Les futurs médecins de McGill disent non à la charte

Les étudiants en médecine à l’Université McGill s’opposent à l’interdiction de port de signes religieux dans le système de santé, tel qu’elle est proposée par le projet de loi 60. « Il serait tout simplement inacceptable, selon nous, que certains de nos collègues soient traités comme des citoyens de seconde classe et se voient forcés de choisir entre leur religion et leur emploi », ont-ils fait savoir par voie de communiqué lundi. Selon ces futurs médecins, le port de signes religieux chez leurs professeurs et leurs collègues n’altère en rien leur professionnalisme.
11 commentaires
  • Michel Bouchard - Inscrit 12 novembre 2013 01 h 06

    Des médecins , des gens de seconde classe ? tiens donc

    Des médecins traités comme des citoyens de seconde classe .. Allons donc, les médecins sont vus comme des scientifiques et non comme des gens de shoppe (sic).

    Un employeur peut avoir un code vestimentaire qui est tout a fait approprié pour le genre de travail effectué. Tel le sarrau et les lunettes de protection pour les opérations, sans plus.

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 12 novembre 2013 09 h 19

      Les futurs médecins et les médecins se perçoivent comme des professionels à part entière, malgré qu'ils sont rémunérés par la RAMQ...

      Le gouvernement Marois les traitent d'employés à son service...Beaucoup de médecins, surtout les spécialistes ont eu facilement près de trente ans de scolarisation...pour avoir une certaine liberté d'action dans leur vie..

      Une partie des raisons de L'exode des médecins de la province venait de l'excès d'interventionnisme de l'état...L'autre partie provenant de la grosse différence de revenu, comparée aux autres provinces canadiennes..

      C'est ç bien y réfléchir!

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 13 novembre 2013 05 h 41

      «Une partie des raisons de L'exode des médecins de la province venait de l'excès d'interventionnisme de l'état...L'autre partie provenant de la grosse différence de revenu, comparée aux autres provinces canadiennes..»

      Y a des légendes qui ont la vie dûre Mme. Wandelmaier.

      PL

    • Pierre Germain - Inscrit 13 novembre 2013 10 h 28

      @ Sol Wandermaier,

      Votre analyse est faible et truffée de démagogie.

      Ce qui compte, c'est le revenu net avant impôt, pas le revenu. Or, les médecins québécois, lorsqu'ils comparent leurs conditions avec celles des médecins des autres provinces, ne parlent que de revenus bruts, pas nets avant impôt. Cependant, les dépenses de bureau sont plus élevées dans les autres provinces. À titre d'exemple, on n'a qu'à penser aux cliniques qui emploient des infirmières, ces dernières étant mieux rémunérées partout au Canada ailleurs qu'au Québec.

      En outre, les rémunérations des médecins au Amérique du Nord sont outrageusement trop élevées et le temps est venu de se comparer aux pays de l'Europe de l'Ouest et non plus aux États-Unis, là où les patients en ont le moins pour leur argent.

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 14 novembre 2013 12 h 58

      @ Mr Germain..C'est madame Wandelmaier,merci!

      même en comptant la difference de frais de bureau, les médecins ont des revenus bien supérieurs dans le ROC que ceux du QC. Chiffres venant des Collèges de MD et ass des spécialistes.

      Le fait qu'il existe un marché ouvert en Amérique du nord et une chasse aux têtes dans tous les domaines scientifiques fait que votre observation sur le niveau des honoraires n'a aucun importance!

    • Pierre Germain - Inscrit 14 novembre 2013 15 h 33

      À Sol Wnadelmaier,

      Le fait que les chiffres viennent des collèges de MD et ass de spécialistes fait qu'ils sont à la base peu crédibles, la démagogie des médecins étant légendaire.

      Par ailleurs, les médecins du Québec ne considèrent pas leurs heures travaillées, qui sont significativement plus basses qu'ailleurs au Canada. Encore une fois, le paramètre à considéréer est le revenu net avant impôt... par heure. Et établi par un organisme neutre, impartial et indépendant, ce que ne sont pas les ass de médecins qui, par définition, sont des syndicats biaisés.

  • Nancy Leblanc - Inscrite 12 novembre 2013 03 h 39

    Citoyens de seconde classe?

    Comme on aime exagérer les interprétations à McGill!

    1.- choisir entre la religion et leur emploi...vraiment?

    2.- être professionnel ça ne se situe qu'au niveau de l'acte médical... vraiment?

    3.- un code vestimentaire c'est ce qui est réservé aux citoyens de seconde classe...vraiment?

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 12 novembre 2013 22 h 53

    Situation ambigue

    Cette opposition des médecins à la Charte m’étonne. Selon le Dr Dahine, président de la Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ), seulement à McGill, plus de 200 médecins en cours de formation proviennent de pays du Moyen-Orient.( Voir : http://www.ledevoir.com/societe/sante/390434/chart

    Cela m’apparait beaucoup. Alors que les facultés de médecine contingentent énormément les admissions, je me demande si cette situation est normale et acceptable pour les Québécois.

  • Pierre Germain - Inscrit 13 novembre 2013 10 h 22

    Il est grand temps d'avoir une seconde révolution tranquille pour abolir la mainmise que les médecins veulent exercer sur la société tout comme le clergé le faisait avant les années soixante. Les médecins sont des gens comme les autres et la loi s'applique à eux comme aux autres. Ils vont devoir apprendre qu'ils ne sont pas à part des autres et ne forme pas une société à part.

    Et la sempiternelle ritournelle des longues études n'est plus appropriée: beaucoup de gens essentiels à la société font aussi de longues études, et pas en médecine. Par ailleurs, nous n'y sommes pour rien si, pour exercer dans une spécialité, le médecin doit d'abord apprendre une foule de choses qui ne lui seront pas nécessaires et qu'il s'empressera d'oublier (demadez à un ophtalmolpogiste s'il se souvient de ses stages en orthopédie!). La société n'est pas responsable et ne doit pas avoir à payer si le système d'éducation médical est archaïque et inefficient.

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 14 novembre 2013 13 h 07

      Mr Germain s'en va en guerre contre les médecins?

      Lisez ma réponse plus haut..

      Le fait qu'il existe au Canada la libre circulation des oersonnes et des biens,
      Le fait qu'il existe les forces du marché pour attirer les cerveaux les plus qualifiés
      Le fait qu'il y a une pénurie de médecins dans beaucoup de régions dans le ROC...
      fait que votre "Révolution tranquille médicale" n'est qu'un grand coup d'épée dans l'eau...

    • Pierre Germain - Inscrit 14 novembre 2013 14 h 53

      @ Sol Wandelmeier,

      Vous parlez des cerveaux les plus qualifiés en vous référant aux médecins. Eh bien vous errez. Le médecin traditionnel n'est pas un cerveau mais un technicien qui a appris par coeur à poser tel geste dans telle circonstance. Seuls quelques médecins sont des "cerveaux" au vrai sens du terme, i.e. des chercheurs de haut niveau avec une pensée créatrice et un apport original, plus attachés à la science qu'à leurs honoraires. Les autres cerveaux sont les pharmacologues, physiologistes, généticiens, biologistes moléculaires, bio-physiciens et ingénieurs bio-médicaux sans qui la médecine en serait encore aux saignées et à la théorie des humeurs.