Québec crée un guichet unique pour les places en CPE

L’accès à une place en garderie peut être difficile pour certains parents de jeunes enfants.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir L’accès à une place en garderie peut être difficile pour certains parents de jeunes enfants.

Le gouvernement du Québec souhaite simplifier la vie des jeunes familles en créant un guichet unique pour les inscriptions en garderie, accessible « en un seul clic ». La ministre de la Famille, Nicole Léger, en a fait l’annonce jeudi dans un centre de la petite enfance (CPE) de Longueuil.

 

Cette nouvelle liste d’attente permettra de centraliser les inscriptions et les informations qui sont actuellement réparties dans plusieurs bases de données. Les parents pourront ainsi être avisés lorsqu’une place se libère dans une garderie à 7 $ ou une garderie privée subventionnée et ne devraient plus avoir à se casser la tête en cas de déménagement.

 

« Actuellement, les parents doivent cogner à plusieurs portes afin d’avoir une place pour leur enfant. À terme, ils n’auront qu’une seule démarche à effectuer pour inscrire leur enfant auprès de tous les services de garde qui offrent des places à 7 $ au Québec », a déclaré la ministre Nicole Léger, précisant que l’inscription au guichet sera gratuite pour les parents.

 

Le service devrait être en place en juin 2014.

 

L’Association québécoise des CPE et les syndicats qui représentent les travailleurs de ce secteur applaudissent cette annonce, qui facilitera à leur avis la vie des parents tout en permettant au gouvernement d’évaluer avec plus de précision les besoins dans les différentes régions.

 

La Fédération de la santé et des services sociaux déplore toutefois que les responsables d’un service de garde en milieu familial ne soient pas inclus dans le projet de liste unique, alors qu’ils accueillent plus de 90 000 enfants.

 

Manque de places

 

L’Association des garderies privées du Québec (AGPQ), elle, ne se réjouit pas de cette annonce. « Transférer les parents d’une liste à l’autre, ça ne règle pas le problème d’accessibilité », a commenté le président de l’AGPQ, Sylvain Lévesque, qualifiant le guichet unique d’« écran de fumée » électoraliste. « Si on veut une saine gestion des fonds publics, au lieu de dépenser des milliers de dollars dans une liste centralisée qui va coûter beaucoup d’argent à long terme, on serait mieux de l’investir dans le développement plus rapide des places », a-t-il ajouté, indiquant que les 15 000 places annoncées par le Parti québécois ne sont pas suffisantes.

 

Même son de cloche du côté du Rassemblement des garderies privées du Québec (RGPQ). Un guichet unique n’est pas nécessaire, estime sa porte-parole Julie Plamondon. Elle assure toutefois que son association collaborera avec le gouvernement pour s’assurer que le tout se fasse équitablement.

 

La porte-parole en matière de famille de la Coalition avenir Québec, Sylvie Roy, partage aussi cette opinion. « Ce que les parents demandent, ce n’est pas une meilleure liste d’attente, c’est l’absence de liste d’attente », a-t-elle indiqué.

 

 

Avec La Presse canadienne

À voir en vidéo