Lettre de Pierre Marsan: le DGE étudiera le dossier

Le député de Robert-Baldwin, Pierre Marsan
Photo: Source: Élections Québec Le député de Robert-Baldwin, Pierre Marsan

Québec — Le directeur général des élections du Québec DGE effectuera des vérifications concernant la lettre du député libéral Pierre Marsan, tel que réclamé par plusieurs ministres péquistes depuis que son contenu a été rendu public lundi.

«Le directeur général des élections du Québec, M. Jacques Drouin, informe la population que des vérifications sont entreprises par le DGE à la suite des informations concernant une lettre de sollicitation que le député Pierre Marsan, du Parti libéral du Québec, a acheminée à l’Association sépharade de la banlieue ouest de Montréal», écrit le DGE dans un communiqué de presse diffusé mardi.

«M. Marsan, ainsi que M. Aimé Bensoussan, président de la campagne de financement et cosignataire de la lettre, seront interpellés par le DGE, ainsi que toutes les personnes qu’il sera pertinent de rencontrer.»

Le DGE soutient que son objectif est de «vérifier que toutes les règles de la Loi électorale concernant la sollicitation et le versement de contributions ont été respectées dans la démarche entreprise par messieurs Marsan et Bensoussan».

Dans cette lettre, distribuée dans une synagogue de Montréal, le député de Robert-Baldwin, Pierre Marsan, demandait aux membres de l'Association de contribuer à la campagne de financement du Parti libéral. Il rappelait d'entrée de jeu que «quand le Parti libéral du Québec était au pouvoir dans le gouvernement, votre association a pu profiter de généreuses contributions et du permis de la garderie».

Ce dernier a tenté de s'expliquer dans les médias, affirmant sur toutes les tribunes que ce n'était pas un retour d'ascenseur, mais bien une façon de faire reconnaître ses réalisations dans son comté. À l'ouverture de la session parlementaire au Salon bleu, mardi, Pierre Marsan a par ailleurs présenté ses «excuses aux membres de cette Assemblée et à tous ceux qui auraient pu être offensés par ce geste maladroit», sous les applaudissements nourris de ses pairs du Parti libéral.

Plus tôt dans la journée, son chef Phillippe Couillard avait condamné son geste, disant que les propos tenus dans cette lettre étaient «inacceptables et inappropriés».
 
10 commentaires
  • Réjean Grenier - Inscrit 17 septembre 2013 16 h 15

    Et les chevaux sont en mouvement!

    Même si la perquisition s'est faite en catimini il n'en reste pas moins
    que c'est un départ dans les enquêtes sur le parti libéral du Québec.

    Depuis le temps que les québécois attendent,enfin nous saurons
    le fond des choses en ce qui concerne ce parti soupçonné de
    malversations depuis une bonne dizaine d'années.

    Réjean Grenier

  • Nicolas Bouchard - Abonné 17 septembre 2013 16 h 36

    Bon....

    « sous les applaudissements nourris de ses pairs du Parti libéral. »

    « La retenue, une petite gêne, connait pas » - PLQ

    • Josée Lefebvre - Inscrite 17 septembre 2013 22 h 20

      Avouez que ces "applaudisements nourris" sont quand même un peu cheaps de la part des pairs du PLQ, qui avaient offert rien de moins qu'un standing ovation à Tomassi!

      Autre temps, mêmes moeurs.

  • Marcel Bernier - Inscrit 17 septembre 2013 16 h 46

    Quelle horreur!

    Désolé, monsieur! Le vote de nos concitoyens et concitoyennes de religion juive ne vous est pas acquis. Comme tous les Québécois et les Québécoises, ils et elles votent pour des mandataires qui respectent la moralité publique (la corruption n'étant pas encore leur tasse de thé) et l'intérêt du bien commun (leurs besoins n'étant pas différents de l'ensemble de la race humaine).

  • Josette Allard - Inscrite 17 septembre 2013 16 h 57

    Applaudi par ses pairs

    Ses pairs du PLQ sont tellement habitués à ce genre de magouille qu'il ne leur est même pas venu à l'esprit de se réserver une peite gêne en ne l'applaudissant pas.

    • Éric Alvarez - Inscrit 17 septembre 2013 18 h 29

      Même observation!

  • Gaston Langlais - Inscrit 17 septembre 2013 19 h 16

    Pas nécessaire...

    Bonsoir,

    Un autre exemple qui nous confirme qu'il n'est pas obligatoirement nécessaire d'avoir du jugement pour être élu député(e).

    Gaston Langlais - Gaspé.