François Legault veut faire de Montréal la «Barcelone de l’Amérique du Nord»

François Legault avait révélé son Projet Saint-Laurent lors du conseil général de la CAQ en mars.
Photo: François Pesant Le Devoir François Legault avait révélé son Projet Saint-Laurent lors du conseil général de la CAQ en mars.

Montréal a besoin d’un plan ambitieux, inspiré des plus grandes villes du monde, pour devenir la « Barcelone de l’Amérique du Nord », croit le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault.

 

Dans un livre qui paraît lundi, le chef de la CAQ propose de lancer un vaste chantier pour relancer la métropole du Québec. François Legault compte développer le Havre de Montréal, un « quartier de l’innovation » qui longerait le fleuve entre les ponts Champlain et Jacques-Cartier, au centre-ville. Il imagine des parcs, des pistes cyclables, des résidences et une série d’entreprises de haute technologie regroupées autour de l’École de technologie supérieure (ETS).

 

Cet « exemple de réussite » s’inspirerait non seulement de Barcelone, mais aussi de Chicago, Stockholm ou même Toronto, qui ont investi des milliards de dollars pour créer des quartiers innovateurs qui bordent des cours d’eau. Pour y arriver, le gouvernement du Québec doit jouer un rôle de premier plan pour stimuler l’investissement privé et faire des liens entre les chercheurs universitaires et les entreprises, fait valoir François Legault.

 

« Le Québec est pauvre. L’écart de richesse entre le Québec et le reste du Canada était de 18 % il y a 10 ans. Il est maintenant de 23 % », a dit M. Legault en entrevue avec Le Devoir à l’occasion de la parution de son autobiographie intitulée Cap sur un Québec gagnant - Le projet Saint-Laurent.

 

Son « obsession », c’est de créer de la richesse pour mieux financer les programmes sociaux, notamment en santé et en éducation. Pour y arriver, il suggère de revoir les crédits d’impôt aux entreprises, qui s’élèvent à 2 milliards par année. François Legault compte inciter les entreprises et les chercheurs universitaires à s’allier pour obtenir des crédits d’impôt qui « créent des emplois à valeur ajoutée, payés 20 $, 30 $ ou 40 $ l’heure ».

 

Un entrepreneur en politique

 

Le livre de 289 pages raconte le parcours de François Legault comme entrepreneur - il a fondé Air Transat à 30 ans -, son passage en politique avec le Parti québécois de Lucien Bouchard, en 1998, sa rupture avec le mouvement souverainiste, en 2009, et la fondation de la CAQ, en 2011. À moins d’un mois du déclenchement probable d’une campagne électorale, M. Legault ébauche aussi les grandes lignes du Projet Saint-Laurent, pièce maîtresse du programme électoral de la CAQ.

 

Ce vaste projet vise à développer une vingtaine de parcs de haute technologie, le long de la vallée du Saint-Laurent. François Legault s’engage aussi à exploiter « de façon responsable » le pétrole de l’île d’Anticosti, en alliant l’État à une grande pétrolière, comme l’a fait la Norvège.

 

Montréal locomotive

 

La grande région de Montréal - qui comprend les banlieues nord et sud de l’île, précise M. Legault - doit jouer un rôle central dans ce plan ambitieux. En plus de l’aménagement du Havre de Montréal, le chef de la CAQ évoque l’implantation d’un tramway, la décontamination des terrains industriels de l’est de Montréal et une amélioration importante de l’usine d’épuration des eaux, dans l’est de l’île.

 

« On ne peut pas avoir un plan économique sans avoir une métropole qui fonctionne bien. Le plus grand problème économique au Québec, c’est le fait que Montréal ne joue pas son rôle de locomotive », dit-il.

 

François Legault réclame aussi de toute urgence la réfection de la rue Notre-Dame en boulevard urbain, un des innombrables projets paralysés dans l’île.

 

« J’insiste pour faire du renouveau du Havre de Montréal une priorité nationale qui deviendra un exemple de réussite dont pourra s’inspirer le Québec tout entier. Nous avons besoin, collectivement, d’une réussite éclatante, d’un projet ambitieux qui s’inscrit dans le temps et qui continuera d’avoir des effets structurants importants dans les prochaines décennies », écrit François Legault.

À voir en vidéo