assez lointain. Le porte-parole de paroles insignifiantes ne risque pas grand'chose si ce n'est de se montrer plus insignifiant que son chef.

  • Robert Beauchamp - Abonné 12 novembre 2013 19 h 50

    intégrisme & clientélisme

    Vraiment, ce monsieurn'a pas son pareil pour allumer des feux. Intégrisme politique et clientélisme au parti libéral ne sont pas dissociables.

    Robert Beauchamp

    • Solange Bolduc - Inscrite 12 novembre 2013 20 h 39

      C'est son patron Couillard qui l'a inspiré ! Ça promet !

  • Lucien Cimon - Inscrit 12 novembre 2013 19 h 54

    Vive l'ouverture!

    Que dirait Monsieur Tanguay si une députée voulait se présenter en bikini? Oserait-il «jouer dans les limitations des libertés» de cette personne?
    Au fait, qu'es-ce que ça signifie, «jouer dans les limitations des libertés»?
    Lucien Cimon

    • Solange Bolduc - Inscrite 12 novembre 2013 20 h 44

      Ne s'est-on pas présenté les seins nues, et plus ? Cacher ce corps que je ne saurais voir dans cette enceinte où la perturbation (ou frustration) n'a pas, surtout, sa place !

    • Murray Henley - Inscrit 12 novembre 2013 22 h 22

      Et voilà... Une imparable démonstration par l'absurde.