Taxes scolaires - Marois doit rembourser les contribuables, dit Legault

Trois-Rivières — Au lieu de jouer les vierges offensées, Pauline Marois devrait rembourser les contribuables frappés par des hausses de taxes scolaires, a fait valoir jeudi le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault.

 

Au dernier jour du caucus de l’aile parlementaire caquiste à Trois-Rivières, M. Legault a condamné « l’hypocrisie » de la première ministre qui s’est emportée mercredi contre les hausses de taxes décrétées par les commissions scolaires. Or, Mme Marois a été interpellée à de nombreuses reprises sur cette question depuis trois mois et savait très bien ce qui pendait au bout du nez des contribuables, a soutenu le leader caquiste en point de presse. « Les comptes de taxes ont commencé à être envoyés dans certains cas au mois de juin. On le dit depuis trois mois que les gens sur le terrain sont fâchés et elle [la première ministre] s’est rendu compte de ça hier [mercredi]. Quelle hypocrisie ! Je suis convaincu qu’elle le savait », a-t-il lancé.

 

Le montant des taxes scolaires a crû d’environ 3 % à Montréal, mais dans certaines régions, l’augmentation a atteint jusqu’à 40 %. Le printemps dernier, la ministre de l’Éducation, Marie Malavoy, avait elle-même invité les commissions scolaires à hausser leurs taxes pour amoindrir l’impact des compressions de 65,1 millions.

 

Que Mme Marois se désole par la suite du sort réservé aux citoyens est un exemple patent de « mauvaise gestion » et d’hypocrisie, a-t-il insisté. « Elle ne peut pas tout à coup arriver et dire : “Je viens de découvrir qu’il y a des augmentations de taxes scolaires de 20 et 30 %.” C’est carrément de l’hypocrisie de la part de Mme Marois », a argué le chef de la CAQ.

 

Faire amende honorable

 

À son avis, la seule manière pour la première ministre de faire amende honorable dans ce dossier est de rembourser les contribuables. « Je veux savoir aujourd’hui quelle solution elle propose. Nous, on en propose une : rembourser les contribuables, leur envoyer un chèque. Les gens ont reçu leur compte de taxes pour le 1er juillet, l’ont payé et si Mme Marois est sérieuse, qu’elle rembourse les contribuables », a-t-il dit.

 

La Coalition avenir Québec stagne à 20 % dans les sondages et son discours économique, qui repose sur son projet de développement de la vallée du Saint-Laurent, a du mal à s’imposer auprès des électeurs. Dans l’espoir de susciter un intérêt accru, la CAQ a lancé jeudi une publicité télévisée vantant les mérites du projet.

 

La position de vulnérabilité dans laquelle se trouve le CAQ - au troisième rang dans les intentions de vote - suscite des convoitises. Le chef libéral Philippe Couillard a tenté à quelques reprises de débaucher pour le compte du PLQ certaines vedettes caquistes, dont Gérard Deltell, François Bonnardel et Christian Dubé, leur laissant miroiter des fonctions de prestige au sein d’un éventuel gouvernement libéral. Mais M. Couillard « a frappé tout un noeud, a déclaré M. Legault.

 

« Nous avons une équipe unie, une équipe où il n’y a personne qui a le goût d’aller joindre un technocrate qui veut défendre le statu quo », a-t-il statué.

À voir en vidéo