Commissions scolaires - Marois songe à abolir la taxation foncière

Pauline Marois
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Pauline Marois

Le gouvernement Marois envisage de retirer aux commissions scolaires leur pouvoir de taxation foncière, un système qu’il juge dysfonctionnel et source d’inégalités.

 

« On constate que le système actuel de taxation foncière est mal adapté à de l’aide [à] l’éducation », a déclaré Pauline Marois avant la période de questions à l’Assemblée nationale.

 

La première ministre a poursuivi sur sa lancée devant les parlementaires. « La taxe foncière pour financer l’éducation a atteint ses limites. Elle crée des iniquités inacceptables. Est-ce que ça veut dire que, parce qu’on vit dans une ville dont la richesse foncière est basse, on aura moins d’éducation pour nos enfants, alors que si on est dans une ville où la richesse foncière est élevée, on aura de meilleurs services ? Ça ne marche pas », croit Pauline Marois.

 

La première ministre estime que le gouvernement libéral, en créant un système de péréquation pour les commissions scolaires en 2006, a « mis un diachylon sur un problème sans essayer de régler la source du problème ».

 

Solution structurante

 

« Nous proposons une solution plus structurante », a fait valoir Pauline Marois. Le comité d’experts, dont la création a été annoncée mardi, doit revoir de fond en comble la gestion, le financement et la gouvernance des commissions scolaires. Son rapport est attendu d’ici six à huit mois, avant les prochaines élections scolaires de novembre 2014.

 

En deux ans, les commissions scolaires devront rembourser aux contribuables 100 millions en taxes foncières, comme l’a annoncé le gouvernement mardi. À cela s’ajoute l’élimination de ce qui reste de la péréquation, soit 100 millions à chacune des deux prochaines années, ce qui représente 40 % de leurs frais administratifs de 500 millions. Des mesures de transition seront prévues pour 2014-2015, a-t-on appris.

 

Les trois partis d’opposition ont uni leurs voix pour critiquer la coupe de 200 millions dans la péréquation de cette année, une compression que la plupart des commissions scolaires ont compensée par une hausse de leur taxe.

 

« Jean Charest déguisé en bleu »

 

Pour le chef de l’opposition officielle, Jean-Marc Fournier, le remboursement de 100 millions, décrié par les commissions scolaires, est « une grande manoeuvre pour cacher sa responsabilité » de la hausse de taxe. « Mme Marois est à la recherche d’ennemis pour faire des élections », a-t-il affirmé, une stratégie que le Parti libéral avait lui-même utilisée avec les étudiants lors de la dernière élection, selon ses détracteurs.

 

« C’est Jean Charest déguisé en bleu », a lancé François Legault, à l’Assemblée nationale. Pour Françoise David, de Québec solidaire, c’est une « pure séance d’hypocrisie » et une manoeuvre « électoraliste ». Le Parti québécois est en train de concéder des circonscriptions à QS pour en ravir d’autres à la CAQ - qui souhaite l’abolition des commissions scolaires - en banlieue de Montréal et en région, a-t-elle avancé.

7 commentaires
  • Carole Dionne - Inscrite 3 octobre 2013 01 h 07

    Bla bal bla

    Marois gagne du temps et fait miroiter à la population qu'avec la PQ... Conmme Jean Charest l,a déjà fait. On vote vert

  • Marco Fortin - Inscrit 3 octobre 2013 05 h 33

    Le PQ est trop prompt

    L'équipe de Mme Marois prend des décisions sans réfléchir... Pourquoi ont-ils sans cesse besoin de reculer sur à peu près tout ? La réponse réside dans le fait qu'ils sont probablement bien mal conseillés, que leurs décisions ne s'appuient que sur l'émotivité du moment... Par opportunisme politique, ce gouvernement récupère tout ce qui pourrait leur apporter quelques votes, le jugement est quasi absent de ce gouvernement.. Qui conseillent le Marois ? Inquiétant cette mauvaise gouvernance ! Le Québec vit les pires heures de son histoire avec tout ce qui est dit à la Commission Charbonneau et je déplore que le PQ en rajoute en créant des conflits inutiles et déchirants. Son horrible bilan économique est le résultat de la somme de ses mauvaises décisions.

  • alain maronani - Inscrit 3 octobre 2013 08 h 03

    Solutions structurantes...

    Le jargon technocratique de la PM fait plaisir a entendre. Les faits.

    La ministre Malavoy savait depuis plusieurs mois que les comptes de taxes foncières allaient augmenter, maintenant le PQ se pare de son costume d'outrage...

    Il s'agit de tenter de grapiller quelques votes a la CAQ, rien de plus...

    Le gouvernement demande aux commissions scolaires de faire ce qu'il est incapable de faire lui-même...

    Il ne se passe pas une journée sans que l'on annonce des subventions a tout ce qui bouge au Québec, Danone, Pratt & Withney la semaine prochaine, le secteur du jeux video, etc...

    En 3 mois le gouvernement a annoncé la bagatelle de 498 millions de $ de subventions en plus que pour la période équivalente de l'année dernière...

    Si le gouvernement veut faire des économies sur les frais de fonctionnement du secteur de l'éducation, qu'il commence par se départir de 10 % des fonctionnaires du ministère, pas des professeurs...

    Evidemment ceci ne fera pas plaisir a la CSN ou a la FTQ...

  • Chris G. Eustace - Abonné 3 octobre 2013 08 h 18

    Les Anglais ne sont pas spécial! - We are not special !

    3 octobre 2013



    Global Montreal Nouvelles - Octobre 2, 2013:


    "Le débat sur les commissions scolaires se réchauffe"

    Un extrait:





    "Marois menace d'abolir les commissions scolaires francophones et en anglais.

    Elle a créé un comité chargé d'examiner le financement et la gouvernance.

    «Nous nous sentons à l'aise avec un tel comité si en effet nous avions le droit de nommer un représentant", a réagi D'Aoust. (Président du Québec English School Boards Association Association)

    Non! Les Anglais ne sont pas spécial!

    Si vous accordez des commissions scolaires anglophones leur souhaiter, s'il vous plaît donner la mienne



    Invitez-moi, ainsi, sans aucun coût pour le contribuable .... pas un sou

    Merci



    Chris Eustace


    http://www.ledevoir.com/societe/education/388992/c

  • Grace Di Lullo - Inscrit 3 octobre 2013 08 h 48

    Cette femme fera des réformes majeures.