Le Nouveau mouvement pour le Québec s'apprête à choisir un président

?Jocelyn Desjardins, l'ancien président du NMQ a démissionné en juin dernier, regrettant les nombreuses divisions au sein de l’organisme qu’il a lui-même fondé, il y a deux ans.
Photo: Le Devoir ?Jocelyn Desjardins, l'ancien président du NMQ a démissionné en juin dernier, regrettant les nombreuses divisions au sein de l’organisme qu’il a lui-même fondé, il y a deux ans.
Le Nouveau mouvement pour le Québec (NMQ) doit se choisir un nouveau président dimanche matin, lors de son assemblée générale annuelle qui se tient à Montréal. L'ancien député de Borduas, Pierre Curzi, figurerait parmi les candidats, a appris Le Devoir.

L'élection d'un nouveau président est une priorité pour ce mouvement qui s'est notamment donné comme objectif de trouver des solutions concrètes afin d'éviter la division du vote souverainiste aux prochaines élections.

Jocelyn Desjardins, l'ancien président du NMQ a démissionné en juin dernier, regrettant les nombreuses divisions au sein de l’organisme qu’il a lui-même fondé, il y a deux ans.

Un des candidats pour le poste de président du NMQ serait Pierre Curzi, selon ce qu'a appris Le Devoir. L'ancien député indépendant de Borduas figurerait parmi les favoris. Il n'a pas été possible de le joindre samedi soir. 

De son côté, la porte-parole du NMQ, Lauréanne Daneau, a indiqué qu'elle ne connaissait pas les noms des candidats au poste de président. « Tous les gens qui seront à l 'AG peuvent se présenter. Si M. Curzi se présente, ça sera à l'assemblée de se décider. On ne pourra pas tout voir venir », a-t-elle expliqué en entrevue téléphonique, samedi soir.

Le président par intérim du NMQ, Danic Parenteau, avait déjà indiqué qu'il ne comptait pas continuer. M. Parenteau est aussi commissaire dans le cadre des prochains États généraux sur la souveraineté, un poste qui va le tenir occupé, indique Mme Daneau. Les États généraux seront organisés au début 2014, par le Conseil de la souveraineté du Québec et le NMQ.

Des primaires souverainistes?

Il est aussi question du concept de « primaires souverainistes », lors de la réunion du NMQ, dimanche. Il s'agit d'un projet phare du mouvement. En effet, avant que ne survienne la démission de M. Desjardins en juin, un consortium devait être mis en place par le NMQ afin d’élaborer un plan pour la tenue de primaires indépendantistes dans certaines circonscriptions. L'ancien premier ministre Bernard Landry devait alors présider le groupe de travail.

Lors de « primaires », les militants des différents partis pourraient choisir un seul candidat souverainiste, afin d'éviter la division du vote. En juin, le Parti québécois s'était toutefois montré peu ouvert à une telle initiative.

Le NMQ avait proposé de tenter l'expérience dans la circonscription de Laurier-Dorion, dans laquelle le libéral Gerry Sklavounos l'avait emporté aux dernières élections, en partie grâce à la division du vote souverainiste.

Le Devoir

À voir en vidéo