Charte des valeurs québécoises - Le Québec pourrait en payer le prix, dit Couillard

« Ce genre de pensées, ce genre de raisonnements, malheureusement, est négatif pour le Québec », estime Philippe Couillard.
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir « Ce genre de pensées, ce genre de raisonnements, malheureusement, est négatif pour le Québec », estime Philippe Couillard.

Québec — Le chef libéral Philippe Couillard craint que le projet du gouvernement Marois d’interdire le port des signes religieux dans le secteur public ne nuise à l’image du Québec à l’étranger.

 

« Les sociétés, surtout en Amérique du Nord, qui sont capables de gérer la diversité de façon positive et inclusive réussissent bien sur le plan économique, attirent les investissements et les immigrants de qualité. Les sociétés qui ne peuvent faire ce geste d’ouverture et d’inclusion vont en souffrir économiquement », a-t-il déclaré jeudi.

 

Expérience personnelle

 

Philippe Couillard a cité l’exemple d’une publicité d’un hôpital ontarien, qui sera publiée lundi dans le journal étudiant de l’Université McGill. L’annonce montre une professionnelle de la santé coiffée d’un hidjab avec le message suivant : « We don’t care what’s on your head, we care what’s in it. » (On ne se soucie pas de ce qui est sur votre tête, mais de ce qui est dans votre tête.)

 

« Ce genre de pensées, ce genre de raisonnements, malheureusement, est négatif pour le Québec », estime le chef libéral.

 

Son expérience personnelle en Arabie saoudite lui a fait prendre conscience « à quel point les libertés individuelles sont précieuses, à quel point il ne faut pas permettre qu’elles soient érodées, même un peu ». Philippe Couillard a pratiqué la médecine en Arabie saoudite dans les années 90 puis, après avoir quitté son poste de ministre, il a été conseiller du prince Abdullah bin Abdulaziz Al-Rabeeah, ministre de la Santé du royaume.

 

« J’ai connu, moi, c’est quoi, un régime autoritaire. J’ai connu, moi, c’est quoi, un régime qui exclut », a-t-il dit. « Je sais c’est quoi, être l’étranger qui n’a pas la religion de la majorité. Je sais c’est quoi, être celui qui n’a pas la même couleur de peau que les autres. Je sais c’est quoi, être celui qui se fait arracher ses lumières de Noël devant chez eux. C’est arrivé chez nous quand j’étais là-bas. »

 

Les femmes voilées, « c’est quelque chose d’universel », a souligné le chef libéral, rappelant ses séjours à l’étranger. « Le voile facial, c’est là qu’on fait la limite. » Mais pour ce qui est du hidjab, « on voit qu’il y a plusieurs ordres de raison pour lesquels ces femmes-là portent le voile. Ça peut être par identité, par conviction religieuse profonde, auxquels cas, ce sont des choix franchement sur lesquels l’État n’a pas à se prononcer ». Il ne nie pas que la « pression sociale » puisse conduire une femme à porter le voile. « Justement, dans ces cas-là, est-ce qu’on va les aider en les excluant du milieu de travail ? La réponse est dans la question. »

 

Drainville rejette l’offre du PLQ

 

Par ailleurs, le ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, Bernard Drainville, a rejeté l’offre du chef libéral de scinder le futur projet de loi instaurant la Charte des valeurs québécoises pour retrancher la prohibition des signes religieux. « La proposition que nous faisons, c’est un tout, c’est un ensemble », a-t-il affirmé au Devoir. Le ministre a indiqué que le site Web mis sur pied pour recueillir l’opinion de la population avait reçu 50 000 visites uniques en deux jours.

 

« Les Québécois s’en occupent, se prononcent, nous donnent leur avis sur l’ensemble. On ne va pas court-circuiter ce débat démocratique en tronquant un de ses aspects importants », a fait valoir Bernard Drainville. « Je ne comprends pas l’attitude de M. Couillard. Pourquoi craint-il le débat ? »

68 commentaires
  • Josette Allard - Inscrite 13 septembre 2013 00 h 19

    Parler pour ne rien dire

    "Les femmes voilées c'est universel" dit -il. Il oublie ce bon docteur, que la montée de l'intégrisme, au cours des trente dernières années a entraîné l'imposition du port du voile. Beaucoup de femmes dans les pays du Maghreb ne portaient pas le voile dans les grandes villes des pays de cette région du monde. Le voile était surtout porté à la campagne, non pas par exigence religieuse mais comme un attribut lié à la culture.

    Avec la montée de l'intégrisme religieux est venu le contrôle du corps de la femme à qui l'on a intimé l'ordre de couvrir ce corps jugé impudique par ces fous de Dieu.

    • André Hamel - Abonné 13 septembre 2013 11 h 32

      Votre intervention va tout à fait dans le sens de ce qu'on dit ces deux femmes musulmanes entendues hier au Téléjournal de Radio-Canada. Deux femmes qui sont venus ici parce que c'était devenu intolérable dans leurs pays pour des femmes comme elles. Elles ont souligné une chose qu'on entend pas souvent, que le port du voile est revenu en force dans les pays musulmans à la faveur de la prise du pouvoir par Khomeiny en Iran, que ce mouvement a été financé par les pétro-dollars du Golfe dans le but réprimer l'émancipation des femmes.

      Je sais pas si Françoise David a vu ce reportage. J'ai beaucoup d'admiration pour cette femme, mais là je trouve qu'elle est complètement dans le champ. Fallait l'entendre parler contre le projet de charte en dénonçant le fait que le projet de charte s'attaquait directement aux femmes !!! Faut le faire.

      Madame David à l'instar de la plupart de nos élites, tant à gauche qu'à droite, souverainistes que fédéralistes, est présentement complètement englués dans une rectitude politique bête à pleurer. Plusieurs parmi ces bien-pensants ne se rendent même pas compte que c'est là l'effet de l'imposition de la politique du multiculturalisme du gouvernement Trudeau et de ses successeurs. Politique qui avait et a encore comme but de banaliser le fait français au Canada en le reléguant à un statut d'ethnie semblable aux autres.

      Le regretté Pierre Bourgault disais de nous, les québécois, que nous étions tolérants jusqu'à la bêtise. Cela n'a jamais été aussi vrai.

      André Hamel

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 13 septembre 2013 12 h 08

      C'est aussi mon expérience. Il y a 40 ans j'ai passé un mois en Égypte et un mois en Turquie. On y voyait très peu de voiles, les photos que j’ai prises en font foi. Étant retourné dans ces deux pays il y a cinq ans, j’ai été frappé par la prolifération des voiles et même des burkas. Il me semble qu’il y a là une question beaucoup plus politique que religieuse, sous la poussée d’islamistes qui veulent prendre le pouvoir et instaurer la charia dans ces pays.

    • Carole Dionne - Inscrite 13 septembre 2013 13 h 42

      En passant, suis-je la seule...


      Si c'est un droit que d'afficher sa croyance sur son travail, surtout ceux qui donnent un service aux citoyens. Moi qui reçoit ce même service, ai-je le droit de la recevoir sans me faire mettre dans la face la croyance religieuse de la personne en face de moi? Qui plus est, je paie pour un service. L'autre est payé pour donner ce service

    • Olivier Mauder - Inscrit 13 septembre 2013 20 h 42

      @ andré Hamel.

      Je suis mal à l'aise avec la position de françoise David mais il ne me semble pas voir entendu Amir Khadir sur le sujet.

    • Olivier Mauder - Inscrit 13 septembre 2013 20 h 42

      @ andré Hamel.

      Je suis mal à l'aise avec la position de françoise David mais il ne me semble pas voir entendu Amir Khadir sur le sujet.

    • Louka Paradis - Inscrit 14 septembre 2013 19 h 09

      Je résumerais l'intervention de M. Couillard ainsi : une forêt de mots et un désert d'idées.

      Louka Paradis, Gatineau

  • Patrick Lépine - Inscrit 13 septembre 2013 00 h 28

    We do care what's in it...

    Nous nous soucions de ce qu'il y a dedans nous. Ici ça nous intéresse...

    Il nous intéresse aussi de connaître les buts que vous visez dans la vie, est-ce que vous ne vous souciez que de monnaie, ou si la qualité de vie et l'estime sont importants aussi?

    Nous voulons le savoir!

    Est-ce que Philippe Couillard est un québécois, ou si c'est un médecin itinérant apatride qui se laisse aracher ses lumières de Noël?

    Ça aussi nous désirons le savoir.

    Qu'est-ce que le PLQ compte faire après avoir ouvert tout grand les vannes de l'immigration? On laisse s'installer les ghettos? Ou si on intègre les immigrants? Intégrer ne signifie pas "infiltrer" comme dans la fonction publique où les fonctionnaires travaillent pour la reine d'Angleterre entre autre.

    • Marc Collin - Inscrit 13 septembre 2013 08 h 24

      ça il s'en soucie surement pas, l'important étant de se faire élire

  • Marcel Bernier - Inscrit 13 septembre 2013 00 h 41

    Charte des valeurs libérales...

    Vous avez aussi connu c'est quoi un régime corrompu, ici même, au Québec. Je pourrais écrire jusqu'à demain matin, dans le détail, toutes les exactions, toutes les malversations dont les membres du Parti libéral du Québec, à l'encontre même de l'héritage de René Lévesque, se sont rendus coupables, et ce, pendant les dix dernières années.
    Nous ne souffrons pas d'amnésie collective. La commission Charbonneau nous a déjà donné une bonne idée de votre modus operandi. Et ce n'est pas fini : le meilleur est à venir.
    Quoi qu'il en soit, vous avez le bonjour de monsieur Porter.

    • Marc Collin - Inscrit 13 septembre 2013 08 h 24

      pourquoi ne pas partir un blog sur le sujet, je crois que ça pourrait être fort intéressant et instructif

    • Claude Champagne - Inscrit 13 septembre 2013 09 h 49

      On peut leur coller des slogans tels que "je me corrompe" et aussi "je me tablette" au lieu de "je me souviens". Sérieusement ce parti qui est lié sérieusement au financement illégal, aux mafias etc. etc.etc., parlons même pas qu'ils sont champions de l'économie, 40 milliards (caisses de dépôt) volatilisés sans que personne ne soit tenu responsable, plan nord mort propagande etc. Ce Parti libéral et leur chef (qu'on suspect avec son ami Porter) devraient être banni pour cause de suspicion et le peuple québécois doit les poursuives en justice pour brie de confiance, c'est tout ce que j'ai à dire pour l'instant.

    • F. Georges Gilbert - Inscrit 13 septembre 2013 15 h 10

      'Le Québec en payera le prix' Pour le moment nous payons péniblement, celui d'une gouvernance libérale corrompue,nous en subissons les conséquences désastreuses et pour lontemps encore.
      Les supposés champions de la finances,ont grevé-hypotéqué les finances étatiques pour des decennies à venir.Un blog sur ce sujet serait d'utilité sociale pour rafraîchir les mémoires oublieuses.Je me souviens d'une autre mise en garde,celle(Du directeur du SCRS. Richard Fadden qui s'inquiètait de ''l'attachement'' que des politiciens et fonctionnaires avaient développé envers des puissances étrangères.R/CBC/23 juin/2010.)M.Couillard conseiller respecté de l'Arabie Saoudite,
      ne s'indignait guère à l'époque,contre le sort des femmes et
      autres aberrations religieuses saoudiennes.Le respect politique et la confiance ça se mérite.Comme Porteur en chef, des valeurs
      libérales,votre crédibilité est sérieusement amochée.


      le sort

  • Marc Collin - Inscrit 13 septembre 2013 03 h 18

    statistique

    est-ce que couillard a pris connaissance des statistiques?

    les stats montrent qu'il y a moins d'immigrant du maghreb qui viennent.

    or rien ne les obligent à porter le voilent dans leurs pays.
    ce n'est qu'une très très faible minorité des immigrants qui le font ici.

    les jupes courtes, chandail troué et cie sont souvent bannie pourquoi certain vêtements, accessoires seraient toléré selon des convictions religieuse?

  • Pierre Labelle - Inscrit 13 septembre 2013 05 h 43

    J'ai connu, moi, ....

    Oui M. Couillard vous avez sans doute connu beaucoup de situations, mais aussi beaucoup de gens, certain même peu recommandable. Cela étant, ce que vous nommez "charte des chicanes", est simplement un ensemble de propositions à des fins de discussions. Ces dernières devraient se dérouler de façon civilisé, cela ne semble pas parti dans ce sens et c'est triste. D'autant plus triste que ce sont des discourts comme le votre, qui incite les simples citoyens à prendre des positions extrèmes. Un leader ne doit-il pas montré l'exemple? Vous portez des accusations totalement gratuite, le projet de loi n'est pas rédigé, les discussions entre les partis politiques ne sont même pas encore amorcer, rien n'a encore été jugé et déjà vous condamner; seriez-vous juge et partie.... Que diriez-vous si on vous réserverait le même traitement sur vos relations passé, au temps de la collusion et de la corruption, ce ne serait pas jouer fair play n'est-ce pas...., ce que l'on n'aime pas se faire faire, on ne doit pas le faire aux autres. Votre rôle comme chef d'un parti politique qui siège à l'assemblé national n'est pas de semer la zizanie, il doit-être plutôt d'enrichir les échanges afin d'en faire profiter l'ensemble de la société.