​Philippe Couillard prône la neutralité religieuse de l'État, mais pas celle des individus

Philippe Couillard a dessiné les contours de la politique de sa formation en matière de laïcité de l'État
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Philippe Couillard a dessiné les contours de la politique de sa formation en matière de laïcité de l'État

Québec — Un gouvernement du Parti libéral enchâsserait le principe de neutralité religieuse de l'État dans la charte québécoise des droits, mais laisserait ses employés, même ceux en autorité, libres de porter des signes religieux ostentatoires.

Le chef libéral Philippe Couillard a précisé les contours de la politique de sa formation en matière de «laïcité ouverte» de l'État, jeudi, une position qui reprend pour l'essentiel celle qui était en vigueur sous l'ancien gouvernement libéral de Jean Charest.

Ainsi, comme le précédent, un éventuel gouvernement libéral présenterait un projet de loi stipulant que tous les services de l'État devraient être fournis et reçus à visage découvert. Ce serait là la seule restriction de type vestimentaire imposée aux citoyens. Le gouvernement précédent avait déposé le projet de loi 94, qui reprenait les mêmes objectifs et qui est mort au feuilleton.

Le projet de loi réaffirmerait aussi le principe de l'égalité entre hommes et femmes et serait accompagné d'un guide énumérant des balises devant faciliter la gestion des demandes d'accommodement religieux sur le terrain.

En conférence de presse, M. Couillard a dit que son parti serait intraitable sur un point: pas question de restreindre les libertés individuelles. «Un droit est un droit est un droit. Les libertés individuelles, pour nous, sont absolument essentielles. On ne se rendra pas complices d'une atteinte aux libertés individuelles au Québec», a tranché M. Couillard, refusant de hiérarchiser les droits des citoyens.

Le ton employé indique que l'opposition libérale s'apprête à démolir le projet gouvernemental de charte des valeurs, dont les détails devraient être connus la semaine prochaine, et votera contre le projet de loi sur le même sujet qui suivra cet automne.

Par souci d'afficher une totale neutralité de l'État en matière religieuse, le gouvernement Marois veut proposer d'interdire à tous les employés de l'État de porter des signes religieux ostentatoires.

«Une telle interdiction est déraisonnable et fort probablement contraire aux chartes», selon le chef libéral, qui juge le terme «ostentatoire» bien subjectif.

M. Couillard a dénoncé le fait que tout le monde parlait de la future charte des valeurs depuis quelques semaines, à partir de diverses fuites dans les médias, mais que personne n'avait encore vu le document.

«C'est pas responsable. C'est pas sérieux. C'est de l'amateurisme gouvernemental. Sur un sujet de cette importance-là, on ne procède pas ainsi sur un sujet d'une si grande importance», a-t-il déploré.

Le modèle identitaire qu'il propose pour le Québec s'appuie, comme le faisait le gouvernement précédent, sur le principe de l'interculturalisme, qui, par opposition au multiculturalisme, implique que tous les citoyens doivent partager les valeurs de la majorité, et avoir comme langue commune le français, mais sans pour autant renoncer à leur différence, leurs convictions et leurs droits.

«Le multiculturalisme, c'est un peu comme une forêt d'arbres isolés les uns par rapport aux autres», a illustré le chef libéral.

Tandis que l'interculturalisme serait plutôt, à ses yeux, «un arbre unique très vigoureux, un tronc qui est constitué de valeurs communes sur lequel viennent converger et se rallier les diverses communautés qui constituent notre diversité».

Il a réaffirmé qu'il n'y avait pas, selon lui, de crise identitaire au Québec.

M. Couillard a également soutenu que la laïcité des institutions ne devait pas entraîner «la négation ou la dissimulation du sentiment religieux des individus».

Jocelyne Richer, La Presse canadienne
45 commentaires
  • Alexis Lamy-Théberge - Abonné 5 septembre 2013 16 h 00

    SVP Mme. Marois

    Maintenant que le PQ s'est peinturé dans le coin, voilà que les Libéraux vont rappliquer avec la seule orientation souhaitable, même si leur position est molle et discrète. Le PQ aurait dû poursuivre dans cette voie avec vigueur et audace, pour inventer le XXIe siècle québécois, pour inscrire tous les Québécois dans une dynamique, plutôt que de se contenter de gonfler l'appartenance majoritaire mythique en attaquant des différences.

    Ça ne me fera jamais voter pour M. Couillard, mais beaucoup n'auront d'autre choix.

    • Cyril Dionne - Abonné 5 septembre 2013 16 h 50

      PLQ = QS

    • Bernard Gervais - Inscrit 5 septembre 2013 18 h 13

      M. Dionne.

      Vous avez bien raison. En entendant Couillard parler ainsi, on voit bien que le PLQ et QS ne sont finalement pas des partis si différents l'un de l'autre !

      De plus, avec sa manière de dire les choses, on voit bien que le nouveau chef du PLQ tente en même temps de faire de l'oeil à la population dont une majorité semble favorable au projet du ministre Drainville !

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 5 septembre 2013 16 h 03

    Contours flous d'un laïc-religieux

    Une chose et son contraire en même temps! Les contours de la politique du PLQ de M Couillard en matière de laïcité de l'État sont flous à souhait et oxymoroniques. Ils acceptent le retour au Moyen-Âge ...

    • Xavier Martel - Inscrit 5 septembre 2013 17 h 40

      "Une chose et son contraire en même temps!".. Ouin, c'est vrai que c'est conceptuel différencier neutralité de l'État et neutralité des individus. Bon courage Philippe Couillard..

    • Louka Paradis - Inscrit 5 septembre 2013 17 h 43

      En effet, quel salmigondis ! Complètement indigeste pour la raison...

      Louka Paradis, Gatineau

    • lise pelletier - Inscrit 5 septembre 2013 19 h 55

      Le fait que le chef du PLQ soit allé vivre en Arabie Saoudite pendant 5 ans peut-il influencer son opinion sur le port de signes religieux par les travailleurs de l'État du Québec ?

      Ce séjour très payant pour M.Couillard fait-il de lui une personne dont la neutralité peut être biaisée envers la communauté musulmane ?

    • André Desgagnes - Inscrit 5 septembre 2013 19 h 59

      Mais monsieur il n'y à rien de flou dans l'interculturalisme.
      Le Québec a rejeté la politique canadienne du multiculturalisme adoptée en 1971, le premier ministre Robert Bourassa ayant fait valoir que ce modèle ne convenait pas à la situation et aux aspirations du Québec. Dès lors, les conseillers de l’État, de concert avec le milieu universitaire, se sont employés à concevoir un modèle original qui a progressivement pris forme au cours des dernières décennies. Telle est l’origine de l’interculturalisme québécois.
      rf:G.Bouchard

  • Franklin Bernard - Inscrit 5 septembre 2013 16 h 07

    Ça ne brille pas le courage et la nouveauté

    Une profession de foi mollassonne, sans contours définis, qui enfonce des portes ouvertes, vaguement lâche, et qui veut essayer de plaire à tout le monde.

    Les libertés individuelles opposées aux libertés collectives fait partie de ces discours démagogiques de toutes les droites politiques. Typiquement PLQ.

    Quant à ça: « Le modèle qu'il propose, comme son prédécesseur... tous les citoyens doivent partager des valeurs communes et une langue commune, le français», c'est d'une rare hypocrisie, quand on a vu le peu de cas que John James et ses alliés à la Gerry Tremblay ont fait du français au Québec et à Montréal, et qu'on se souvient de l'opposition de Couillard au projet de loi 14 du PQ, destiné à mieux protéger le français.

  • Martine Chiquette - Abonnée 5 septembre 2013 16 h 31

    Philippe Couillard prône la neutralité religieuse de l'État, mais pas celle des individus

    Quelle rigueur intellectuelle! Quelle clarté! Quel courage! J'en suis tout ému.
    Presqu'aux larmes!
    Comme ça, l'État sera neutre .... mais si le représentant de l'État le désire, il/elle pourra se présenter, et représenter l'État, habillé en archevêque avec sa mître et tout le pataclan.
    En autant que son visage sera découvert!
    Je serai ainsi complètement rassuré que ce/cette représentant/te ne fera pas passer ses convictions religieuses en priorité et que lesdites convictions religieuses n'affecteront pas son jugement, et sa décision le cas échéant.
    Avec des leaders éclairés et éclairants comme Monsieur Couillard, on n'est pas sorti du bois .... ni de l'église/synagogue/mosquée/temple/etc.

    • Louka Paradis - Inscrit 5 septembre 2013 21 h 13

      M. Couillard parle des droits individuels, mais il oublie qu'il y a aussi les droits collectifs. De plus, en corollaire aux droits, il y a aussi les devoirs. Travailler dans la Fonction publique comporte des exigences : c'est au gouvernement de les établir. Toute personne qui ne veut pas s'y conformer par choix s'exlut elle-même. Ce n'est pas le gouvernement qui l'en empêche. Encore un sophisme !

      Louka Paradis, Gatineau

    • Martin Maynard - Inscrit 5 septembre 2013 22 h 35

      Pourtant, l'Eglisevs'efface depuis les 50 dernieres années. Je ne vois vraiment pas ce qu'est le problème et ce que la charte des valeurs Québécoises va régler ... Quelqu'un à la réponse?
      Qu'est ce que la charte va régler?
      SVP mettez vos émotions et la partisanerie de côté ... et essayez de répondre.
      Est-ce qu'u médecin qui porte une croix par exemple sera meilleur sans elle? Sera-t'il moins religieux? Ça ne me semble pas très logique.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 7 septembre 2013 07 h 34

      On a effectivement réglé notre problème avec «notre» église il y a un bout de temps.

      Le truc, c'est de ne pas se faire refaire la même patente avec les nouvelles églises, même si elles se nomment autrement !

      Je vais faire une comparaison : Si au début de la colonie les amérindiens n'avaient pas accepté le préchi-précha des missionnaires, ils n'auraient pas perdu leur identité !

      Qu'ils nous servent de leçon !

  • Jean Philippe - Inscrit 5 septembre 2013 17 h 18

    Quoi déjà son nom ??


    Il manque de couilles ce Couillard ! incapable de s'affirmer et de prendre une position nette et claire ! J,espère qu'un jour les gens vont cesser d'alterner entre le P.Q. et P.L.Q. la CAQ ,vaux mieux pas y penser , mais y 'a de nouveaux partis émergents , pourquoi ne pas donner une chance a un Parti qui voudrais remettre le Pouvoir au PEUPLE !!!

    • Martin Maynard - Inscrit 5 septembre 2013 22 h 40

      Pourtant ça semble clair, en tout cas à RC, ça l'était. Le PQ n'a pas de position encore. Elle sera connue le 9. Vous pourriez même être déçu.

    • Adam Ikdas - Inscrit 5 septembre 2013 22 h 47

      Décision raisonable et exclairée. d'ailleurs c'est ca le point de vue de M. Taylor du fameux rapport qui est un intellectuel reconnu. J'étais contre le PLQ à l'époque de Charet mais je pense que ce parti a su se renouveler et va sans doute gagner largement les prochaines elections provinciales et elles ne sont pas loins apparement à cause de cette politique de fermeture de PQ. Le Quebec doit voir dans le futur et il ne peux qu'accepter les changements sociétales qui veut veut pas sont un fait réel.

    • Mireille Langevin - Inscrite 6 septembre 2013 08 h 59

      Oui pleinement d'accord