Québec annonce des mesures de quelques centaines de millions pour les pauvres

Les quelque 5000 organismes communautaires, qui disaient souffrir de sous-financement, recevront pour leur part 162 millions $ de plus en soutien de l'État sur trois ans.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Les quelque 5000 organismes communautaires, qui disaient souffrir de sous-financement, recevront pour leur part 162 millions $ de plus en soutien de l'État sur trois ans.

Québec — Dans l'espoir de redorer son blason auprès des groupes sociaux, le gouvernement Marois promet d'investir 318 millions $ pour améliorer le sort des plus pauvres.

Après la présentation de ses politiques économique et industrielle, le gouvernement a fait connaître en grande pompe, mercredi, le volet «solidarité» de son programme, un chapelet de mesures s'étalant sur une période de trois ans.

L'une des mesures phares du document de 30 pages est la bonification de 20 $ par mois de la prestation d'aide sociale des personnes seules sans contrainte à l'emploi à compter du 1er février 2014. Des augmentations additionnelles de 10 $ par mois seront appliquées à partir du 1er janvier 2015 et pour les deux années suivantes.

À terme, au 1er janvier 2017, la prestation pour cette catégorie d'assistés sociaux atteindra 654 $ par mois — 50 $ de plus qu'actuellement — ou 7848 $ par année. Avec cette hausse, le revenu disponible des personnes seules permettra de couvrir un peu plus de la moitié (52,5 %) des besoins de base. Le coût total de la mesure est évalué à 71,4 millions $.

La ministre de la Solidarité sociale, Agnès Maltais, espère de cette façon rétablir les ponts avec les organismes sociaux qui s'étaient élevés le printemps dernier contre les coupes de 19 millions $ à l'aide sociale.

Les quelque 5000 organismes communautaires, qui disaient souffrir de sous-financement, recevront pour leur part 162 millions $ de plus en soutien de l'État sur trois ans. Ces organismes oeuvrent dans les domaines de la santé, de l'éducation et du logement social.

Québec débloquera aussi 57 millions $ supplémentaires d'ici 2017 pour lutter contre le taux de chômage des immigrants et pour améliorer les efforts d'intégration. Le nouveau plan d'action en matière d'immigration comporte notamment une enveloppe de 13 millions $ pour accroître l'offre de cours de francisation.

Dans le but de faciliter l'insertion des nouveaux arrivants, des partenariats seront établis avec les régions et les employeurs.

Le gouvernement Marois prévoit également investir un peu plus de 3 millions $ par année jusqu'en 2017 pour la rénovation d'immeubles à vocation collective.
 
 
8 commentaires
  • Camil Bouchard - Abonné 30 octobre 2013 16 h 31

    Procès d'intention

    La Presse canadienne commence son article comme suit: "Dans l'espoir de redorer son blason auprès des groupes sociaux,,,". Ceci m'apparaît comme un jugement sur les intentions du gvt et est loin de ce que l'on demande à un journaliste: de rapporter les faits. Ici, le journaliste attribue une intention à l'action gouvernementale, ce qui n'est pas son rôle et ce qui risque de biaiser la lecture des faits.

  • Marcel Bernier - Inscrit 30 octobre 2013 16 h 38

    Nettement insuffisant...

    Et d'un ridicule achevé. Peut-être quelqu'un au gouvernement pourrait s'enquérir du principe de justice sociale comme équité et du principe de différence avant d'énoncer des politiques qui frisent le mépris d'une partie de la population québécoise.

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 30 octobre 2013 17 h 19

    Pourquoi

    Pourquoi avoir coupé 19 millions l'an passé et injecter maintenant 318 millions dans le secteur des pauvres?

  • Louka Paradis - Inscrit 30 octobre 2013 18 h 00

    Bonnes nouvelles

    On ne peut que se réjouir de ces annonces qui aideront les plus mal pris. La gestion serrée des dépenses a permis au gouvernement Marois de dégager ces sommes : c'est ce qu'il avait annoncé lors des restrictions temporaires, qui furent un passage pénible mais obligé. Je ne crois pas que ce soit pour «redorer son blason», comme l'insinue la première phrase de l'article, mais bel et bien parce que le Parti Québécois a toujours prôné des mesures sociales progressistes. De plus, n'oublions pas que notre Première Ministre a été formée avant tout en travail social ; c'est elle qui a instauré le programme des CPE grâce auquel des milliers de femmes ont pu aller sur le marché du travail. Mme Marois a aussi dirigé le premier CLSC ici même, à Gatineau. Elle n'a pas renié ses idéaux, même si, avec ses adjoints, elle doit gérer de manière responsable et tenir compte du contexte économique difficile. Oui, vraiment, de bien bonnes nouvelles...

    Louka Paradis, Gatineau

  • Pierre Lachance - Inscrit 30 octobre 2013 18 h 07

    Soupir encore et encore la même chose

    Ah! Bien le fun cette attrape vote!
    Ça va finir 299 millions à la gestion 8 en publicité et le reste il va avoir tellement de conditions contraintes que presque rien ne sera distribué efficacement. En premier qu'ils redonnent aux personnes dans le besoin ce qu’ils leur ont pris juste cela ça serait un bon commencement en deuxième Hydro-Québec avec ses profits NETS a milliards qu'ils nous laissent tranquille avec leur augmentation injustifiée, le programme pour les médicaments cet impôt déguisé qui fait qu' a chaque année on paie toujours plus une petite révision le frais de dentistes exorbitant voir exagérer, un petit ménage etc.etc.