Affaire Oxygène 9 - Le candidat libéral David Heurtel dans Viau était aux premières loges

David Heurtel avait remis cette semaine sa démission à la Régie des installations olympiques.
Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot David Heurtel avait remis cette semaine sa démission à la Régie des installations olympiques.

Philippe Couillard a choisi comme candidat dans Viau David Heurtel, un ancien péquiste associé indirectement au scandale d’Oxygène 9 dont les libéraux avaient fait leurs choux gras au début des années 2000.

Après avoir quitté, en 1998, son poste de chef de cabinet de Bernard Landry, alors ministre des Finances, Raymond Bréard est devenu actionnaire l’année suivante de la firme de lobbying Oxygène 9, qui a obtenu le mandat de mettre sur pied le Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI). Le REMI cherchait à convaincre le gouvernement de créer un fonds de 30 millions pour soutenir cette industrie. C’était le fondateur du Groupe Juste pour rire, Gilbert Rozon, qui était l’instigateur du regroupement.

En 1999, le gouvernement a créé la Société des événements majeurs internationaux (SEMIQ), qui a distribué ces 30 millions en subventions aux promoteurs d’événements internationaux. Oxygène 9 a touché une commission automatique de 1,5 % sur chacune de ces subventions, pour un total de 400 000 $.

En 1999, David Heurtel était directeur aux affaires gouvernementales du Groupe Juste pour rire, soit le lobbyiste de l’entreprise. C’est à ce moment qu’il a connu Raymond Bréard, d’Oxygène 9, qui conseillait le Groupe juste pour rire ainsi que les autres promoteurs d’événements. « Je l’ai rencontré au moment où on formait le REMI », a confirmé David Heurtel au Devoir.

Cette même année, David Heurtel est devenu le premier directeur général de la SEMIQ. « Je n’ai jamais eu d’interaction avec Oxygène 9 quand j’étais à la SEMIQ », a affirmé le candidat libéral. « On déposait les demandes, on les analysait selon des critères objectifs pré-établis. Il n’y avait pas d’arbitraire là-dedans. C’étaient des programmes normés. »

Les liens avec Oxygène 9, c’étaient les organisateurs des événements qui les avaient, a-t-il soutenu. Ce sont eux qui ont versé la commission automatique de 1,5 %.

Après que Le Devoir eut mis au jour les tractations d’Oxygène 9, les libéraux de Jean Charest n’ont cessé d’accabler le gouvernement de Bernard Landry à ce sujet. L’affaire a conduit le gouvernement péquiste à faire adopter la Loi sur le lobbyisme.

« C’est un jeune homme très compétent qui a beaucoup de dynamisme et qui aime beaucoup la politique », a livré vendredi Raymond Bréard au Devoir. « C’est un bon candidat pour n’importe quel parti », estime celui qui, dans la controverse, a dû démissionner de son poste de directeur général du Parti québécois en 2002.

Attaché politique du premier ministre Bernard Landry en 2001, David Heurtel affirme ne pas faire de politique active depuis 2002. Sa dernière contribution financière au PQ remonte à 2010, a-t-il précisé.

David Heurtel a soutenu qu’il avait été courtisé par le PQ, mais aussi par des partis fédéral et municipal, avant que le PLQ ne l’approche. C’est le débat sur la Charte des valeurs qui a été « le point de bascule », a-t-il dit.

29 commentaires
  • Josette Allard - Inscrite 9 novembre 2013 05 h 11

    Naviguer en eau trouble

    Il semble habituer. Il sera un candidat parfait pour le PLQ, grand spécialiste de la navigation par grand brouillard.

  • Jean Claude Pomerleau - Inscrit 9 novembre 2013 08 h 09

    Charte des valeurs... libérales

    Le candidat est contre la Charte des valeurs et pour la charte des v_leurs (complété le mot) du PLQ.

    • Simone Lussier - Inscrit 10 novembre 2013 21 h 39

      Excellent! Je regardais ce soir Couillard aux nouvelles crier haut et fort que la Charte portait atteinte aux droits et libertés individuelles!!! Le même Couillard qui, avec son équipe, était derrière le projet de loi spéciale 78... Non mais, il nous prend vraiment pour des simplets... Il est clair que ce personnage n'a qu'un rêve: accéder au pouvoir à tout prix. Neuro-chirurgien manqué qui a troqué le Serment d'Hippocrate pour de l'immobilier et tout ce qui scintille. C'est bien le rêve d'un homme et pas d'une nation. J'espère que les Québécois verrons clair aux prochaines élections. Partisanerie narcissique. Un vrai de vrai républicain américain.

  • Gilles Delisle - Abonné 9 novembre 2013 08 h 42

    Laissez un job à 160000$ pour ètre député!

    Vous en connaissez beaucoup de gens prêts à laisser un job de 160 000$ pour se présenter comme député du Parti Libéral? Ce monsieur, qui a travaillé pour le Groupe Juste pour rire, ce qui n'est pas une référence, a démissionné de son poste parce qu'il trouvait que le débat sur la Charte ne lui plaisait pas!!! Eh bien, faut avoir de grands moyens pour quitter un poste comme celui-là pour aller suivre des libéraux! Permettez-moi de douter de ce monsieur. Qu'est-ce que ce monsieur s'est fait offrir par le parti Libéral, pour démissionner aussi précipitamment d'un tel poste? Mais , comme toujours, on saura bien un jour.

    • Grace Di Lullo - Inscrit 9 novembre 2013 23 h 24

      Circonscription assurée pour plus d'un mandat, nous notons qu'il ne se présente pas dans une circonscription baromêtre ou vote avec peu de marges. Par la suite, il pourra en cours de premier mandat, démissionner et se trouver un nid douillet dans un organisme parapublic, paramunicipal, gouvernemental ou quasi-pseudo inc. Il pourra peut-être en cours de deuxième mandat allez se chercher une prime de départ et avoir par la suite des ambitions fédérales...

      Il sait ce qu'il fait et sait compter.

      Cette personne illustre ce qui ne va pas bien en politique, dans les nominations et essaimages (spin-off) professionnels.

  • Solange Bolduc - Inscrite 9 novembre 2013 08 h 59

    Un autre vire-capot, Heurtel ?



    "C’est le débat sur la Charte des valeurs qui a été « le point de bascule », a-t-il dit.

    Je crois plutôt qu'Heurtel s'est plutôt laissé tenter par le pouvoir rêvé du grand timonier de la chicane, dont Heurtel deviendra le timon, comme une belle perche tendu au vire-capot !

    Qu'est-ce que Couillard a pu lui promettre pour l'appâter ?

    Un gros Porte(r)feuille ?

    • François Ricard - Inscrit 9 novembre 2013 09 h 40

      Qui l'avait nommé à la RIO? Le PLQ.

    • Gilles Théberge - Abonné 9 novembre 2013 09 h 46

      Moi c'est plutôt le jugement de Couillard qui m'inquiète.

  • Guy Desjardins - Inscrit 9 novembre 2013 09 h 15

    Aucun mérite.

    Quelque soit le candidat qui se présente dans Viau comme Libéral, il est assuré de remporter la vivtoire. Si M. Heurtel c'était présenté pour le parti Péquiste dans Viau il aurait été battu... avant de se présenter. Maintenant que c'est un Libéral, les gens de Viau ne voient que du feu en cet homme que le parti Libéral dénigrait il n'y a pas si longtemps. Misère, Il faudrait rappeller aux gens de Viau qu'il y a d'autre candidats d'allégeances qui existent au Québec et qui pourrait faire la "job". Ce n'est pas obligatoire de voter toujours rouge. Il me semble que tout est arrêté a cette couleur dans Viau quelque soit la personne qui s'y présente. Je pense qu'il y a matière aux chercheurs pour savoir le véritable pourquoi.

    • Odette Bernier - Abonnée 9 novembre 2013 15 h 04

      Rouge un jour, rouge toujours! Ne cherchez plus. Pas besoin de chercher de midi à quatorze heures!

    • Guy Desjardins - Inscrit 9 novembre 2013 16 h 40

      Mme Odette Bernier comment se fait'il qu'il n'ont jamais honte d'avoir le visage rouge comme cela. J'ai l'impression qu"ils font de la haute pression.