La Charte vise moins de 2 % des fonctionnaires

Le gouvernement a lancé une campagne publicitaire afin d’informer la population sur les tenants et aboutissants du projet de Charte des valeurs québécoises.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le gouvernement a lancé une campagne publicitaire afin d’informer la population sur les tenants et aboutissants du projet de Charte des valeurs québécoises.

Québec — La Charte des valeurs québécoises aura l’effet d’un « obstacle supplémentaire » pour les communautés culturelles qui souhaitent avoir accès à la fonction publique, estime l’ancien président du Conseil des relations interculturelles, Arlindo Vieira.

« Ça va créer plusieurs obstacles, certaines pourraient se décourager de faire une demande pour entrer dans la fonction publique québécoise », convient Arlindo Vieira, qui a rédigé, à titre de président du Conseil des relations interculturelles, un rapport qui analysait les causes de la sous-représentation des communautés culturelles dans la fonction publique. Ce document, présenté en 2001 au ministre de l’Immigration de l’époque Joseph Facal, soutenait que « l’existence préalable d’obstacles systémiques joue un rôle dissuasif important ».

Le Conseil des relations interculturelles ajoutait que « la force d’attraction que devrait avoir la fonction publique dépend avant tout de la capacité de faire fondre ce mur de glace, une responsabilité qui incombe à l’État lui-même, pour qu’il puisse refléter le plus rapidement possible l’image de la population du Québec d’aujourd’hui ».

À peine 2 % de la fonction publique

Plus de dix ans plus tard, Arlindo Vieira constate que la représentation des minorités visibles au sein de la fonction publique n’a pas beaucoup évolué, oscillant toujours autour de 2 %. Si l’on considère que la fonction publique québécoise compte aujourd’hui un peu plus de 68 000 employés, c’est donc autour de 1360 personnes considérées comme des minorités visibles qui œuvrent au sein de la fonction publique. Et bien qu’aucune étude ne fasse état du nombre précis de ces employés de l’État qui portent des signes religieux, M. Vieira estime que c’est une minorité.

C’est pourquoi, bien qu’il répète que la Charte constituera un « obstacle supplémentaire », il ne s’inquiète pas outre mesure. « Je ne pense pas que, globalement, ça va faire une grande différence, parce que c’est une minorité de gens qui, pour des raisons personnelles, vont s’abstenir ; la plupart des gens qui ont des convictions religieuses ne sont pas des fondamentalistes. C’est très marginal en ce qui a trait au nombre absolu. »

L’ancien chef de cabinet du ministère des Communautés culturelles et de l’Immigration sous René-Lévesque reproche justement au gouvernement Marois de ne pas avoir mené d’étude à cet égard avant de lancer son projet de charte. « On a pris des moyens très importants sans avoir vraiment analysé le nombre de personnes qui seraient potentiellement affectées par ça. »

Canada protecteur

Si Arlindo Vieira dit apprécier « l’effort louable » du gouvernement qui vient clarifier les règles du jeu, il trouve que « ça va trop loin », se positionnant davantage dans la ligne de pensée du rapport Bouchard-Taylor.

Comme présentée, la Charte envoie un message d’exclusion aux communautés culturelles qui vont nécessairement se replier vers le Canada, estime-t-il. « Sur le plan stratégique, ce n’est pas très habile. Pour un gouvernement souverainiste, je ne vois pas en quoi ça pourrait faire avancer leur cause, puisque ça va probablement faire en sorte que plusieurs vont plutôt voir le Canada comme un rempart, une protection, plutôt que la société inclusive et ouverte que l’on souhaite pour le Québec. Plusieurs verront ça en se disant : une chance qu’on a le Canada pour nous protéger. »

Bien sûr, précise Arlindo Vieira, ce n’est qu’une question de perception. Mais parfois, ajoute-t-il, la perception dépasse la réalité. « On demeure une société ouverte, il n’y a pas de menace comme telle aux droits fondamentaux, mais la conclusion que plusieurs ont, n’ayant pas accès à d’autres informations que celles qu’ils lisent, est celle des médias anglophones qui présentent les défenseurs de la Charte comme étant des extrémistes qui veulent exclure toutes les minorités et la diversité, et cela, c’est déplorable. »
 

***

Feu vert du syndicat des fonctionnaires

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) a donné mercredi son plein appui au projet de Charte des valeurs québécoises présenté par le gouvernement Marois.

Depuis six ans, le SFPQ, qui représente 42 000 employés de l’État, a procédé à de vastes consultations qui ont abouti à une position prônant la laïcité de l’État et l’interdiction du port de tout signe religieux ostentatoire par les employés de la fonction publique. Aucun des membres du syndicat, dont certains portent au travail des signes religieux comme le hidjab, ne s’est opposé à cette prise de position, a indiqué la présidente générale du SFPQ, Lucie Martineau.

Les employés de l’État sont déjà soumis à un devoir de réserve quant à leurs opinions politiques, dont l’expression est pourtant protégée par les Chartes des droits ; il devrait en être de même pour les croyances religieuses, a avancé la chef syndicale.

Selon Lucie Martineau, la prohibition des signes religieux n’entraînerait aucun congédiement, comme ce fut le cas pour le devoir de réserve en matière politique. L’interdiction devrait aussi s’étendre au crucifix à l’Assemblée nationale. « Si on veut être cohérent, on enlève tout, et si j’étais d’une autre religion, je l’exigerais », a-t-elle affirmé.

93 commentaires
  • Carole Dionne - Inscrite 12 septembre 2013 00 h 07

    Cohérence

    Comme d'habitude, face au changement, on déchire notre chemise sur le dos. " Mieux vaut ne pas travailler que d'enlever..." "Des milliers de fonctionnaires vont quitter leur emploi, même, vont quitter le Québec"

    1- Je suis assez vieille pour me rappeler des propos de Robert Bourassa lors des élections de 1973 devant la monté du PQ: « Les camions de la Brink sont prêts à partir pour l'Ontario" En 1976, aucun camion de la Brink ne s'en alla en Ontario. Il y a bien eue quelques anglo-saxons qui sont partis sur un coup de tête. Mon frère ,qui est géologue à Toronto, m'a déjà dit, que ces mêmes anglo-saxons auraient dit qu'ils le regrettaient.

    Et quand on a voulu bannir la fumée du tabac dans les bars et les restaurants, les propriétaires se sont amenés sur la place publique en brandissant la faillite et des pertes d'emplois importants. Rien de cela n'arriva. Et en parle-t-on aujourd’hui de cette interdiction?

    On crie souvent au loup pour rien.

    • Robert Libersan - Abonné 12 septembre 2013 07 h 47

      Je suis tout à fait d'accord avec vous madame. ¨Ca fait «conscientisé(e) et chic» de déchirer sa chemise sur la place publique.

      Je me dis que la religion doit demeurer une affaire privée ou au temple, y incluant les élus. Et si on a sorti le crucifix dans l'école, qu'on le sorte aussi à l'Assemblée nationale.

    • Yves Perron - Inscrit 12 septembre 2013 08 h 34

      Ce que je retiens de cet édito.: ''Bien sûr, précise Arlindo Vieira, ce n’est qu’une question de perception. Mais parfois, ajoute-t-il, la perception dépasse la réalité. « On demeure une société ouverte, il n’y a pas de menace comme telle aux droits fondamentaux, mais la conclusion que plusieurs ont, n’ayant pas accès à d’autres informations que celles qu’ils lisent, est celle des médias anglophones qui présentent les défenseurs de la Charte comme étant des extrémistes qui veulent exclure toutes les minorités et la diversité, et cela, c’est déplorable. »...On ne va pas encore s'écraser pour faire changer (la perception du Canada Anglais)...Ça fait 200 ans qu'on le fait et chaque fois il nous faut se pencher plus bas et nous laisser piétiner...sans résultats.

    • Serge Vallières - Inscrit 12 septembre 2013 09 h 10

      Vous ne semblez pas savoir que tous les sièges sociaux des banques sont depuis rendus à Toronto. Il ne reste que des coquilles vides à Montreal, même la ville ressemble à une coquille vide et usée.

    • Alexis Lamy-Théberge - Abonné 12 septembre 2013 11 h 03

      J'ai de la difficulté à comprendre ce qui est si obscure pour certains Québécois. Bien sûr, ils ont les Méchants Anglos en travers de la gorge depuis la Genèse, ensuite une référence à Bourassa, Trudeau, au ROC, leur permet de bien montrer à quel point ils méprisent leurs opposants, fils du Démon.

      Nous parlons de mépris affiché envers les immigrants ici, pas du pauvre peuple québécois opprimé. Nous sommes les privilégiés du système, et cette Charte ne fait qu'avaliser la situation, tout en justifiant le mépris que de nombreux Québécois ont envers la différence. Je m'explique : lorsque la Première Ministre affirme sans broncher que le voile est sans exception synonyme d'oppression de la Femme, ce jugement implique que les femmes le portant sont barbares, opposées à nos valeurs, et doivent être sauvées. Ce n'est assurément pas le cas, n'en déplaise à Mme. Benhabib.

      Lorsque M. Drainville nous dit que cette Charte empêchera les accomodements déraisonnables comme de teinter les vitres d'un YMCA ou de retirer le sapin de Noël, on ne peut que remarquer que ces deux cas ne rentrent déjà pas dans le cadre des accomodements raisonnables et qu'ils ne peuvent donc en être exclus.

      Ce mélange de désinformation, de populisme et de mépris, loin d'être un signe de vitalité et d'émancipation pour le bon peuple Québécois, est en fait une attaque aux principes démocratiques et une diversion. En outre, la Charte n'aidera pas l'intégration des immigrants, donc contribuera à des tensions sociales plus vives.

      Notre oppression est économico-culturelle, pas religieuse. Mais c'est plus facile et plus consensuel de viser les femmes voilées que les capitalistes ou les pollueurs. Le gouvernement Harper est une menace à nos valeurs, comme tout ce qui entretient les inégalités sociales et les dérives environnementales. Sommes-nous si impuissants que nous n'osions plus y réagir?

    • Normand Carrier - Abonné 12 septembre 2013 11 h 20

      Quant le seul argument est la peur , on en est rendu sans argument ... Monsieur Viera devait savoir que les Québécois ont déja joué dans ce film .....
      Quant au 2% ce qui lui semble une peanut , c'est beaucoup de hijabs dans la fonction publique et aller demander aux Francais , Anglais et Allemand a quelle croissance exponentielle , ils ont du faire face lorsqu'ils ont entrouvert la porte aux accomodements .....Je ne parle pas du retour en arrière de 60 ans en Tunisie et en Égypte concernant le retour du hijab alors qu'il y en avait très peu il y a dix ans ...

    • Jean-Guy Mailhot - Inscrit 12 septembre 2013 11 h 46

      Vous avez tellement raison Mme Dionne. Que d'énervement pour si peu. Il y a des imams ( entre autres ) qui doivent rire dans leur barbe à voir des citoyens occidentaux prônant la laïcité de l'état, s'entredéchirer pour une petite affaire de signes religieux comme le voile islamique dans la fonction publique. On veut un état laïque au Québec, car heille nous ne sommes pas des intégristes nous. Mais on veut notre état laïque en théorie, pas dans le réel, ne pas l'appliquer dans la petite vie du 9 à 5 heu des employés de l'état.

      Hoonnnn, j'ai nommé une religion en particulier, ça y est je suis xénophobe, raciste. Faut pas nommer les choses bon!

    • Nicole Bernier - Inscrite 12 septembre 2013 12 h 36

      M. Carrier, c'est vous qui jouez constamment sur la peur... votre argument est du pure raciste... de la discrimination dangereuse, puisque le 2% prend en considération la diversité des systèmes de croyances auxquelles les communautés culturelles du Québec sont originaires ou ont choisi d'adhérer par mariage ou par choix individuels (des systèmes de croyances qui ont des racines partout dans le monde)... J'imagine que ce 2% prend aussi en considération les autochtones qui se sont fait voler leur terres par les immigrants européens du 16e et 17e et les anglo-saxons qui ont reconquis les conquêtes françaises

      Je suis une pure descendante des Filles du Roi des deux lignées de ma famille et je sais ce que mes ancêtres ont fait aux autochtones et je refuse d'adhérer àa cette charte basée sur l'exclusion et le raciste

      En plus, quand vous parlez des pays européens, on voit bien que vous êtes un ignorant des prix que ces empires coloniaux européens ont dû payer pour entretenir leurs liens avec leurs colonies; vous êtes aussi un ignorant de leur structure d'accueil des immigrants et des réfugiés (incluant les arrivés clandestins, ce que le Québec ne connait pas vraiment), donc la comparaison ne tient pas la route et il ne reste que votre discours de peur contre les musulmans. La propagande occidentale marche vraiment bien, les tambours de guerres sont toujours précédés de discours nationalistes d'intolérance pour préparer les camps de prisonniers de nos concitoyens qui ressemblent trop aux étrangers à qui ont a fait la guerre..

      Pire, vous ne voyez même pas qu'actuellement, l'Allemagne vient d'accepter plein de réfugiés syriens (donc plein de familles musulmanes dont des femmes voilées) qui ont plein d'argent parce que leur priorité c'est de s'assurer que l'Allemagne ne connaîtra pas la crise économique des autres pays européens. Ce que nous faisons tout le temps en exigeant que nos immigrants aient plein d'argent.

    • Dominic Lamontagne - Inscrit 12 septembre 2013 13 h 07

      Alors, pourquoi perdre autant de temps sur ce sujet si seulement 2%... Ce gouvernement n'a pas d'autre priorité ???

    • Denver Lindsay - Inscrit 12 septembre 2013 13 h 10

      @Serge Vallières : Voyons ! Sortez du Québec pour sortir de Montréal ! Les piliers de l'occident ressemble tous, ou du moins, de plus en plus, à des coquilles vides et usées, et les villes occidentales qui n'emboitent pas le pas de cet hiver qui approche (comme Québec) ont toujours été, à l'origine, un peu coupée de la réalité (si vous voulez mon avis).

      Dans notre tort inconnu, la fin est un mystère que l'on dramatise toujours avant de la répéter. Il faudrait veiller à ne pas dramatiser trop avec Montréal dont le cas reste, dans le monde, vraiment très bien.

    • Gilles Théberge - Abonné 12 septembre 2013 16 h 31

      Vous dites madame Bernier «je sais ce que mes ancêtres ont fait aux autochtones »...

      Je suis plutôt d'avis que le rapport de nos ancêtre français aux autochtones n'a rien à voir avec le système d'apartheid instauré par le conquérant lorsqu'il a créé ici les réserves, comme ailleurs les banthoustans.

      Les mariages entre français et amérindiennes étaient monnaie courante. Je suis moi-même descendant par ma trisaïeule paternelle, du premier mariage mixte entre une Huronne et un blanc à Québec au XVII ième siècle.

      Champlain vouait un profond respect pour les amérindiens. Il les estimait, les trouvait intelligents et industrieux. Il faut lire «Le Rêve de Champlainx de l'historien américain David Hackett Fischer pour voir que c'est l'exact opposé de votre assertion: http://www.editionsboreal.qc.ca/catalogue/livres/r

      Plus tard un peuple métis est issu de ce mélange. Ça a fini au Manitoba, à Batoche, et à la pendaison de Riel comme vous le savez sans aucun doute.

      Je trouve inapproprié d'affirmer péremptoirement, savoir, ce que vos ancêtres ont fait aux autochtones. Il manque peut-être un chapitre à ce savoir.

      Ainsi que d'établir un rapprochement entre ce projet de charte et le racisme quasiment intrinsèque des empires coloniaux m'apparaît être une exagération sans fondement à la face même du contenu de la Charte, telle que le propose le Gouvernement.

    • Blanche Dumont - Inscrite 12 septembre 2013 19 h 25

      vraiment je ne comprends pas tous ces commentaires au sujet des fonctionnaires qui seraient supposément touchés par la charte......je croyais que la charte parlait des fonctionnaire en poste d'autorité seulement, je croyais que les employés tels que secrétaires, ingénieur, architecte, commis, technicien enfin les employés non en poste d'autorité ou d'influence directe ne sont pas ciblés quant à moi......on dérape je crois. Moi j'ai compris que les juges, les avocats, les notaires, les enseignants, et je verrais tous les directeurs gestionnaires pour les ministères, les policiers, la gendarmerie, et si j'en passe vous avez tout de même un portrait des ciblés. Pas les CPE car pour ma part dans ces institutions on ne risque pas d'influencer les petits (0-5) par contre la direction de ces centres devra faire partie de la charte. Voilà pour ma compréhension et la charte devrait aussi se pencher sur les demandes déraisonnables concernant les rites religieux et les besoins demandés car la province ne peut pas changer ses fonctionnements pour chacune des religions de chacun de nos arrivants d'autres nationalités, enfin il faudrait être un tit peu plus riche pour ça. La culture et les coutumes de notre province qui déplaisent aux immigrants ne vous en déplaisent vous avez choisi et j'espère en connaissance de cause le lieu où vous voulez vivre. Nous n'avons pas à changer notre culture, notre passé et pour cause, pour lequel d'entre vous changerions nous d'abord.

    • Martin Maynard - Inscrit 15 septembre 2013 21 h 25

      M. Lamis-Théberge,
      Vous avez tout à fait raison. On est en train de nous éloigner des vrais enjeux. Pendant que ce débat fait rage, des pipelines se dessinent, nos écoles moisissent, les ponts ne se construisent pas, on dépense une fortune pour des avions qui seront toujours au "garage", etc.
      Peut-on "lâcher" la petite politique?

  • Mario Jodoin - Abonné 12 septembre 2013 00 h 30

    Article tendancieux...

    Cet article ne porte que sur les fonctionnaires. Or, la charte des affaires toucherait bien plus de monde. Par exemple, s'il y a comme le dit l'article 68 000 employés dans les ministères et organismes, il y en avait 364 000 en 2010-2011 (voir http://www.tresor.gouv.qc.ca/fileadmin/PDF/effecti ), ce qui n'inclut pas les municipalités et les services de garde, où je subodore que la proportion de personnes touchées serait plus élevées. Et, il semble que cela toucherait aussi la SAQ et Hydro-Québec.

    Bref, l'échantillon examiné dans cet article est non seulement mince, mais aussi non représentatif.

    Et, on parle pour ne rien dire, car jamais cette charte ne sera adoptée, le PQ comptant sur ce sujet pour devenir majoritaire. Le pire qui pourrait lui arriver, c'est que sa charte soit adoptée... Réveillez-vous, le PQ se fout de sa charte, tout ce qu'il veut, ce sont les votes des caquistes et revenir au pouvoir majoritaire, quitte à faire réduire l'appui à l'indépendance, comme le disait Michel David...

    • Jean-Marc Simard - Abonné 12 septembre 2013 06 h 04

      Monsieur Jodoin, vous dites n'importe quoi. Voilà un de problèmes des Québécois: certains ont des propos plus subjectifs qu'objectifs et pensent plus en fonction de leur penchants politiques, religieux ou autres qu'en fonction d'arguments raisonnés. Votre propos, monsieur, frise la propagange politique. Si le dépôt de la charte vise le calcul politique péquiste, selon vos dires, le vôtre vise la défaite péquiste et la victoire libérale. Ce n'est pas ainsi que le Québec va s'émanciper. À vous lire et à entendre votre chef Couillard, tout ce qui vient du PQ n'est pas bon... Un peu de bon sens, s.v.p.

    • Mario Jodoin - Abonné 12 septembre 2013 07 h 16

      Mon chef Couillard! Fiou, vous êtes perspicace, vous!

      Et c'est moi qui est supposé dire n'importe quoi!

    • Mario Jodoin - Abonné 12 septembre 2013 08 h 08

      «Or, en allant aussi sur le terrain miné des signes religieux à quelques mois d’une possible élection générale – tout en le faisant à géométrie variable pour bien épaissir la sauce identitaire -, le gouvernement sait que sa proposition, telle que présentée, ne sera jamais adoptée d’ici-là.

      En fait, c’est peut-être même ce qu’il souhaite.»

      Josée Legault
      http://www.lactualite.com/opinions/le-blogue-de-jo

      Une autre employée de Couillard?

    • Paul Gagnon - Inscrit 12 septembre 2013 09 h 23

      @Mario Jodoin
      Non de pas de Couillard mais bien de Julius Gray
      (souriez)

    • Marc-André Le Tourneux - Inscrit 12 septembre 2013 09 h 53

      Attention M.Mario, à force de subodorer on finit par fabuler...!

    • F. Georges Gilbert - Inscrit 12 septembre 2013 11 h 17

      A.Veiera se dit près de la ligne de pensée des Bouchard-Taylor. C'est le cheuf Couillard,qui va être content,lui qui accuse, sans scrupule, le P.Q.de trahison envers l'Héritage de René Lévesques. Le Porteur des valeurs libérales, ces libéraux fédéralistes qui ont démonisé et combattu déloyalement à maintes reprises,ses engagements politiques pour un Québec Souverain,sur son territoire,cette démarche légitime .N'est-ce pas ce très honorable Jean Chrétien,qui disait que ''Les séparatistes ne sont pas tous des racistes et des criminels''))propos fort édifiant... N'oublions pas que derrière cette tempête médiatique 'planifiée',il y a cette fameuse majorité silencieuse, qui souhaite et demande depuis très longtemps une telle Charte.Ce sont les citoyens,les électeurs qui décideront.En attendant le grand jour, certains prophètes de malheurs,devraient se garder une gêne petite,ce serait déjà un progrès ...

    • Jean-Christophe Leblond - Inscrit 12 septembre 2013 12 h 16

      M. Jodoin, si vous vous prononcez contre la charte, vous serez aussitôt assimilé à un «colonisé Canadian Turudeauiste Multiculturaliste Libéral Suiveux de Couillard». Comme un traître.

      C'est le niveau de l'argumentaire de vos détracteurs:

      «If you're not with us you're against us.»

    • Mario Jodoin - Abonné 12 septembre 2013 21 h 46

      M. Leblond

      «Comme un traître.»

      mdr!

      Comme un Mourani?

      Mais, bon, je ne suis pas surpris!

  • Marc Collin - Inscrit 12 septembre 2013 03 h 03

    minorité

    puisque c'est une minorité, le québec devrait commencer à mieux sélectionner ses immigrants pour éviter de tel conflit.

    l'état n'a pas le devoir de gérer les convictions religieuses des gens.

    • Marc-André Le Tourneux - Inscrit 12 septembre 2013 09 h 04

      "...l'état n'a pas le devoir de gérer les convictions religieuses des gens."
      Qu'est-ce que vous racontez-là ?
      Quelle est le rapport avec la Charte ?
      L'état se déclare neutre, c'est tout, point final.

    • Sylvain Lavoie - Abonné 12 septembre 2013 11 h 00

      @Marc Ste-Marie

      Non, l'État ne fait qu'introduire un code vestimentaire pour que ses employés reflètent la neutralité religieuse de l'État. Le concept d'uniforme ca vous dis quelque chose ?

    • Alexis Lamy-Théberge - Abonné 12 septembre 2013 11 h 04

      Mieux sélectionenr? Que voulez-vous dire? Ils doivent manger de la poutine et écouter le hockey? S'ils sont surscolarisés et parlent français, comme 65% des immigrnats arrivant sur le territoire, ce n'est pas suffisant? 30% sont choisis par le Canada, donc le Québec n'a rien à dire.

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 12 septembre 2013 12 h 02

      Il est grand temps que les Québécois se réveillent. Avec une immigration galopante dont une trop grande proportion n’arrive pas à s’intégrer à la culture majoritaire du Québec, on assiste actuellement , en douce pour le moment, à une marche vers un ethnocide, vers un génocide culturel.

      Si, et seulement si on a besoin d’immigrants, ce qui n’est pas prouvé, on devrait aller les chercher dans des pays aux cultures et traditions plus près des nôtres, comme par exemple les Européens de souche latine ou encore de Sud-Américains. Et commencer par attirer ici les francophones hors-Québec. Quand on voit le fiasco de l’immigration non-intégrée en Europe, on est en droit d’être très sélectifs et circonspects ici au Québec.

      (Voir à ce sujet « Impact de l'immigration - Dépasser la pensée magique » dans http://www.ledevoir.com/politique/quebec/289137/im )

  • Léonce Naud - Abonné 12 septembre 2013 04 h 27

    Si c'est bon pour pitou, c'est bon pour minou

    Arlindo Vieira a immigré au Québec en provenance du Portugal, où ce type d'organisme ectoplasmique connu ici sous le nom de « communauté culturelle » est inexistant. Pourquoi au Québec et pas au Portugal ? Ce qui est bon pour pitou est bon pour minou.

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 12 septembre 2013 12 h 06

      Parlons-en des communautés culturelles! Il faudrait d’abord cesser d’utiliser l’expression boiteuse de « Communautés culturelles » pour qualifier les néo-Québécois. Les Québécois de souche (ça existe des familles qui vivent ici sur les mêmes terres depuis plus de 300 ans, on peut difficilement être plus de souche que cela, que cela plaise ou non à certains), ont aussi une culture propre, sont aussi une communauté culturelle, sont ici en majorité, mais ils sont exclus des « Communautés culturelles »! Quel non-sens! Alors, parlons-donc clairement, sans langue de bois, et appelons les immigrants des néo-Québécois, tout simplement. Il n’y a rien de repréhensible dans le terme néo-Québécois, au contraire, il montre la volonté d’accueil du peuple québécois vis-à-vis des nouveaux arrivants, les invitant à devenir à court terme des Québécois à part entière une fois leur citoyenneté québécoise acquise.

      Le terme de « Communautés culturelles » va dans le sens de la ghettoisation des nouveaux venus et même de leurs descendants nés ici. Pourquoi les immigrants venant du pays XYZ devraient-ils se référer ou être référés comme faisant partie de la communauté culturelle XYZaine? Dans un de ses ouvrages, l’écrivain Neil Bissoondath, lui-même immigrant au Québec, s’est insurgé contre le multiculturalisme à la canadienne qui fait ressortir les différences plutôt que les ressemblances entre les divers groupes ethniques du pays. Il a bien montré que les politiques canadiennes en matière de multiculturalisme, bien que naivement conçues au départ dans un but bien intentionné, n’ont fait qu’accentuer l’isolement des groupes culturels et propager les clichés à leur sujet.

    • Gilles Théberge - Abonné 12 septembre 2013 16 h 42

      La ghettoisation c'est exactement la conséquence logique, naturelle et inévitable de la politique officielle de multiculturalisme.

      C'est le propre de cette politique en ce qu'elle qu'elle magnifie à outrance chea les nouveaux arrivants, le sentiment d'appartenance perpétuel au pays d'origine.

      À la condition que cela ne s'applique pas aux Québécois de souche, qui n'ont d'autre souche que la leur propre...

      Et il restera toujours des petits comiques capables de tout faire pour ne pas le comprendre.

    • Martin Maynard - Inscrit 15 septembre 2013 21 h 37

      M. Théberge,
      Effectivement, difficile de comprendre quand il n'y a rien de fondé!

      Si vous fondiez vos dire sur du concret, il y aurait moins de comiques, non?

      Moi, je n'y vois qu'une stratégie politique incidieuse qui nous divise et nous fera reculer. Je refuse de tomber dans le panneau ...

  • Guy Lafond - Inscrit 12 septembre 2013 06 h 46

    Palabres sur palabres


    Sommes-nous en train d'assister à la naissance paisible d'un nouveau pays dans les Amériques?

    Pincez-moi, quelqu'un.

    ;-)

    • Yves Gingras - Inscrit 12 septembre 2013 08 h 24

      Un pays où il se perd 45 000 emplois par mois tandis qu'il s'en crée 150 000 au Canada-anglais. Ça va faire un pays fort, atatoye !

    • Nicolas Bouchard - Abonné 12 septembre 2013 08 h 47

      Monsieur Gingras,

      Allez lire les statistiques, entre juillet 2012 et juillet 2013, la progression de l'emploi fut la même au Québec et au Canada, 1,2% contre 1,3%. Alors clairement vous êtes tombés dans le piège de ceux voulant rapporter de « mauvaises nouvelles québécoises » comme toujours.

      http://www.ledevoir.com/economie/actualites-econom

      Monsieur Lafond,

      En effet, c’est un beau courant d’affirmation et cela fait du bien à vivre!

      Nicolas B.

    • Serge Vallières - Inscrit 12 septembre 2013 09 h 17

      Depuis le 1er janvier 2013 il s'est perdue 45 000 emplois au Québec, bravo à Mme. Marois et au PQ!

    • Steve Chabot - Inscrit 12 septembre 2013 09 h 22

      Pays qui évince tout ce qui n’est pas blanc catholique de son patrimoine .. La communauté juive est ici depuis près de 250 ans et que dire des Amérindiens et pourtant l'état paye le congé des fêtes de Noël ..

      Oui une laïcité, mais bien catho .. Ouinles signes ostentatoires sachant TRÈS bien que les chrétiens eux peuvent bien une petite médaille alors qu'il n'est rien pour les autres communautés ..... sacrée belle laïcité et neutralité de l'état ...

      mautadis beau pays en devenir ..... crachant sur sa charte .

    • alain maronani - Inscrit 12 septembre 2013 09 h 53

      Monsieur Bouchard,

      Nous avons pedu 40.000 emplois en Juillet, 26.000 au mois d'Aout, le secteur manufacturier, les 9 derniers mois a vu sa production baisser de 12 %, nos exportations ont reculées de plus de 20 % les 12 derniers mois, les ménages au Québec sont les plus endettés du Canada (près de 170 %)...

      L'augmentation du PIB du Québec est a zero, l'Ontario a réussi a obtenir plus de 2.5 %, ne parlons pas de l'Alberta..nous faisons moins bien que le NB...un exploit !!!!

      Le Québec est le principal responsable de l'augmentation du chomage au Canada.

      Il y a 12 mois nous donnions 180 millions de $ de plus à l'assurance chômage au Canada que ce que nous recevions, maintenant nous en recevons 875 millions de $ soit près de 1 milliard de $ de plus en 12 mois...

      Bien sur tout ceci n'a rien a voir avec la nouvelle loi sur les mines, l'inactivité du gouvernment qui va être mobilisé pour de l'identitaire, le patinage sur l'industrie gazière et pétrolière, etc...

      Un échec lamentable et cette charte vestimentaire va être utilisée afin de tenter d'éviter que le gouvernement ne soit battu sur son prochain budget...

      Les coupures ne font que commencer

    • Yves Gingras - Inscrit 12 septembre 2013 15 h 25

      M. Bouffard.

      Voici ce qu'affirme l'article que vous citez :
      " l’économie canadienne a créé, en moyenne, 10 700 emplois par mois depuis six mois alors qu’au Québec, on comptabilisait plutôt une perte mensuelle de 7700 emplois depuis février. Toutefois sur un an, l’Institut de la statistique du Québec évoque une similitude entre les marchés de l’emploi au Québec et au Canada. « Au cours des 12 derniers mois, l’emploi a augmenté de façon similaire au Québec (+1,2 %) et au Canada (+1,3 %). Ainsi, 45 600 emplois ont été créés au Québec et 225 900 au Canada depuis juillet 2012 », pouvait-on lire vendredi."

      Donc la situation s'aggrave au Québec depuis les derniers mois, soit depuis l'élection du Parti Québécois. CQFD.

    • Claude Champagne - Inscrit 12 septembre 2013 15 h 30

      Extrait receuillie de jobb boom article d'éric Grenier, datée 10 septembre 2013.<<Autrement dit, la vérité entre les discours catastrophistes de la CAQ et du PLQ, et celui délirant de jovialisme du gouvernement péquiste, se situe exactement au milieu. Ce qui fait que le taux de chômage en août dernier est le même que pour l’année 2012 en moyenne. Rien pour appeler sa mère et le FMI. On ne marquera pas non plus les derniers mois d’une pierre blanche. Il faut se rappeler que les trois derniers mois de 2012 ont été exceptionnels sur le plan de l’emploi au Québec. Rien par contre, dans la tenure de l’économie nord-américaine ne permettait de maintenir ce rythme. Le marché du travail québécois était donc mûr pour une certaine correction. Ce qui est arrivé>>. Je prend la peine de choisir ses passages, le but est comme pour les discutions concernant la proposition de la charte <moins d'extêmes plus de commentaires posés, réflichis.>.

    • Gilles Théberge - Abonné 12 septembre 2013 16 h 48

      Si je comprends bien monsieur Gingras, il se créerait donc 150 000 X 12, soit 1 million 800 006 emplois par année dans le ROC, pendant qu'il s'en perd 45000 X 12 soit 540 006 par année au Québec.

      Est-ce que vous êtes sérieux ou préférez-vous vous en tenir à l'es.....e et à l'humour?

    • Donat Boutet - Inscrit 12 septembre 2013 23 h 41

      Messieurs Gingras, Maronani

      Vous jouez le jeu des Libéraux qui ne cessent de faire croire à des scénarios catastrophes dans un but évident. La réalité est tout autre.
      Les Libéraux insistent pour parler d’économie au cours de l’été non sans raison. Allez voir comment Bachand justifiait son trou de 800 millions qu’il nous a laissé l’an dernier à pareille date.

      7ieme minute
      http://www.youtube.com/watch?v=yzHq3EKmIKA

      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/359205/le

      Ensuite allez relire le Bulletin sur le marché du travail - Québec : Août 2013
      http://www.rhdcc.gc.ca/fra/emplois/imt/publication

      "Notez aussi que le Québec était au troisième rang, avec 20 % des gains d’emploi au Canada entre juillet 2012 et juillet 2013. Comme chaque année l’Ontario est en tête avec 37 % des gains d’emploi, suivie de l’Alberta avec 29 %..."
      Vous voulez comparer avec les autres provinces, alors vérifiez aussi avec les 7 autres provinces et 3 autres territoires, pas seulement ceux qui font votre affaire.

      Enfin allez lire:
      Enquête sur la population active, août 2012
      http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/120907/dq

      "...L'emploi a augmenté de 33 000 au Québec, et cette hausse s'est produite dans le travail à temps partiel. Cette croissance a porté l'emploi dans la province légèrement au-dessus du niveau enregistré 12 mois plus tôt..."