Financement illégal à l’ADQ : Gérard Deltell «choqué», mais pas surpris

L’ancien chef de l'ADQ, Gérard Deltell
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir L’ancien chef de l'ADQ, Gérard Deltell

L’ancien chef de la défunte Action démocratique du Québec (ADQ), Gérard Deltell, s’est dit « choqué » mardi, mais nullement surpris des révélations de Lino Zambito sur les pratiques de financement illégal à l’ADQ.

 

Selon le député de Chauveau, M. Zambito a essentiellement répété ce qu’il avait déjà relaté devant la commission Charbonneau il y a près d’un an au sujet du stratagème de financement par des prête-noms visant tous les partis.

 

En ce sens, il a avoué ne pas avoir été surpris d’entendre l’ancien entrepreneur éclabousser son ex-formation politique. « Je ne suis pas nécessairement tombé des nues, mais ce n’est pas parce que je ne suis pas tombé des nues que je n’étais pas choqué [des révélations]. C’est le genre de choses que nous ne pouvons accepter, et si par malheur c’est survenu, eh bien, nous assumons nos responsabilités », a-t-il déclaré.

 

Même si la sonnette d’alarme avait été sonnée par M. Zambito, la Coalition avenir Québec (CAQ), qui a succédé à l’ADQ, n’a pas cru bon entreprendre une enquête interne sur les pratiques de financement de l’ex-parti, a reconnu M. Deltell.

 

En point de presse, le député Deltell a mis au défi tous les partis politiques de s’engager aux côtés de la CAQ à rembourser les sommes acquises de façon inappropriée depuis les 15 dernières années, soit la période couverte par l’enquête de la commission Charbonneau. Une motion en ce sens sera débattue mercredi à l’Assemblée nationale. La motion proposera du même souffle d’étendre les pouvoirs du DGE pour l’affranchir du délai de prescription de cinq ans.

 

Ex-propriétaire d’Infrabec, M. Zambito a affirmé, dans un reportage télédiffusé lundi à Radio-Canada, avoir amassé illégalement de l’argent pour l’ADQ. M. Zambito a déclaré avoir été contacté en 2008 par Leo Housakos - à l’époque l’un des responsables du financement de l’ADQ et nommé au Sénat en 2008 - pour recueillir annuellement de 30 000 $ pour la formation de Mario Dumont.